Lectures de Mai

Lectures de mai

Lectures diverses et variées de ce mois-ci :

 *****

Un conte : La petite poule rousse et le renard russe de Maud Riemann aux éditions Bilboquet (2005)

Un conte traditionnel. La petite poule  vit seule, mais elle a beaucoup d’amis. Elle est très gentille et n’hésite jamais à rendre service, à recoudre ou raccommoder ce qui a besoin de l’être. Le renard, qui a faim, va se servir de la gentillesse de Maroussia pour essayer d’en faire son déjeuner… L’histoire est amusante, mais ce qui est encore plus chouette, ce sont les illustrations. Ce sont des collages et on a vraiment une impression de 3D, c’est très réussi !

*****

Lectures de maiUn album : La maison de J. Patrick Lewis et Roberto Innocenti chez Gallimard (2010)

C’est une très jolie poésie, dans laquelle une maison nous raconte sa vie. Construite en 1656, une année de peste nous dit-elle, elle traverse les siècles, tombe en ruines puis renaît, différente mais pas forcement plus belle…

Chaque double page illustrée est à la fois identique (c’est la même maison, le même endroit) et en même temps très différente selon les saisons et le temps qui passe.

Un album découvert parce que je cherchais d’autres livres de Roberto Innocenti dont j’ai lu récemment le très effrayant « La petite fille en rouge » (un détournement du Petit Chaperon Rouge).  A découvrir pour ses splendides illustrations !

*****

Une bd : Le Lectures de maibeau voyage de Springer & Zidrou chez Dargaud (2013) – Ado/Adulte

Un beau voyage, c’est ce qui attend Léa. Depuis toujours Léa cherche sa vie. Elle en bricole une, entre rébellion et provocation. Mais un jour, son père meurt. Alors Léa part sur les traces de son passé. Elle y trouvera une raison de vivre.

Une histoire triste, touchante et émouvante, mais je n’ai pas vraiment aimé les illustrations et du coup, je l’ai lu très vite, trop vite sans doute…

*****

Un p’tit dernier ? Didgeridoo de Frédéric Marais aux éditions des Fourmis Rouges (2014) Lectures

Au début du monde, il y avait si peu d’espace entre le ciel et la terre que les hommes devaient se tenir à quatre pattes et ramper pour se déplacer. Mais un jour, un garçon trouve un morceau de bois bien droit et solide et décide de l’utiliser pour repousser le ciel de toutes ses forces.

J’ai beaucoup aimé l’histoire, très belle, un genre de légende aborigène sur les débuts de la terre. J’ai eu un peu plus de mal avec les couleurs, juste un bleu très sombre et un rouge orangé avec quelques touches de blanc. On se croirait presque dans un volcan ! Une ou deux comme ça, je trouve ça beau, tout un album, ça a un côté « agressif » (le mot est mal choisi, je ne sais pas trop comment expliquer l’effet que ça me fait !) Lectures

Nous suivre et partager :
error0

Ne ramenez jamais une fille du futur chez vous

ne ramenez jamais une fille du futur chez vousRoman de science-fiction pour adolescents

Ne ramenez jamais une fille du futur chez vous

de Nathalie Stragier

Syros, janvier 2016
9782748520668, 12,99€
432 pages
Non disponible en epub numérique

Derrière cette couverture rose décalée, se cache un très bon premier roman jeunesse ! Une histoire drôle, un mélange de science-fiction, de roman d’aventures et de comédie moderne.

Andrea est une jeune fille normale. Quand elle rencontre Pénélope, sa vie bascule. Celle-ci semble très étrange, et panique d’avoir perdu le groupe avec lequel elle était. Comme nous l’indique le titre, Pénélope dit venir du futur, et pour elle 2019, c’est la fin du Moyen Age !

En suivant Andrea et Pénélope, on va découvrir notre propre époque sous un nouvel angle, dans une aventure désopilante. En effet le regard neuf et décalé de Pénélope permet de mettre en lumière de nombreuses petites choses de notre société que l’on ne voit plus, notamment dans l’égalité homme-femme. Le lycée et sa CPE hilarante, les grands magasins, notre alimentation, … autant de choses toutes simples, mais qui font bondir Pénélope.

Si le personnage d’Andrea est attachant, avec son histoire personnelle, c’est vraiment l’interaction avec Pénélope qui permet d’apporter de l’originalité à cette histoire. Les personnages secondaires, notamment masculin, sont finalement assez peu développés, alors qu’ils ont l’air vraiment intéressants eux aussi! Nathalie Stragier nous offre un très bon roman en réussissant à mêler science-fiction et humour, mais plusieurs points auraient mérités d’être plus développés (ou évités), quitte à offrir un second tome, car on reste sur notre faim pour certaines thématiques.

Le côté science-fiction n’est pas très poussé, sans doute pas assez même pour les fans du genre, mais il permet une première approche intéressante des voyages dans le temps. En effet malgré quelques explications sur le phénomène, ce qui nous accroche vraiment dans ce roman c’est la comparaison entre les deux époques, entre deux mondes presque. Une réflexion sur la place des femmes dans la société.

Dans Ne ramenez jamais une fille du futur chez vous, Nathalie Stragier offre, avec une écriture fluide et addictive, un récit distrayant sans être trop féminin comme pourrait le laisser penser la couverture. A conseiller notamment aux collégiens !

 

+ lire un extrait numérique

+ Les avis de George  et  Bob.

+ Challenge YA#5

Nous suivre et partager :
error0

Adèle et les noces de la Reine Margot

Adèle et les noces de la Reine Margot

§§§

Adèle et les noces de la Reine Margot

2015 le jour, 1572 la nuit…

Silène Edgar

Castelmore (2015)

§§§

L’auteure : Silène Edgar est professeure de français et anime le site Callioprofs à destination des professeurs de collège. Elle est l’auteure d’une trilogie d’anticipation jeunesse pour les Éditions du Jasmin. Silène Edgar s’est également vu décerner le prix Gulli du roman 2014, avec son complice Paul Beorn, pour 14-14, un titre disponible aux éditions Castelmore.

Pour en apprendre un peu plus sur l’auteur, une interview réalisée par Actusf ici.
.
§§§
.

Présentation de l’éditeur : Entre 2015 et 1572, Adèle doit choisir !

Adèle en a marre de ses parents, qui ne comprennent jamais rien. Au collège, elle préfère passer du temps avec ses copines qu’étudier. Aussi, quand elle apprend qu’elle doit lire un livre en entier pendant les vacances, c’est une véritable punition… 
Mais dans ses rêves, la nuit, l’impossible se produit ! Adèle est à la Cour, au XVIe siècle, au milieu des personnages de La Reine Margot !
Elle rencontre même un beau jeune homme…
Ce qu’Adèle vit en 1572 vaut-il la peine de sacrifier ses amis et sa famille de 2015 ?
 .
§§§
.
Mon avis : L’histoire telle qu’elle était étudiée à l’école ne me passionnait pas plus que ça (à part l’étude de l’Égypte, en 6ème dont je garde un très bon souvenir). Pourtant, aujourd’hui, j’aime beaucoup les romans historiques. Oui mais voilà, dans « romans historiques » il y a aussi « romans »…
Le fait d’aborder l’Histoire sous l’angle des gens qui la vivent est pour moi très important. Si on étudie l’Histoire à travers une suite de lieux, de noms, de dates et de guerres, je trouve ça franchement barbant.
Mais si on me fait lire un livre tel que celui-ci, je vais être la première à aller chercher d’autres infos ! D’ailleurs, et c’est le seul défaut que j’ai trouvé à ce roman, j’aurai aimé y trouver quelques pages documentaires à la fin, permettant ainsi à ceux qui le souhaitent d’avoir un accès direct à l’information.
Ce n’est pas un roman historique à proprement parler, mais un roman fantastique qui se déroule en partie à un moment précis de l’Histoire de France, aux alentours de la nuit de la Saint-Barthélemy, bien connu pour le massacre de nombreux huguenots. Un roman court (285 pages – une police de caractères assez grosse),  facile à lire et agréable. J’aime beaucoup aussi la couverture.
.
§§§
 .
Sur le même sujet, le fameux film de Patrice Chéreau, « La Reine Margot » (1994) avec Isabelle Adjani d’après le roman d’Alexandre Dumas.
§§§
Challenge Petit Bac 2016 chez Enna, 1ère ligne, catégorie PRÉNOM

SignatureNat

Nous suivre et partager :
error0

Darkmouth T.2 : Les mondes explosent

DARKMOUTH-T2Darkmouth T.2  Les mondes explosent

Shane Hegarty

Illustré par James de la Rue

Traduit de l’anglais par Rémi Bonnard

XO Jeunesse (2015)

***

Attention ! Les Légendes arrivent ! Soyez rassuré, Finn est né pour sauver le monde… Tome 1 présenté ici.

Cette fois, on ne plaisante plus… Face aux Légendes, Finn doit sauver son père.

Le monde de la Face infestée s ’est refermé sur Hugo, le père de Finn, qui doit affronter seul la redoutable armée des Légendes. L ’homme court le plus grand danger. Finn est décidé à le sortir de ce piège. Mais comment s ’y prendre ? Sa seule piste est le message laissé par son père lui disant de suivre une carte sur laquelle figure un « X » mystérieux…

***

Mon avis : Dans le premier tome, Finn est entraîné par son père depuis son plus jeune âge pour devenir le prochain « chasseur de légendes » et protecteur de la ville de Darkmouth. Le seul hic, c’est que Finn n’a pas du tout, mais alors pas du tout envie de devenir chasseur de légendes. Contrairement à certains  jeunes garçons de cet âge-là, il ne rêve pas de bagarres, mais voudrait être vétérinaire pour prendre soin des animaux…

Dans ce deuxième tome, pourtant, Finn n’a plus le choix. Son père a disparu et il doit à tout prix le retrouver. Aidé par son amie Emmie, et même s’il a toujours peur, Finn va courageusement (même si c’est par accident…) partir à la recherche de son père dans la Face infestée…

S’il réussit cette mission, en plus de sauver son père, Finn se dit qu’il pourra peut-être enfin lui parler de son désir de devenir vétérinaire, lui montrer que ce n’est pas par lâcheté qu’il ne veut pas être chasseur de légendes, mais parce qu’il y a d’autres choses qui l’intéressent… Bref, il se dit que s’il fait ses preuves, on lui laissera peut-être enfin le choix…

Ce roman est un vrai concentré d’aventure, de batailles, d’amitié et d’humour (avec en plus quelques règlements, mais bon, on s’en fiche !) des amis qui n’en sont peut-être pas, des traîtres qui en sont vraiment ou pas… Enfin bref, à la fin du roman, vous devriez avoir tout compris, je ne vais quand même pas tout vous expliquer !

Tout comme le premier tome, celui-ci se dévore malgré ses 444 pages (l’action est toujours présente et nous contraint à tourner les pages rapidement).

La bonne nouvelle, c’est qu’il y en a un autre qui arrive prochainement : « Darkmouth, au bord du chaos »

***

De la fantasy urbaine humoristique à partir de 10 ans.

Et pour découvrir les personnages, les armes des chasseurs de légendes ou les légendes elles-mêmes, c’est par ici (les petits boutons oranges sur la droite vous permettront d’accéder à différentes choses…)

SignatureNat

Nous suivre et partager :
error0