Mary Hooper (le retour)

♠ Mary Hooper ♠

Est une auteure de romans jeunesse britannique, qui a écrit une trentaine de romans (dont une dizaine traduits en français).

Ce sont souvent des romans avec un fond historique.

Son site (en anglais) et sa page Fb

ψψψ

Je vous ai déjà parlé de « Waterloo Necropolis » et « La messagère de l’au-delà » ici. Sophie vous avait présenté la trilogie « Espionne de sa majesté« . Étant donné que j’aime vraiment beaucoup son style, et qu’en plus, on apprend des tas de trucs (bon ok, sur l’Angleterre victorienne, ça sert pas tous les jours, mais moi j’aime bien !) j’en ai emprunté deux autres à la bibliothèque : « Velvet » et « L’infortune de Kitty Grey« , que je vous présente maintenant.

ψψψ

Velvet Mary HooperVelvet

Les Grandes Personnes (2012)

Orpheline dans le Londres des années 1900, Velvet survit tant bien que mal en travaillant dans l’enfer d’une blanchisserie. Lorsque l’occasion lui est donnée de s’occuper du linge de clients fortunés, la jeune fille saisit sa chance et attire l’attention de l’intrigante Madame Savoya, l’un des médiums les plus courus de la capitale. Emménageant à la Villa Darkling aux côtés de Madame et Georges, son séduisant assistant, Velvet ne va pas tarder à découvrir les usages et secrets de cet univers fascinant qu’est celui du spiritisme. Elle est pourtant loin de se douter que le danger qui la guette ne vient pas du royaume des morts…

Mon avis : Mary Hooper utilise toujours un peu les mêmes « ressorts » dramatiques : une jeune orpheline pour subvenir à ses besoins se retrouve en train de travailler pour des personnes peu recommandables… Mais les sujets sont variés et c’est toujours très intéressant !

Alors il ne faut pas bouder son plaisir, je vous recommanderais seulement de ne pas les lire à la suite, pour ne pas se lasser. « Waterloo Necropolis » parlait du commerce et du trafic fait autour du deuil, « La messagère de l’au-delà » nous parlait de la condition de la femme dans l’Angleterre du XVII ème siècle (pas génial, j’aurai pas aimé…)

Velvet nous parle donc du spiritisme et des médiums dans le Londres des années 1900. Dans une dizaine de pages plus « documentaires » à la fin du roman Mary Hooper nous explique sa propre expérience du spiritisme (elle n’est pas convaincue et j’avoue que moi non plus !) ainsi que quelques arnaques liées aux médiums. Comme d’habitude elle parle de la condition féminine à cette époque (pas brillante !) mais également des fermières de bébés (épouvantable !!!). Un roman agréable et intéressant.

 

ψψψ

Linfortune De Kitty Grey Mary HooperL‘infortune de Kitty Grey

Les Grandes Personnes (2014)

1813. Kitty Grey mène une vie sans histoire dans la campagne anglaise en tant que fille de ferme. Elle y est bien traitée par la famille qui l’emploie et aime son travail à la laiterie. Et puis il y a Will, le jeune passeur de la rivière, dont elle espère qu’il lui fera bientôt sa demande. Jusqu’au jour où Will disparaît… Persuadée qu’il est parti chercher fortune à Londres, la naïve jeune fille saisit la première occasion de gagner la capitale, où elle ne tardera pas à se faire détrousser par d’habiles pickpockets. La voilà dans l’incapacité de retourner chez elle, et dans l’obligation de trouver urgemment un moyen de survivre dans cette ville hostile. Mais les choses tournent mal…

Mon avis : Ce roman-ci parle de la condition des pauvres en ville, à Londres, dans les années 1800. Les « aides sociales » n’étaient en effet versées que dans les paroisses d’origine des personnes, ce qui fait que les gens venus chercher du travail à la ville, s’ils n’en trouvaient pas, ne bénéficiaient d’aucunes aides et se retrouvaient très vite  à la rue.

Suite à une série de circonstances malheureuses, la jeune Kitty se retrouve enfermée avec Betsy une petite fille de 5 ans dont elle s’occupe, à la terrible prison de Newgate. La prison fait rarement rêver, mais à cette époque là, c’est vraiment l’horreur… La crasse, la puanteur, la promiscuité, rien ne leur/nous est épargné !

Encore une fois, Mary Hooper réussit son pari : Grâce à son roman, on apprend des tas de choses sur la vie quotidienne à cette époque et c’est passionnant ! Avec toujours, à la fin, quelques pages documentaires.

ψψψSignatureNat

Nous suivre et partager :
error0

Mary Hooper

♠ Mary Hooper ♠

Est une auteure de romans jeunesse britannique, qui a écrit une trentaine de romans (dont une dizaine traduits en français).

Ce sont souvent des romans avec un fond historique.

Son site (en anglais) et sa page Fb

ψψψ

Waterloo NecropolisWaterloo Necropolis

Mary Hooper

Éditions des Grandes Personnes (2011)

L’histoire : Londres, 1861. Grace vit avec Lily sa sœur un peu plus âgée qu’elle. Elle a promis à sa mère de toujours veiller sur sa sœur, qui n’a jamais vraiment grandi.  Suite à une sombre histoire, elles ont quitté l’institution qui les avait recueillies et se débrouillent maintenant comme elles peuvent en vendant du cresson dans la rue… Malheureusement, en rentrant un soir, on leur dit que le logement dans lequel elles vivaient a été déclaré insalubre et est condamné à être détruit. Et quand elles veulent récupérer leurs maigres affaires, tout a été volé…

Mon avis : Une histoire prenante, des personnages que l’on a envie de protéger, et d’autres qu’on voudrait frapper ! Le Londres de cet époque-là ne fait pas trop envie, surtout du côté de ces quartiers pauvres… Un roman avec une ambiance particulière, à la Dickens diront certains, un roman victorien selon d’autres… Une fin presque trop heureuse, mais l’histoire est réellement intéressante et l’on imagine sans peine la vie à cette époque.

Cette histoire est inspirée de faits réels : Le culte du deuil qui s’est développé suite à l’épidémie de choléra dans les années 1840 à Londres. A la fin du roman, une petite dizaine de pages documentaires apportent quelques précisions historiques, sur l’express funéraire Necropolis, le deuil à l’époque victorienne, la Reine Victoria et le Prince Albert, la vie des pauvres à cette époque ou encore Charles Dickens. C’est très intéressant !

Sélectionné pour le prix des Incorruptibles (3è/2nde) en 2012-2013

ψψψ

La Messagere De L au delaLa Messagère de l’au-delà

Mary Hooper

Éditions Panama (2008)

L’histoire : Oxford, décembre 1650. Anne Green, une jeune servante accusée d’infanticide, vient d’être pendue haut et court. Son cadavre, au grand dam de sa famille, est livré à l’Université afin d’y être disséqué.
Robert, étudiant en médecine bègue et introverti, est de ceux qui doivent assister à cette leçon d’anatomie. Mais, à sa grande surprise, il décèle bientôt chez la jeune fille des signes de vie… Inspiré d’une histoire vraie, le destin terrible et singulier, aux frontières du surnaturel, d’une adolescente dans l’Angleterre puritaine du XVIIe siècle.  C’est le premier livre de Mary Hooper publié en France.

 Mon avis : Cette pauvre fille, violée, perd son enfant et se retrouve pendue ! Il y a comme cela, des périodes de l’Histoire vraiment charmantes… Vive l’Angleterre du XVIIème siècle ! Mais bon, est-ce que c’était mieux en France ? Pas sûr…

Les chapitres alternent entre les pensées d’Anne et celles de Robert et cela donne un charme particulier à ce roman plein de suspense qui oscille entre roman historique et roman fantastique. Lu il y a quelques temps déjà, je me souvenais avoir beaucoup aimé cette belle histoire. C’est d’ailleurs pour cette raison que j’ai emprunté « Waterloo Necropolis » à la bibliothèque sans aucune hésitation !

Ces deux romans font partie de la sélection “Lectures pour les collégiens” de l’Éducation nationale.

ψψψ

Deux histoires parfaites pour Halloween !

challengehalloweenalbum

SignatureNat

Nous suivre et partager :
error0

L’île du temps perdu – Silvana Gandolfi

l'île du temps perdu gandolfi***
Roman pour adolescents

L’île du temps perdu

de Silvana Gandolfi

traduit de l’italien
par Faustina Fiore

Editions des Grandes Personnes, 2014
première édition Seuil, 1997
9782361932459, 16,50€

***

Guilia et Arianna, deux jeunes filles inséparables, se perdent dans les galeries d’une mine… Suite à une étrange sensation, elles se réveillent sur une île. Dans ce paysage littoral, des détails les intriguent… un volcan en activité, mais qui ne semble pas dangeureux, un soleil qui ne veut pas se coucher, de nombreux objets hétéroclytes sur la plage, mais surtout une bande d’enfants qui jettent les étrangers dans une faille ! Pourtant cette île va devenir leur maison, ces enfants leur famille, dans une aventure où le temps est différent.

L’île du temps perdu symbolise la folie de la vie des adultes, trop rapide. Ces enfants, sur cette île, vont à la fois s’organiser, mais surtout devoir réfléchir à une façob de sauver leur île, menacée par la folie qui s’empare du monde.  Tout ce qui est perdu sur Terre arrive sur cette île, objet, animaux, perssonnes. Et bien qu’il soit possible de retourner sur terre, encore faut-il le vouloir !

La narration se fait en deux temps, ajoutant un effet d’abime qui déstabilise d’abord le lecteur pour finir par le prendre totalement dans l’histoire. C’est habile et ça introduit une vraie suite à l’lhsitoire.

Silvana Gandolfi est italienne, elle y place donc naturellement son récut, mais la narration ouvre les portes des autres pays, notamment des pays asiatiques où la folie du temps est encore plus visible.

Une belle aventure humaine, avec une touche de philosophie, mais surtout de nombreuses surprises, plus ou moins prévisibles. Ce conte philosophique date de 1997 mais il n’a rien perdu de la puissance de son message.  Un roman touchant et prenant, apprécié aussi par Solène, 14 ans, qui l’a dévoré et a aimé le message.

+ L’avis de Fantasia

+ Challenges YAPetit Bac (lieu)

cadeaumaestro

Nous suivre et partager :
error0

Mon été mortel de Jack Gantos

Roman pour adolescent

Mon été mortel

de Jack Gantos

traduit par Valérie Le Plouhinec

Les Grandes Personnes, 2013
9782361931957, 17€

Jack est un jeune garçon de 12 ans qui adore l’histoire. Heureusement pour lui car suite à un concours de circonstances il se retrouve privé de sorties pour tout l’été! Prisonnier chez lui, avec pour seule occupation ses livres d’histoire et un trou à creuser dans son jardin pour faire un bunker. Enfin presque, car sa vieille voisine Mme Volker l’appelle aussi souvent à l’aide pour rédiger des chroniques nécrologiques. En plein coeur des années soixante, cette histoire prend place dans une petite ville américaine un peu particulière. Crée suite à la grande dépression par Eleanor Roosevelt, Norvelt était une ville auto-suffisante, battit de maison toute semblable où chacun avait un rôle. Les années ont passé  et les habitants originels ont bien vieilli. Mme Volker, cependant, semble bien décidée à être la dernière, afin de s’occuper de chacun des morts et de leur nécrologie.

Cet été là est très particulier pour Jack, mais il le sera aussi pour toute la petite ville, car les événements s’enchaînent ! Les petits vieux tombent comme des mouches, les Hells Angels veulent mettre le feu à la ville et le père de Jack construit un avion dans son garage…

Un roman intéressant pour tout le côté historique, les nombreuses anecdotes, l’atmosphère de cette petite ville. Si Jack le héros de ce roman est attachant par certains côtés, il saigne du nez à tout bout de champ ce qui n’apporte pas grand chose à cette histoire. L’auto-dérision et l’humour qui caractérisent de nombreux passages sont vraiment sympathiques mais de longs passages du roman en manque cruellement et les intrigues successives sont souvent bien pauvres en suspense.

Un roman en demi-teinte où le côté historique et l’humour rattrapent les lenteurs passagères. Mme Volker est un personnage  haut en couleur qui vaut le détour malgré tout ! Ce petit côté humour anglais ne me fait pas toujours rire, mais l’auteur a le mérite de le mener merveilleusement bien, pourtant autour du thème de la mort !

petit++ Challenge YA #3

+ Prix du meilleur roman jeunesse américain attribué par l’American library Association en 2012 * Newbery Medal * – Challenge A tous prix.

+ L’avis de Clarabel

cadeaumaestro

Nous suivre et partager :
error0