Un million d’ huîtres au sommet de la montagne ♥

huïtresAlbum documentaire
A partir de 8 ans

UN MILLION D’ HUÎTRES

AU SOMMET DE LA MONTAGNE ♥

Alex Nogués & Miren Aiain Lora (ill.)

Traduit de l’espagnol par Sébastien Cordin

Les éditions des éléphants (2022)

*****

Dès la première page, le narrateur nous invite à le suivre. Il nous demande si nous avons remarqué tous les animaux présents dans la page. Mais ce n’est pas de ça dont il veut nous parler. Il faut aller voir plus loin. Après avoir admiré un nuage en forme de baleine, puis un joli bois bucolique avec un torrent, il nous presse d’aller encore plus loin.

Nous y voici enfin. Où ça ? Mais au sommet de la montagne voyons ! Et qu’y a t’il de si surprenant en haut de cette montagne ? Il y a des centaines, des milliers, des millions d’ huîtres !! Comment elles sont arrivées là ? Ont-elles escaladé la montagne ? Sont-elles tombées avec la pluie ? Est-ce que ce sont des pierres en forme d’ huîtres ?

Pour connaître l’incroyable réponse, il va falloir que tu lises le livre… ;)

*****

Un million d’ huîtres… est un album documentaire qui m’a enchanté ! D’abord, j’ai beaucoup aimé la façon dont est raconté l’histoire, le fait que le narrateur nous parle et nous invite à le suivre. Les conseils qu’il donne aussi. Et cette invitation a observer la nature. L’auteur, géologue, partage son métier/sa passion avec nous d’une bien agréable manière !

Les illustrations m’ont beaucoup plu aussi. Elles sont précises, pleines de détails et et ont des couleurs très douces.

A la fin de l’ouvrage, un glossaire permet de comprendre les mots ou les notions les plus difficiles. Et enfin, les auteurs se présentent à leur manière dans les deux dernières pages.

Une très belle découverte pour moi, et un livre que les enfants auront plaisir à lire et à relire !

Dernier détail important : Comme tous les albums aux éditions des éléphants, les livrets sont collés et cousus, le papier épais et la couverture solide !

*****

Mini bio d’Alex Nogués sur Ricochet

L’illustratrice sur Insta

***

Le tombeau d’Alexandre – Aventure égyptienne

TombeauLe tombeau d’Alexandre

Isabelle Dethan & Julien Maffre

Delcourt

*****

T.1 : Le Manuscrit de Cyrène     /   T.2 : La Porte de Ptolémée   /     T.3 : Le Sarcophage d’albâtre

*****

Égypte, Alexandrie, 1858 : Des aventuriers, des marchands d’antiquités (vraies ou fausses !) recherchent le fameux tombeau d’Alexandre le Grand. Français et Anglais sont en compétition pour la quête des 3 morceaux du fameux Manuscrit de Cyrène qui permet de retrouver le tombeau.

Une bande dessinée qui m’a bien plu avec un côté historique (assez évident avec l’Égypte en 1858, la recherche d’antiquités), un côté histoire policière (il y a de nombreux retournements de TombeauTombeausituation, des traîtres, des enlèvements, des assassinats !) un fort parfum d’Orient et d’aventure et de nombreux traits d’humour. J’aime beaucoup les personnages féminins notamment Louise et sa mère, une femme de caractère !

Depuis que j’ai étudié l’Égypte ancienne à l’école (en 6ème si mes souvenirs sont bons) j’adore tout ce qui a trait aux pharaons, aux momies et aux tombeaux ! Cette bd, qui a, en plus, un petit arrière goût d’Indiana Jones, ne pouvait donc que me plaire. Les nombreuses petites cases de certaines pages donnent un certain rythme à l’histoire et les illustrations sont suffisamment détaillées pour nous faire rêver.

Sans vraiment parler de coup de cœur (je ne saurais pas vraiment dire pourquoi d’ailleurs), j’ai passé un bon moment avec cette trilogie très divertissante.

Une interview des deux auteurs sur BdGest.

*****

Du même illustrateur, nous vous avons présenté la très chouette bd : Stern, tome 1 : le croque-mort, le clochard et l’assassin

*****

Le Tombeau d Alexandre 4

La bd de la semaine

Cette semaine, c’est chez Yaneck

Le roman de la momie

Le Roman De La MomieLe roman de la momie

Théophile Gautier

Folio Junior, Gallimard Jeunesse
2015 pour cette édition abrégée et 1858 pour l’édition originale

Un carnet de lecture proposé par Philippe Delpeuch à la fin de l’ouvrage apporte quelques précisions sur l’auteur et sur le roman.

♦♦♦

Passionné d’archéologie, lord Evandale découvre dans une vallée du Nil une tombe inviolée. C’est celle d’une jeune Égyptienne morte il y a plus de trois mille ans, mais dont la beauté reste intacte. Qui était-elle ? Et quels secrets a-t-elle emportés dans son tombeau? Un rouleau de papyrus placé sur la poitrine de la momie raconte son incroyable histoire…

♦♦♦

Mon avis : Les 40 premières pages qui relatent la découverte de la momie et sont, en quelque sorte, l’introduction du véritable “roman de la momie” contiennent énormément de descriptions et de mots propres à l’Égypte antique.

La suite est faite de plusieurs histoires d’amour contrariées, notamment celle de Tahoser (la momie !) pour Poëri… Si la première partie parle beaucoup du quotidien d’une riche égyptienne ou du Pharaon, on a un dernier tiers de l’histoire qui est consacré à Moïse, aux hébreux et aux plaies qui s’abattent sur l’Égypte quand le Pharaon refuse de laisser les hébreux aller faire un sacrifice dans le désert.

Une belle histoire et une belle écriture, mais pas forcement facile d’accès (beaucoup de descriptions) pour de jeunes collégiens. Espérons que la version abrégée les séduise davantage… Il est d’ailleurs intéressant de comparer cette édition abrégée (qui fait 142 pages) avec l’édition intégrale (qui en compte 351).

Si j’ai lu la version abrégée sans problème, je dois dire, à ma grande honte, que je ne suis pas sûre que j’aurai eu le courage de lire la version intégrale !

Pour ceux que ça intéresse, vous trouverez ici l’édition intégrale.

http://flaubert.univ-rouen.fr/bulletin/bulle68.php Dédicace de Théophile Gautier à Flaubert

♦♦♦

Challenge Petit Bac 2016 chez Enna, 1ère ligne, catégorie OBJETSignatureNat

Bestiaire de l’Egypte – Archéologie : une histoire sans fin

Bestiaire de l’Egypte

 Alain Fortier

Un livre documentaire qui fait se rejoindre les amoureux des animaux et ceux de l’Egypte pour un bestiaire très complet. La faune très variée de l’Egypte se prête aisément à cet exercice et ce sont pas moins de animaux qui sont présentés. De l’abeille au gecko en passant par les animaux fantastiques comme le Sphinx.

Chaque animal est présenté en lien avec l’Egypte ancienne : les illustrations sont extraites de fresque d’époque, avec des explications sur l’importance de cet animal dans la vie égyptienne antique et notamment dans la religion. La présentation est complétée par le nom égyptien.

 

Les pages au fond coloré permettent une présentation dynamique et moderne de ces animaux sans pour autant tomber dans le côté trop enfantin de certains documentaires. Un ensemble très bien réalisé qui plaira aux enfants et adolescents.

Circonflexe, janvier 2013

Logo 2

***

Archéologie – Une histoire sans fin

Anne-Rose de Fontainieu - Archéologie, une histoire sans fin.

L’inventaire de l’archéologie à partir de 14 découvertes majeures.

Un bon pavé que ce documentaire sur l’archéologie qui se révèlent très complet. Après une présentation de l’histoire de l’archéologie on embarque pour une longue épopée historique, qui démarre avec les origines de l’homme pour ensuite explorer chaque civilisation : dans les grottes, en Mésopotamie (petit passage incontournable par Ur, avec Gilgamesh), l’Indus, l’Egypte, les mythes grecs, les mythes celtes, Rome, la Perse, Les Mochicas (avant les Incas), les Vinkings, les mayas et le Grand Zimbabwe ! Le tout complété par un dictionnaire en fin d’ouvrage et illustré tout du long par des mélanges de photographies et de dessins.

La couverture n’incite pas forcément à découvrir cet ouvrage, c’est dommage, l’intérieur est intéressant!

Une bonne raison de ne pas fêter la St Valentin mesdames : à l’origine les fêtes des Lupercales se déroulaient du 13 au 15 février. A cette occasion avait lieu le sacrifice d’un bouc. les jeunes hommes, maqués du sang de l’animal, couraient dans la ville. Armés de lanières découpées dans la peau du bouc ils fouettaient les femmes qui souhaitent avoir des enfants… pour les rendre fécondes! Brrr!

Gallimard Giboulées, août 2012