La grande vague – Hokusai

Le mois du Japon est de retour !
Conte dès 5 ans

La grande vague

Hokusai

Véronique Massenot et Bruno Pilorget (ill.)

Coll. Pont des arts

Éd. de l’élan vert (2010)

*****

Ce conte commence ainsi : Aki et Taro n’avaient pas d’enfants. L’été de leur vie finissait, sans fruits ni fleurs à cueillir au jardin. Ils avaient espéré longtemps, bu et mangé tisanes et mets recommandés de tous, prié au temple avec ferveur, fait mille offrandes… puis s’étaient résignés. L’enfant dont ils rêvaient ne voulait pas venir. Ne viendrait plus, jamais. Soupirs et larmes… Un miracle arriva.

Et il arriva porté par une vague immense.

*****

C’est un conte qui parle du désir d’enfant. Et aussi de l’inquiétude, du souci que les parents peuvent se faire pour leur progéniture. Mais il parle également des questions que peuvent se poser les enfants “adoptés ou recueillis”.

C’est une très jolie histoire. J’ai beaucoup aimé également les illustrations, rondes, colorées, pleines de douceur. L’avant dernière page nous présente le tableau d’Hokusai “Sous la grande vague au large de Kanagawa“, qui se trouve au musée Guimet à Paris. Et qui a inspiré ce conte.

La page de garde finale répond à plusieurs questions : Qui était Hokusai ? Pourquoi les impressionnistes aimaient-ils son travail ? Qu’est-ce qu’une étampe ? Et d’autres questions encore.

*

Un très joli livre que je vous recommande pour initier vos enfants à l’art d’Hokusai.

Mais aussi, tout simplement, pour le plaisir d’une belle histoire joliment illustrée !

*****

Livres qui parlent d’Hokusai, déjà présenté sur ce blog :

Chez Lou et Hilde

*

légendes

Le challenge Contes et Légendes (Bidib)

ÉTONNANTS ÊTRES VIVANTS – Doc Jeunesse

étonnantsDocumentaire jeunesse
A partir de 7/8 ans

ÉTONNANTS ÊTRES VIVANTS

Comment se nourrir, survivre, se reproduire, communiquer, apprendre.

Claire Lecoeuvre et Marta Orzel (ill.)

amaterra (2021)

*****

Ce très joli documentaire jeunesse nous parle d’êtres vivants plutôt étonnants. Que ce soient des oiseaux, des insectes, des mammifères, des poissons ou encore des plantes. Il nous explique comment ces êtres mangent (je vous conseille la plante-gourde de l’espèce “Nepenthes hemsleyana”), se défendent (le maïs appelle des insectes au secours), se reproduisent, communiquent ou apprennent. La diversité et l’inventivité de la nature n’ont pas fini de nous étonner !

*****

J’ai trouvé ce documentaire super intéressant. Il y a quelques petites choses que je savais, mais j’ai fait de jolies découvertes et appris plein de choses. Y compris sur des animaux que l’on croit bien connaître, comme les éléphants par exemple. Savez-vous comment ils communiquent ? Ils sont étonnants ! Et que dire de cette collaboration entre l’homme et un oiseau, le “grand indicateur”, au Mozambique ? C’est totalement incroyable et absolument fascinant.

Seul bémol (qui n’en est pas vraiment un) : si les illustrations sont belles et originales, j’avoue pour ma part que j’aurai préféré des photos. Mais ça n’enlève rien à l’intérêt de ce documentaire. Et les enfants ne seraient peut-être pas d’accord avec moi !

Je n’ai pas parlé du livre en lui-même. La couverture est solide, les livrets sont cousus et collés (cela peut vous sembler sans importance, mais à l’usage, ce genre d’ouvrage est beaucoup plus costaud !) La couverture est “toilée” (comme une toile pour peindre) avec les lettres en relief, c’est très agréable. Et le papier est épais, de bonne qualité, ça se sent au toucher.

Bref, un livre de qualité, sur le fond comme sur la forme, que vous pourrez offrir sans problèmes à tous les enfants à partir de 7/8 ans.

*****

N’hésitez pas à aller sur le site de l’éditeur lire quelques pages

Le site de l’autrice, ancienne botaniste et journaliste scientifique

Celui de l’illustratrice

*****

D’autres documentaires jeunesse sur la nature : Dans le secret des galeriesArboramaSur l’origine des espècesLes chouettes rencontres de BélavieOcéan

Le poisson qui me souriait de Jimmy Liao

Le poisson qui me souriait est une très belle histoire d’amitié, hors du commun

Album pour la jeunesse dès 7 ans

Le poisson qui me souriait

de Jimmy Liao

Editions HongFei, mars 2021,
hors collection,
texte et illustrations de Jimmy Liao,
104 pages- 14,90 euros

 

Thèmes: poisson, mer, liberté, amitié

 

Après le magnifique Nuit étoilée, c’est sans aucune hésitation que je me suis plongée dans cette nouvelle histoire de Jimmy Liao. Dans Le poisson qui me souriait, il y a un côté délicieusement absurde que j’ai adoré. Rêve et réalité s’entrelacent savamment afin de faire vivre au lecteur une aventure hors du commun.

 

On sent que l’auteur a un lien étroit avec la nature. En effet,  le message véhiculé par Le poisson qui me souriait est un véritable appel à la liberté. Et la liberté, ce n’est pas tourner en rond dans un aquarium simulant un environnement aquatique…

 

Le poisson qui me souriait raconte l’histoire d’un homme attiré par un poisson qui, comme le titre l’indique, sourit constamment. Ce poisson semble heureux de sa condition. Mais au fur et à mesure, cette cohabitation singulière va permettre à l’homme d’ouvrir les yeux sur une situation affligeante.  Cette fois je n’ai pas mis le résumé de l’éditeur car il raconte comment l’histoire se termine. Et ce serait dommage de gâcher le plaisir d’une si belle lecture!

À l’instar de Nuit étoilée, le texte et les illustrations sont l’oeuvre de Jimmy Liao. Pour Le poisson qui me souriait, Jimmy Liao a principalement utilisé une palette de tons froids au début du récit. Par la suite, grâce à l’introduction de notes de jaune et de vert fluorescent, les bleus dominants font place à des couleurs plus lumineuses. Les décors sont assez minimalistes; seul le dessin de la ville est plus détaillé. Cette sobriété met parfaitement en valeur les personnages.

 

J’apprécie beaucoup l’illustration  de couverture. On y voit parfaitement le contraste entre la ville synonyme d’entrave à la liberté et l’immensité de la mer. C’est un album qui invite le lecteur à réfléchir sur diverses notions. Les sentiments de l’homme sont légitimes mais n’est-ce pas une forme d’égoïsme au final?

 

À lire!

 

~Melissande~

 

+ Sur le même sujet: Amélie et le poisson de Helga Bansch, présenté par Nathalie

+ Un album humoristique présenté par Nathalie: Totoche et le poisson malheureux de Catharina Valckx

Top & Flop ~ Mini hérissonne 14 – 16 mois

Voici le top et flop de ma mini hérissonne, de 14 à 16 mois !
– Ma mini hérissonne à aujourd’hui 17 mois, mais j’ai pris un peu de retard que j’essaye de rattraper… à très vite donc pour les livres suivants ! –

Top

ohnongeorgeOh Non, George !

Chris Haughton

La version cartonnée et petit format de l’album de Chris Haughton plait beaucoup à ma mini hérissonne ! Dans sa bibliothèque depuis plusieurs mois, elle ne le réclamait pas trop jusqu’à il y a peu… et maintenant c’est tous les jours sans exception, et avec de grands éclats de rire !

Oh non, George ! est l’histoire d’un chien, George, qui ne peut pas s’empêcher de faire des bêtises ! Il dévore un gâteau au chocolat, cours après le chat, fait des trous dans les parterres de fleurs… C’est drôle, mais surtout parce que notre pauvre George s’en veut à chaque fois, et que comme une rengaine, à chaque bêtise, le narrateur s’exclame : Oh Non, George ! Forcément ça plait aux enfants, qui peuvent facilement participer !

Les illustrations sont colorées, toutes dans les tons orangées et roses de la couverture, modernes. Le manque de contraste fait qu’il faut attendre les 12-14 mois pour que les enfants commencent à s’y intéresser, grâce à leur compréhension du texte. Mini hérissonne adore répéter, et rigole volontiers aux bêtises… et à la chute!

Thierry Magnier, 2014

non ashbéNon !

de Jeanne Ashbé

Encore une négation, mais il faut bien avouer que le mot non, qu’elle maîtrise de mieux en mieux, est un des préférés de mini hérissonne !  Avec ce livre là, le NON devient facilement un jeu, et permet de désamorcer quelques situations…

Non ! est l’histoire d’un petit poisson qui a faim… mais seulement d’un bonbon ! Gros Poisson dit NON. Alors Petit poisson dit Non, pas de soupe aux vairons, de ver à l’hameçon… Sauf que ce petit poisson, au bout d’un moment, à dire non, il ne sait plus très bien ce qu’il veut… Et voilà qui amène à une très jolie chute, en câlin !

Les illustrations sont simples et colorées, mais ce petit poisson rouge, tout simple, est facilement reconnaissable, et c’est ce qui fait son succès ! Mini hérissonne a appris avec lui à faire le bruit du poisson (si si, les poissons font du bruit ;) et surtout rigole beaucoup tout au long du livre… et fait un câlin à la fin ! Elle l’aime vraiment beaucoup, surtout raconté par son papa, qui fait très bien le poisson, le non, et le câlin !

Un livre tout simple, mais qu’on adore aussi finalement, car il est simple et drôle. Mini hérissonne repère maintenant les poissons dans les autres livres, et quand elle s’entête dans un NON, on peut facilement la faire rire en disant juste “Petit poisson dit NON !”

Pastel, 2008

Et toujours :
* Saute, encore et toujours, se lit en boucle à la maison
* Max the elephant, chanté par maman
* Petit doudou, Bonne nuit : tous les soirs pour le rituel du couché
* Chuuut, en imitant la chouette et le loup
* Zékéyé et l’oiseau de pluie

Pas des coups de coeur, mais elle aime bien…

Mes premiers motsMes premiers mots

Maxine Davenport

Ce petit imagier très contrasté a déjà bien servi quand mini hérissonne était plus petite, mais depuis quelques temps elle s’en sert réellement comme un imagier, essayant de retrouver ce qu’elle connait, et de dire les mots.

Quelques pages seulement pour ce petit imagier cartonné, mais de très bons contrastes qui attirent l’attention de l’enfant, avec en plus des détails “brillants” ajoutés, qui donnent un petit peu de punch à cet imagier classique. Les mots sont simples, tout comme les dessins, et ça fonctionne vraiment bien. Deux petits points négatifs tout de même. Tout d’abord pas de chats ici, et comme c’est le mot préféré de mini, c’est dommage. Ensuite, la tasse, dans le livre, est dessiné avec un dessin : une fleur… et ça ne manque pas, mini hérissonne dit toujours Feeuurrr, quand on arrive à cette page. Une petite chose à laquelle il faut faire attention dans ce genre d’imagier !

Un imagier tout simple mais bien contrasté, qui plait à mini hérissonne, pas besoin de plus ! Dans la même collection il existe Mes premières formes et Mes premières couleurs, notamment, mais c’est pour plus tard !

Deux coqs d’or, 2015

Et le matin quand le jour se lève….Anne Crausaz - Et le matin quand le jour se lève....

Anne Crausaz

Le jour se lève, doucement, tout en poésie, les bêtes de la nuit vont se coucher, chouettes, hérissons, fouines. Alors les oiseaux chantent, le coq aussi… et il est l’heure de se lever.

Un petit cartonné tout simple mais plein de la poésie de la nature qu’Anne Crausaz sait si bien mettre en avant par ses doux dessins colorés et nuancés. Il permet de rythmer le réveil du petit, en compréhension avec la nature qui nous entoure.
Malgré les contrastes, il a fallu attendre que mini hérissonne ait plus un an pour qu’elle commence à s’intéresser à ce petit livre ! Elle le regarde maintenant quand on lui propose, mais ne le demande pas d’elle même.

éditions Mémo, 2015

Marie Aubinais et Danièle Bour - Petit Ours Brun et son petit chat.Petit ours brun et son petit chat

Première découverte de Petit Ours Brun, avec ce titre, et ma mini hérissonne adorant les chats, ça ne pouvait que fonctionner ! Elle aime beaucoup répéter CHAT à toutes les pages en montrant l’image du chat. L’histoire étant très simple (descriptions des rapports de Petit Ours Brun avec son chat), elle a vite intégrer le principe, et intéragit donc maintenant à chaque page en fonction de l’histoire : un câlin, une petite tape, un chien…. C’est mignon de la voir faire, mais ce n’est pas le genre de livre que l’on peut lire en boucle, et heureusement, elle ne nous le demande pas (trop).

Les histoires de Petit Ours Brun fonctionne généralement très bien avec les petits, en livre comme en dessin animé, car le vocabulaire est simple, proche de leur quotidien, et les images très parlantes. En crèche je pouvais raconter en boucle certains titres, aux enfants de 2/3 ans… On verra donc par la suite. Ce petit ours est mignon mais ne fait pas très moderne…

Par curiosité nous avons testé un autre titre de Petit Ours Brun trouvé à la bibliothèque, Petit Ours Brun et son tricyle, et là, gros Flop…

éditions Bayard, 2015 (nouvelle édition)

Malika Doray - Elle.Flop

Elle

de Malika Doray

Un album cartonné grand format auquel mini hérissonne et moi n’avons pas accroché. Il faut dire que “Elle”, c’est la nounou, et mini hérissonne va à la crèche, ce terme ne lui est pas familié. Le livre fonctionne par négation, en passant en revue toute la famille : papa, maman, mamie, papi, tata, tonton, frère, sœur… Une sorte de devinette s’installe dans le texte, où l’on cherche à savoir qui sera ce “Elle”.

Le vocabulaire de la famille n’est pas encore maîtrisé par mini hérissonne, qui appelle tout les adultes “papa” , le texte n’a donc pas su la séduire. Quant aux illustrations, bien dans le style simple et animalier de Malika Doray, elles insistent sur les personnages, notamment grâce à un fond blanc. C’est mignon, ce petit qui interagit avec sa famille, mais ça n’a pas fonctionné ici.

Il existe aussi le titre LUI, sur le même principe, que nous n’avons pas testé.

Ecole des Loisirs, 2015

On ne lit plus :

* Ecoute dans la nuit
* Chants de Noel
* T’choupi au zoo
… Elle ne s’est pas vraiment lassée, mais les livres n’ont plus de piles, alors hop, rangés :)

+ Découvrez la bande annonce de Oh Non, George :

Et vous, les chouchous de vos jeunes enfants en ce moment ?