Tokyo – Perdus dans la grande ville -Mois du Japon (1)

perdusSi un de vos proches avait disparu, que feriez-vous ?

A partir de 13 ans

TOKYO

Perdus dans la grande ville

Graham Marks

Albin Michel Suspense (2007)

*****

La sœur d’Adam, Charlie, 21 ans, a pris un an de congé sabbatique pour voyager avec sa copine Alice. Ce jour là, quand Adam se réveille, il voit son père furieux dans l’encadrement de la porte. Charlie a disparu depuis plusieurs jours. Avec son amie Alice, elles travaillaient comme hôtesses dans un bar de Tokyo pour gagner un peu d’argent. Et personne ne le savait, personne, sauf Adam.

Les grands-parents d’Adam étant âgés et très malades, sa mère ne peut partir. Et son père ne veut pas la laisser seule en ce moment difficile. La police ? Elle n’a aucune nouvelle non plus. Adam décide donc de partir seul, au Japon, à la recherche de sa sœur.

*****

Un roman que j’ai englouti en deux jours. Il faut dire qu’il est facile à lire, plaisant et distrayant ! L’histoire pourrait paraître tirée par les cheveux, mais les détails sont plutôt réalistes et on y croit ! Bref, un petit voyage à Tokyo avec “Perdus dans la grande ville”, en cette période de confinement, c’était très agréable.

*****

Autres romans ado “Japon” : Banzaï au pays des mangas, Banzaï Sakura, Azami (à partir de 11 ans), Les noces de la Renarde, Fleurs de Dragons (Ado/JA)

Challenge “Un mois au Japon

 

C’est ma 1ère participation pour le challenge “Un Mois au Japon2020

Et en plus, je suis dans le thème de la semaine qui est “Villes” (Incroyable, non ?)

Chez Lou et Hilde

Ainsi qu’à l’objectif PAL chez Antigone

(Dans ma pal depuis plus de 2 ans…)

Banzaï au pays des mangas – Roman ado

banzaï

Un très joli voyage au pays du soleil levant !

Roman à partir de 10 ans

Banzaï au pays des mangas
Véronique Delamarre Bellégo

Oskar éditeur (2018)

*****

Joséphine et Sakura sont entrées au collège. La bonne nouvelle, c’est qu’elles sont dans la même classe. La moins bonne, c’est qu’elles retrouvent aussi Fabio, avec qui l’entente laissait à désirer au CM2… Au début du roman, la rentrée est déjà loin et les deux amies se sont peu à peu habituées à ce collège qu’elles trouvaient si intimidant au départ. Ce jour là, le prof d’anglais, John et le prof documentaliste, Alexandre, discutent au CDI. Ils projettent d’inscrire le collège à un concours de mangas organisé par le gouvernement japonais !

*****

Banzaï au pays des mangas est la suite de “Banzaï Sakura“. Ceci dit, vous pouvez parfaitement le lire sans avoir lu le premier, car c’est une aventure totalement différente. En plus, sous la forme de souvenirs, l’autrice a fait un résumé du tome précédent (un procédé que je trouve très malin !).

J’ai particulièrement aimé

l’écriture de ce roman, sa narration fluide, son humour, le fait qu’il soit parsemé de mots et de culture japonaise… En fait, alors même que ce n’est pas un pays qui m’attire plus que ça (à part les cerisiers en fleurs, les jardins zen et le Mont Fuji- bon ok, l’architecture et les pâtisseries aussi), en terminant ce roman, je rêvais d’aller au Japon !!

Les collégiens de cette histoire nous font vivre une sorte de tourisme culturel et patrimonial, mélangeant passé et présent et c’est très réussi ! Je ne suis pas toujours très à l’aise avec les romans pour les plus jeunes, les trouvant parfois un peu trop “simples”.

Celui-ci peut-être lu par tous sans crainte de s’ennuyer ! Et pourtant, je ne suis pas spécialement fan de mangas (je n’y connais rien et n’arrive pas à lire dans l’autre sens !)

Un très bon moment de lecture ♥

*****

Blog de l’autrice

De Véronique Delamarre Bellégo, nous avons déjà présenté  : Banzaï Sakura, Le secret de grand-oncle Arthur (dernier livre présenté) et SOS Ange gardien

*****

C’est ma 2ème participation au challenge “Un mois au Japon 2019” chez Lou & Hilde

http://www.lelivroblog.fr/media/00/01/2537231035.jpg

Un roman qui participe également au Challenge Petit Bac chez Enna – catégorie Lecture (mangas)

Ainsi qu’à l’objectif PAL chez Antigone

(Depuis mai 2018…)

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

TOKYO VICE – Enquête chez les yakuzas

Tokyo

TOKYO VICE

Jake Adelstein

Éditions Marchialy (2016)

¥ ¥ ¥ ¥ ¥ ¥

C’est une Lecture Commune avec Blandine, qui m’a offert ce roman et que je remercie pour cette découverte.

En ouvrant ce livre, je pensais lire un roman policier se déroulant au Japon. En fait, l’auteur Jake Adelstein, est journaliste et il est le premier étranger à avoir intégré un célèbre journal japonais, le Yomiuri Shinbun, journal le plus vendu au monde (le lien va vers la version en anglais du journal).

Ce livre est son histoire depuis son arrivée au Japon à l’âge de 19 ans. Devenu journaliste d’investigation, il enquêtera sur de nombreux sujets, jusqu’à se trouver confronté au monde dangereux des yakuzas. C’est donc plus un témoignage qu’un polar, mais c’est vraiment raconté comme un roman policier !

C’est une enquête touffue et totalement dépaysante que nous propose -avec une bonne dose d’autocritique et d’autodérision- Jake Adelstein. J’ai parfois eu du mal avec les noms japonais, du mal à retrouver qui était qui… C’est un roman qu’il faut lire d’une traite ou presque, pour garder le fil. Mais c’est également un livre grâce auquel on découvre les “codes” des japonais, leurs habitudes, leur quotidien, ainsi que les “bas-fonds” de Tokyo… Et ça, ça ne m’a pas fait rêver !!

L’an passé, pour ce mois du Japon, j’avais lu et apprécié beaucoup d’albums, de romans et de documentaires jeunesse essentiellement, voir ici le récapitulatif “Japon est le thème d’avril” . Et tous ces lectures m’avaient donné envie d’aller au Japon.

Cette année, ma participation se limitera probablement à Tokio vice (faute de temps, le mois est presque terminé !) mais j’avoue qu’il m’a bien refroidie côté envie de voyage au pays du Soleil Levant… Mais bon, je pense que si je lis un jour “Gomorra” je n’aurai plus envie d’aller à Naples ! (je ne vais peut-être pas le lire du coup…)

Le roman commence ainsi

Vous supprimez cet article, ou c’est vous qu’on supprime. Et peut-être bien votre famille aussi. Mais on s’occupera de vous en premier, pour que vous appreniez quelque chose avant de mourir.” L’homme de main élégamment vêtu parlait très lentement, de la manière dont les gens parlent aux idiots ou aux enfants, ou de la manière dont les Japonais parlent parfois aux étrangers complètement paumés. Ça ressemblait à une offre à sens unique. “Laissez tomber cet article et votre boulot, et on fera comme si rien de tout ça n’était arrivé. Écrivez votre article et il n’y aura pas un seul endroit dans le pays où l’on ne vous traquera pas. Compris ?

¥ ¥ ¥ ¥ ¥ ¥

N’étant pas une grande lectrice de reportages (sauf dans les revues style Géo, Animan ou National Geographic), j’ai découvert avec Tokyo vice les éditions Marchialy.

Ce livre fait partie de la sélection 2017 du Prix du meilleur Polar des lecteurs de Points.

Ci-dessous, une interview de Jake Adelstein sur France Inter lors de la sortie de son livre en France.

Ce challenge “Un mois au Japon” est proposé par Lou de My Lou Book et Hilde du Livroblog.

http://www.lelivroblog.fr/media/01/01/2476196061.jpg