Louisiana – BD sur la ségrégation

LouisianaMémoires d’une plantation
Trilogie (2 tomes parus)

LOUISIANA ♥

La couleur du sang

Léa Chrétien & Gontran Toussaint (ill.)

Dargaud

*****

Le tome 1 est sorti en 2019, le tome 2 en 2021.

*****

Louisiane, 1961. Les petites filles de Louise viennent de terminer la lecture d’Autant en emporte le vent de Margaret Mitchell. Enchantées par le romantisme de leur lecture, elles se précipitent vers leur grand-mère, qui a grandi dans une plantation pour qu’elle leur raconte des histoires de son enfance. Mais celle-ci refuse fermement, disant que ce ne sont pas des histoires pour enfants.

Plus tard dans la soirée, Hazel, la bonne (noire évidemment) passe voir sa patronne. Celle-ci lui demande le service suivant : Elle va lui raconter son enfance à la plantation et Hazel va mettre ça par écrit. Ceci afin que la mémoire familiale ne disparaisse pas totalement à son décès.

Puis elle commence son récit à l’automne 1805… Et en effet, son histoire va se révéler beaucoup moins romanesque qu’Autant en emporte le vent. Esclaves maltraités, violentés. Femmes battues et méprisées. Dans cet état esclavagiste du sud de l’Amérique, les hommes sont dominateurs, violents et sans pitié.

louisiana-la-couleur-du-sang-tome-2-louisiana-la-couleur-du-sang-tome-2

*****

Au départ, dans le premier tome, on a l’impression d’une certaine “facilité”. Les femmes sont présentées comme étant gentilles (et soumises), persécutées et brutalisées par les hommes, qu’elles soient noires ou blanches, esclaves ou faisant partie du cercle familial.

Mais dans le second tome, le ton change. Ce sont les femmes qui apparaissent dures et sans pitié…

Je trouve les couvertures magnifiques. Les illustrations et les couleurs sont très réussies également.

Bref, une BD qui parle de la difficile vie d’esclave dans une plantation mais également des conditions de vie des femmes à cette époque (dans un décor superbe).

J’ai hâte de voir comment cette sombre histoire va se terminer ! Un scénario qui serait tiré d’une histoire vraie…

Cette semaine, nous sommes avec Stephie !

Elle participe aussi à l’Objectif PAL chez Antigone

ainsi qu’au challenge d’Enna, l’African American History Month

https://lh3.googleusercontent.com/NJnOLTnUE8fkiZsVl1i1izT7vOHXNGOPHLQjqRId1JpfEFqKWAcUwN5n7GBF_e58zQILzh0WGngvDgQS7ipzPnq9H67GtMd2qXxvM9zbKIbK_MQ3_JAAldd8gaT1e7A3aGkZOMXBvjNJgJZlVIaJ2ATzFmtXj99njz-Et0r3dZ4THrCRoy_YbsiQ7fSYXRv0jyFRP-cYo9yrOw1F__P_zwu6bT0jzmZMF14ZCqb6n9Zz3x0jbt7DYh3OG3VQtqiRyWq5rcm2oI3OQIRVT4GvZXKW-4SyeXbYRAcg5ULbp8QTzveC_2a3NHvwpM5qtgbC0z4XoSSvjTcmO1pxLDrTSFF5fiLh_k_XRaydonBbOofIkq454r8re2zHzgpCLyVwRsvlDPDOoDT_exPnPqM8PFBqZJIXEH_rIe8vt9pZ_3i-YNaqssjQ-ucvhjNVg3XWErvt3XlJpnpfxrU-YGBrykRPrtRiKfXdYecBMXdtE2aw55_lZbv94o058_3V7qw9ovoNWHlwZyTCIYj4YuVSsfkmZxfwrUgVt2WrY0OlW_o2X7JhdY6OlRkWvMobupkxBuGk5pWynXfj1bmXegYuyYl66dl4esZ-rJCgvH01dIMRZquQ28bawqjhlidFq8mkCOjRWrMW_Z46OeCQtp1sRNOt4aWUHVNz=w960-h480-no

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

ça pousse comment ? Album potager

pousseAlbum potager
à partir de 7/8 ans

Ça pousse comment ?

Gerda Muller

L’École des Loisirs (2015)

*****

Sophie va passer les grandes vacances à la campagne, chez ses grands-parents. Le lendemain de son arrivée, elle a une jolie surprise. Son grand-père, Grand-Jean, lui a préparé des outils de jardin à sa taille et il lui donne un carré de terre pour qu’elle fasse pousse r ce qu’elle veut.

La petite fille est ravie. Elle va planter des carottes, des radis et de la salade. Elle va aussi aider son grand-père pour le reste du jardin. Comme ça, elle va apprendre plein de choses ! Comment et pourquoi “pailler” les oignons par exemple.

Des jardiniers professionnels ont relu le texte.

*****

Cet album permettra à tous les enfants qui n’ont pas la chance d’avoir un potager chez eux de comprendre comment poussent les légumes. De savoir aussi à quelle famille ils appartiennent (légumes-fruits, légumes-fleurs, légumes-tubercules, légumes-bulbes, légumes-tiges, légumes-graines, légumes-feuilles ou légumes-racines !) et à quoi ils ressemblent “sur pied”.

A la fin de l’album, il y a un glossaire et un index avec des définitions et des explications. Les illustrations sont très belles et très précises.

*****

Pour les plus jeunes, nous vous avons présenté “Le p’tit jardin“.

Il s’appelait comme moi – Roman jeunesse

moi

1914-1918

Il s’appelait comme moi

Jeanne Taboni Misérazzi

Ill. de Virginie Grosos

Éditions Millefeuille (2014)
******

Lors d’une sortie scolaire autour du Monument aux morts, pour préparer la cérémonie du 11 novembre, le jeune Paul découvre, à sa grande surprise, que son nom figure sur le monument. Après une courte enquête, il s’aperçoit qu’il s’agit en fait de son arrière arrière grand-père. Il va alors faire des recherches pour en savoir un peu plus sur cet ancêtre mort à 23 ans.

En parallèle, nous entendons la voix de Paul (celui qui est mort en 1915) qui nous raconte son quotidien à la ferme tout d’abord, puis son départ pour la guerre lors de la mobilisation générale du 2 août 1914.

******

“Il s’appelle comme moi !” dit le jeune Paul…

Une belle histoire même si elle est forcément un peu triste. On sent bien le désarrois de ce jeune paysan, qui vient d’être père et est obligé de quitter sa famille, son travail, son quotidien, en bref, sa vie et son île aussi, la Corse, qu’il n’avait jamais quitté, tout ça pour aller servir de chair à canon dans un conflit qu’il ne comprend pas…

J’ai trouvé que c’était une façon très intelligente de relier les enfants à quelque chose qui peut leur paraître très lointain ! Le fait qu’ils voient leurs noms sur un monuments, qu’ils se rendent compte que c’était un père, un grand-père, leur rendent certainement les choses plus “réelles”.

ilLes quelques pages documentaires sont également très intéressantes, ainsi que les explications pour faire ses propres recherches et son arbre généalogique !

Je n’ai pas parlé des illustrations : elles sont très simples, très douces, pour la plupart on dirait juste des croquis au crayon à papier qu’on aurait commencé à colorier en marron…

******

Le site de l’auteure

Celui de l’illustratrice

Ce roman participe au Challenge “Première Guerre Mondiale 2018

chez Blandine (voir ici sa chronique) que je remercie pour cette jolie découverte !

Annelise Heurtier – Autrice jeunesse

Annelise Heurtier

 
 

♥♥♥

Le-carnet-rouge Annelise Heurtier

 D’Annelise Heurtier, une auteure que j’apprécie beaucoup, je vous ai déjà présenté “Refuges” et “Sweet sixteen.

Née en 1979, elle commence par faire des études de commerce avant de se tourner vers la littérature jeunesse. C’est au Rouergue, en 2007, qu’elle publie son 1er roman : Sidonie Quenouille. Depuis, elle a quand même écrit une vingtaine de romans…

Je vous dégoûte un petit peu : avec son compagnon et ses deux enfants, elle habite à… Tahiti ! Ne me dites pas que ça ne vous fait pas rêver !!  Son blog est ici.

♥♥♥

Le carnet rouge

Casterman (2011)

Je m’appelle Marie et j’ai 16 ans. Si on s’était rencontrés la semaine dernière, je me serais présentée comme une lycéenne ordinaire, vivant avec sa mère dans la banlieue de Lille. Vous m’auriez alors demandé d’où me venaient ces cheveux et ces yeux si sombres. Je vous aurais répondu que j’avais du sang népalais. Vous auriez attendu la suite. Mais je ne sais rien de mes origines, ma mère a toujours refusé d’en parler. Aujourd’hui, tout a changé. Entre les pages d’un mystérieux carnet rouge, je viens de découvrir une vérité que je n’aurais jamais pu imaginer. 

Mon avis : Un roman très intéressant (j’ai appris plein de trucs !) et plein d’émotion. Un roman qui traite de la transmission familiale, de ce qui est dit ou caché (et du mal que peut faire ce qui est caché !). Quelque chose qui m’a touché (comme la jeune fille du roman, je ne connaissais pas mon “père” biologique, je l’ai rencontré à 40 ans).

On ne le dira jamais assez, parlez à vos enfants !! Ce qu’ils ne savent pas, ils l’imaginent et ils imaginent toujours des choses pires que la vérité… 

Bref, on apprend beaucoup de choses sur le Népal (une petite pensée pour mon oncle, décédé là-bas il y a quelques années), sur les traditions et les Kumari. Une dizaine de pages à la fin du roman forment une petite partie documentaire très intéressante. Et puis, la couverture est superbe !

Un reportage intéressant sur les Kumari ici.

Pour aller plus loin, sur le site de France Népal des livres jeunesse ou non.

La_ou_naissent_les_nuages Annelise HeurtierLà où naissent les nuages

Casterman (2014)

Mon père m’a attrapée par les épaules.

– Viens avec moi. Un voyage humanitaire, c’est le genre d’expérience qui marque une vie entière.

Putain, il me faisait chier, avec sa Mongolie. Une voix a retenti, une voix de petite fille qui veut plaire à son père qui veut se prouver qu’elle n’est pas si nulle qu’elle ressemble un peu à sa mère un peu un tout petit peu :

– Pourquoi pas. Je ne pouvais pas y croire. Et pourtant si. C’est moi qui avais parlé.

Mon avis : Comme avec le précédent roman, “le carnet rouge”, c’est un mélange habile de roman (l’histoire d’une jeune fille de bonne famille mal dans sa peau qui mange pour oublier et qui va se retrouver dans un monde totalement différent du sien) et de documentaire, parce qu’on apprend vraiment des choses sur la Mongolie et la culture Mongole.

Plus important encore à mes yeux, Annelise Heurtier titille notre curiosité et nous donne envie (à moi en tous cas !) d’aller plus loin une fois ses romans refermés… Suite à ma lecture du carnet rouge, je n’ai pu m’empêcher d’aller voir des photos du Népal, de voir si la coutume des Kumari existait toujours (c’est le cas !)…

Ici aussi, j’ai eu envie d’aller plus loin, de voir ces paysages sauvage de Mongolie, de voir la statue géante de Gengis Khan (40m de haut tout de même !), l’intérieur des yourtes, les costumes traditionnels… Sur votre moteur de recherche, tapez juste “mongolie” et vous allez voyager très loin…

Il est certain que je lirai les prochains livres d’Annelise Heurtier. J’ai trouvé vraiment très bien les 4 romans que j’ai lu d’elle.

On se cultive tout en se distrayant, que demander de plus ??

Une bibliographie sur la Mongolie proposée par le bullutin de Marmousse

SignatureNat