L’Amie en bois d’érablede Delphine Roux et Pascale Moteki

L’amie en bois d’érable est un beau conte sur la continuité des énergies

Album pour la jeunesse dès 7 ans

L’amie en bois d’érable

de Delphine Roux

et Pascale Moteki

 

Editions HongFei, Hors-collection, juin 2020, 44 pages- 15,50 euros

 

Thèmes: absence, émotion, rencontre, transmission, enfance, Japon

 

Présentation de l’éditeur: “Tomoko, petite fille sensible et curieuse, reçoit de sa tante une poupée Kokeshi en bois d’érable. Elle l’adore et en fait son amie pour chaque moment de sa vie. Mais un matin d’orage, elle la perd (…)”

 

Ce très bel album conte le lien entre une enfant et un objet. Symbolique de l’enfance, la petite poupée en bois présentée dans L’amie en bois d’érable est presque magique.

Comme dans de nombreuses philosophies asiatiques, la kokeshi est un objet sacré dont on doit prendre soin. Ainsi elle veillera avec amour sur les personnes qui la chérissent.

Du côté des illustrations, les couleurs vives sont mises en valeur grâce aux fonds blancs. Ce procédé subtil permet de mettre en avant la finesse des dessins de L’amie en bois d’érable.

A travers ce récit, on apprend que ce qui est perdu réapparaît au moment opportun. La notion de patience est aussi évoquée par le biais de la Tomoko adulte qui tient un atelier de poterie.

J’ai beaucoup aimé L’amie en bois d’érable pour son originalité et aussi car je suis passionnée par la culture japonaise depuis l’enfance.

 

 

Un titre à découvrir absolument!

~Melissande ~

Les petits plus :

+ L’avis de Sophie Hérisson : Quelle douceur que cet album japonisant L’amie en bois d’érable ! J’aime beaucoup les Kokeshi et le voyage de celle de cette histoire est vraiment touchant, il permet une transmission sur les années, et voir grandir la petite héroïne est toujours quelque chose que j’apprécie dans les albums, qui ont souvent une temporalité plus courte. 
Ma fille de 6 ans a apprécié cette lecture malgré certaines complexités culturelles.

+ Sélectionné pour le prix des Incorruptibles 2021 2022 niveau CE1
+ Mois Japon chez Lou et Hilde

 

+ L’avis de Marine Landrot pour Telerama

+ L’avis de Michel Driol sur Li&Je

+ Un autre conte inspiré de la culture japonaise,  présenté par Nathalie: Le kami de la lune de Nathalie Dargent et Sandrine Thommen

 

 

Chère Maman – roman épistolaire jeunesse ♥

MamanRoman épistolaire
A partir de 11/12 ans

Chère Maman ♥

Sylvie Baussier

Oskar éditeur (2019)

*****

Une femme, maman d’une fille de 12 ans, se décide à écrire un journal. Dans ce petit carnet, qu’elle garde précieusement dans son sac à main, elle écrit des lettres à sa mère. Elle écrit les choses qu’elle n’a jamais osé lui dire. Des souffrances passées dont elle aimerait lui parler, mais qu’elle n’ose pas exprimer. Des chagrins qu’elle traîne comme des boulets. De bons moments aussi, des souvenirs de choses faites ensemble, petits rayons de soleil dans une enfance plutôt triste.

Et puis un jour, le carnet disparait. Elle le cherche. Se demande où elle a pu le perdre. Nous, lecteurs, savons qui l’a pris.

*****

C’est un tout petit roman, un petit format qui fait à peine 80 pages, mais c’est un texte très fort. Un texte qui parle de la complexité de la communication entre mère et fille. De la difficulté qu’ont certaines personnes à montrer / à dire ce qu’elles ressentent. Et comment les enfants peuvent souffrir de cette “froideur”, de ce manque de communication, de ce manque d’amour.

Ce récit m’a beaucoup touchée et j’ai fini cette lecture en pleurant. Cela sonne si juste !

Tout le monde ne sera pas touché de la même façon bien sûr en lisant cette histoire. Moi elle m’a touchée à la fois en tant que “fille”, et en tant que “mère”.

A la fin du livre, quelques pages parlent des différents “types” de mères, de l’instinct et de l’amour maternel.

Une très belle lecture ♥

*****

Le blog de l’autrice

D’autres ouvrages de Sylvie Baussier présentés sur ce blog :

Le club des poneys, Le vétérinaire (1er doc présenté), Dis bonjour à la dame (1er doc présenté), Là-bas tout ira bien (roman ado)

Un autre roman paru aux éditions Oskar parle (entre autres) de la difficulté des relations mère-fille : Le sourire du Diable

Les jardins Divari – Musique Maestro ! ♥

jardins

Les jardins Divari ♥

Caroline Hurtut & Loren Bes
Coll. Rêves bleus
Éditions D’Orbestier (2015)
*****

Monsieur Divari était un cultivateur un peu spécial. Dans ses jardins, il faisait pousser des instruments de musique. Des cordes, des percussions, des cuivres, des instruments à vent. Et ses instruments étaient d’une telle qualité que les plus grands musiciens venaient du monde entier pour les lui acheter. Monsieur Divari adorait son métier. Mais ce soir là, tout en admirant les plants de contrebasses dans le soleil couchant, il songea qu’il aurait bientôt 78 ans et qu’il était temps pour lui de confier ses jardins à des mains plus jeunes. Il passa donc une annonce dans le journal…

jardins

*****

Quelle belle histoire ! Tout m’a plu dans cet album. L’histoire elle-même, originale, amusante, et non dénuée d’humour. Les illustrations aussi m’ont charmée : elles sont un peu folles, un peu floues, un peu brinquebalantes. Les coloris sont plutôt pastels, les traits s’estompent, les couleurs se diluent, se fondent dans le lointain. Tout cela est plein de poésie, de sérénité et de passion à la fois.

Regardez l’illustration ci-dessous : n’est-elle pas magnifique ?

jardins

*****

Feuilleter les premières pages sur le site de l’éditeur

Le blog de l’auteure

Celui de l’illustrateur

challenge albums 2018

Cet album participe au challenge albums !

Les fantastiques livres volants – Album

Fantastiques Les fantastiques livres volants de Morris Lessmore

William Joyce & Joe Bluhm (ill.)

Bayard Jeunesse (2013)

><><><

Morris Lessmore aimait les mots. Les histoires. Les livres. Page après page, il remplissait scrupuleusement le livre de sa vie : chaque matin, Morris l’ouvrait pour y consigner ses joies et ses peines, tous ses espoirs et tout son savoir.

Mais un beau jour (pas si beau que ça en fait !) la vie de Morris est totalement chamboulée par un vent violent, une tornade qui détruit tout sur son passage. Morris se met alors à errer jusqu’à ce qu’il aperçoive…

><><><

Pour changer un peu, cet album fut d’abord un court-métrage d’une quinzaine de minutes. Un court-métrage qui eut tellement de succès, que l’auteur en fit un livre, puis une application.

Un livre qui parle de livres, et d’une si belle façon, si poétique, ça ne pouvait que me plaire ! J’adore les illustrations des deux double-pages où Morris “se perd” dans un livre… Il court sur les lettres, tombe, fait l’acrobate sans jamais lâcher… le livre qu’il est train de lire !

Une histoire avec des passages amusants, d’autres plus tristes, mais une très belle histoire sur l’amour de la lecture mais aussi et surtout, sur le partage !

Pour ceux qui n’auraient pas compris, tout est beau dans cet album : l’histoire, le thème, les illustrations, les couleurs…

Et pour ceux qui ont un peu de culture anglo-saxonne, il y a un certain nombre de “clins d’œil”…

><><><

D’autres avis : celui de Cap!ôCapesDoc et Liyah (sur le livre), celui de Déclic kids et de la Souris grise (sur l’application pour Ipad), celui de Quels films pour nos enfants (pour le film !)

><><><

Site officiel du livre, du film et de l’application (en anglais)

Vidéo de présentation de l’application

><><><

Ce film a gagné l’Oscar du meilleur court-métrage d’animation en 2011.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer