Paroles d’honneur – BD adulte

ParolesMaroc : La sexualité hors mariage
BD Ado/Adulte

Paroles d’honneur

Leïla Slimani & Laetitia Coryn

Les Arènes BD (2017)

*****

Rabat, mai 2015. Leïla Slimani est au Maroc pour présenter et dédicacer son premier roman “Dans le jardin de l’ogre“. Après la présentation, elle est abordée par une jeune femme, Nour, qui se confie à elle. Au fil des pages, on en apprend beaucoup sur la vie des femmes marocaines. Sur les articles de loi (contre l’avortement, l’homosexualité, et aussi contre les relations sexuelles hors mariage) qui limitent leurs libertés. Sur la “hchouma” la honte qui fait qu’une fille violée ne va pas se plaindre pour ne pas jeter la honte sur sa famille (Merci la double peine !!!) Une société très hypocrite d’une certaine façon, à cause de la religion d’une part et probablement parce que ça arrange beaucoup d’hommes d’autre part.

*****

Avec cet album, Leïla Slimani rapporte la parole des femmes marocaines. Paroles qui portent sur la sexualité, mais aussi sur la famille, sur la société marocaine. Je ne sais pas combien de fois j’ai pensé en lisant cette bd “quelle chance j’ai d’être née et de vivre en France !”. J’espère vraiment pour les femmes marocaines (et pour les hommes aussi !) que la société va évoluer vers plus de tolérance et de liberté.

C’est une bande dessinée très intéressante et très instructive qui permet de comprendre pas mal de choses sur le comportement de certains jeunes hommes du Maghreb vivants en France…

*****

De Leïla Slimani, nous vous avons déjà présenté : à mains nues

Et Laetitia Coryn a illustré Sex Story également présenté sur ce blog.

Cette semaine, c’est Stephie qui nous accueille

Venise, bises, cerises – Roman jeunesse

bises
La vie d’une ado d’aujourd’hui…
Roman ado

Venise, bises, cerises

Nancy Guilbert

Éditions Oskar (2020)

https://encrypted-tbn0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRR6QKbXdAXesOd9mF7l6WGn98LZ1Xo7LiC6IWO6TyFyVFsFtglEFmKQVfw0oIu5cwN6nI&usqp=CAU

Venise a 12 ans, elle est fille unique et elle est en 5ème option “arts créatifs” au collège Chateaubriand à Paris. En plus d’un prénom original, elle est orpheline de mère depuis l’âge de 3 ans et elle vit avec son père, danseur classique à l’Opéra. Ce qui n’est pas sans poser quelques problèmes parfois. Au collège notamment. Quand elle dit qu’il est danseur, on lui répond : “Un danseur, pour de vrai ?”

– Il danse, mais c’est quoi son vrai métier ?

– Pas danseur classique avec les collants et tout quand même ?

Venise aime ses copines, Kenza et Zélie, la cerise bien mûre de juillet, les cookies aux pépites de caramel, les chansons et les vêtements vintage qu’elle customise elle-même…

https://encrypted-tbn0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRR6QKbXdAXesOd9mF7l6WGn98LZ1Xo7LiC6IWO6TyFyVFsFtglEFmKQVfw0oIu5cwN6nI&usqp=CAU

Un joli roman que l’on engloutit aussi vite qu’une poignée de cerises ! Et avec autant de plaisir. Comme toujours dans les romans ado de Nancy Guilbert (ceux que j’ai lu en tous cas !), de nombreux thèmes importants sont abordés. Ici, il y a le harcèlement scolaire, la discrimination, l’homophobie, le deuil, les violences conjugales. Malgré cela, le roman n’est pas plombant, bien au contraire.

J’ai beaucoup aimé le personnage de Venise, il “sonne” juste. Et les personnages secondaires sont attachants également. On ressent bien les émotions, les ressentis des uns et des autres. N’écoutant qu’assez peu de musique maintenant, je ne connaissais pas la plupart des morceaux qui ouvrent chaque chapitre (bon sauf tous ceux qui datent d’avant les années 2000 en fait !), mais j’ai apprécié de pouvoir lire les paroles des chansons.

Une bien jolie lecture !

https://encrypted-tbn0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRR6QKbXdAXesOd9mF7l6WGn98LZ1Xo7LiC6IWO6TyFyVFsFtglEFmKQVfw0oIu5cwN6nI&usqp=CAU

De cette autrice, déjà présentés sur ce blog :  Les mots d’Hélio (Roman ado) /Le sourire du diable (13+) / Mission dinosaure (7+) / L’oiseau Lyre (Alb 5+) / Deux secondes en moins (Roman ado) / Point de fuite (Roman +15)

Son site “Rêve de plume”

Une interview de Nancy, où elle explique comment est née Venise et plein d’autres choses !

https://encrypted-tbn0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRR6QKbXdAXesOd9mF7l6WGn98LZ1Xo7LiC6IWO6TyFyVFsFtglEFmKQVfw0oIu5cwN6nI&usqp=CAU

Point de fuite – Roman coup de poing et ♥

Qu’est-ce que la violence ?
Roman à partir de 15 ans

point

Point de fuite ♥

Marie Colot & Nancy Guilbert

Coll. Électrogène

Éd. Gulf Stream (2020)

*****

Mona est une lycéenne passionnée de dessin. Vraiment passionnée. Elle dessine tout et n’importe quoi, tout le temps. Elle s’entraine sans arrêt pour être prête pour le concours d’entrée aux Beaux Arts. Ycare est tombé follement amoureux d’elle dès le premier coup d’œil. Il ne la connaît pas encore, mais est déjà jaloux de ceux qui la serrent de trop près. Esther, elle, est passionnée de natation synchronisée. Elle se sent mal aimé, à cause de sa mère, qui ne parle que de son frère. Marin, quand à lui, est engagé dans la lutte pour la sauvegarde de la planète. C’est aussi le meilleur ami de Mona. Et puis, Mona va se laisser charmer par un pervers narcissique… Un peu plus loin dans le roman, d’autres personnages vont faire leur apparition : Lya,  Cassien et sa soeur.

*****

Au départ, on ne connaît que son surnom.

On se demande qui il est. Puis il entre dans la vie de Mona, et très vite, finit par prendre toute la place. C’est un roman plutôt stressant en fait ! A la manière d’un bon thriller, on sent l’angoisse, le malaise augmenter petit à petit. Et on se demande jusqu’où ça va aller. Ycare va dispenser un venin insidieux, des petites phrases vicieuses aux cadeaux qui n’en sont pas. Des fausses attentions à la vraie pression. Le malaise grossit au fil du roman et on voudrait pouvoir aider Mona. Lui dire de fuir, vite, fuir loin avant qu’il ne soit trop tard.

Et puis il y a aussi les histoires de Jody et de Cassien. Que je vous laisse le plaisir de découvrir. Cassien, quel magnifique personnage !

Après 230 pages, il a bien fallu que j’arrête ma lecture, le cœur serré et en larmes. Que j’abandonne à leur sort Jody et Mona. Le réveil indiquait 00h32 et je me levais tôt ! J’ai lu ce roman en deux soirées. Il fallait que je sache comment ça se terminait.

Cette fois encore, les deux autrices ont magnifiquement mêlé leurs écritures.

Vivement qu’elles recommencent !

Quand on a déjà croisé la route d’un manipulateur, ce roman, par son réalisme, fait remonter toutes sortes de mauvais souvenirs… Aux autres, il donnera des pistes, des indices pour éviter ces oiseaux de malheur.

Un roman qui montre aussi que revivre après un traumatisme, aussi dur soit-il, c’est possible. C’est souvent long, très long et difficile, très difficile, mais c’est possible.

Un roman criant de vérité, qui ne laissera, je crois, personne indifférent
A lire, bien évidemment !
point

Les amants (tableau 1/4) – Magritte (1928)

Et ce livre m’aura en plus fait découvrir ce magnifique tableau de Magritte !

*****

De Marie Colot : Je ne sais pas (15+)/ Flocons et Cie (7+)

De Nancy Guilbert : Le sourire du diable (13+) / Mission dinosaure (7+) / L’oiseau Lyre (Alb 5+)

Ensemble elles ont déjà écrit : Deux secondes en moins

Le site de Marie Colot

Celui de Nancy Guilbert

Enterrement d’une vie de cancre – Touche pas à ma mère – Hervé Mestron

Deux courts romans pour adolescents d’Hervé Mestron aux thèmes intéressants…

enterrement

Enterrement d’une vie de cancre

d’Hervé Mestron

Ed Syros, juin 2012
Collection Tempo +
9782748512076, 6€

Bruno est un cancre. Pas juste un mauvais élève, non, celui qui en plus de rendre copie blanche s’amuse à mettre de la peinture sur les touches du piano et dort, les pieds sur la table, en classe. Et puis un jour Madeline arrive. Une allure gothique métallisée  une démarche étrange, mais une élève extrêmement douée. Quelques jours plus tard elle disparaît. Mais entre temps Bruno s’est réveillé!

Une histoire avec des personnages caricaturaux mais qui commence bien, avec une ambiance de classe terrible mais voilà l’histoire est très vite fini et le tout m’a du coup semblé complètement surfait. Les évènements se déroulent trop vite et l’on n’a pas le temps de s’attacher aux personnages. Les deux thèmes principaux, la réussite scolaire et le handicap, sont finalement seulement survolées. On peut penser que cela permet de lancer la discussion mais j’ai tout de même été frustrée. Peut-être bien à utiliser avec des adolescents faibles lecteurs, voire en difficulté, d’autant plus que l’écrit, à la première personne est très oralisé (trop même à mon goût).

Deux bons thèmes porteurs mais un ensemble trop rapide pour moi.

L’avis de Kik, elle aussi aurait aimé en savoir plus…

* * *

Touche pas à ma mère

Hervé Mestron

Talents Hauts, septembre 2012
9782362660412, 7€

 

Comme dans Enterrement d’une vie de Cancre, le roman est court, très court et c’est vraiment dommage.

Les personnages de ce roman, la situation initiale, tout était réuni pour un bon roman mais l’auteur choisi de ne pas faire traîner l’histoire. Les évènements s’enchaînent sans qu’on puisse s’y attarder et c’est déjà la fin. Malgré le thème terrible de la violence conjugale tout semble ici très simple. Pas le temps de connaître les personnages, de comprendre leur réaction, de trembler pour eux.

Ce roman, comme le précédent permet tout de même d’aborder des thèmes intéressants et peut être le point de départ d’une discussion intéressante avec les élèves. A voir avec mes sixièmes dans le cadre de mon projet sur le vivre ensemble mis en place cette année.

Quatrième de couverture (qui raconte toute l’histoire…)

« Chris, ma mère, et Sébastien, son amoureux, emménagent dans une nouvelle maison, à la sortie de Nîmes. Oui, parce que maintenant ça y est, elle a quelqu’un. Maman me l’a dit, c’est une nouvelle vie qui commence. Ça ne va plus être exactement comme avant, vu qu’on va habiter tous les trois, ensemble, sous un seul et même toit. Style famille Ikea. Ça me fait un peu bizarre ». Un jour, Cécile voit un bleu sur la tempe de sa mère qui prétexte qu’elle s’est cognée dans une étagère. 
Et Cécile raconte l’escalade : ses soupçons qui alternent avec les marques de tendresses de Sébastien, la tristesse de sa mère, la perte de son emploi et son isolement progressif…”

+ Challenge YA#2 (25 & 26 /60)

Le site de l’auteur

De cet auteur prolifique (il a écrit plus de 50 livres !) nous vous avons déjà présenté :

Le violoncelle poilu (sur la 1ère guerre mondiale),

L’aigle noir (roman ado),

Mystère à la cantine (à partir de 8/9 ans)