Les quatre de Baker Sreet de Djian, Legrand et Etien

Les quatre de Baker Street

bakerstreet.gif
Auteur : Djian et O. Legrand

Illustrateur : David Etien

Vents d’Ouest,  janvier 2009
Collection : les Quatre de baker Street
55 p.
 9782749304373, 13,50 €

Tome 1 : L’affaire du rideau bleu

Bande Dessinée, en 2 tomes (actuellement) (jeunesse)

Thèmes : Londres, Enfance, Enquête, Sherlock Holmes, Epoque victorienne

Présentation de l’éditeur :

Trois détectives en herbe pour une enquête digne du maître de Baker Street !

Billy, Charlie et Black Tom sont inséparables. Et pour cause : impossible de survivre seul dans l’East End
londonien, peuplé de faux mendiants, de vrais ruffians et de franches canailles ! Heureusement, les trois amis peuvent compter sur la protection d’un certain Sherlock Holmes, pour lequel ils font parfois office d’espions des rues… Mais lorsque la fiancée de Black Tom est kidnappée sous leurs yeux, nos héros vont devoir mettre au plus vite à profit les leçons de leur mentor pour la retrouver saine et sauve… en s’adjoignant les services d’un quatrième larron pour le moins inattendu. Place aux Quatre de Baker Street, la plus jeune équipe de détectives de l’époque victorienne !


Avis :
Baker Street cela fait immédiatement penser à Sherlock Holmes… et cette BD ne fait pas l’impasse sur ce grand personnage de l’époque victorienne. Pourtant ce n’est pas lui le personnage central, mais bien les enfants de la couverture. Billy, Charlie et Black Tom passent leur vie dans la rue, c’est bien pour cela qu’ils sont les observateurs privilégiés de S Holmes. Ici, ce n’est pas pour Sherlock Holmes qu’ils vont travailler, mais avec lui, afin de résoudre le kidnapping de la jeune fleuriste, fiancée de Tom. Si l’intrigue n’est pas aussi alambiquée que les enquêtes
d’Holmes, cette bande dessinée brille par son humour et ses splendides planches.

Après une préface de Loisel, Djian, Legrand et Etien nous enchante dans cette BD. On découvre de nombreux coins de Londres à l’époque victorienne, ainsi que de nombreux détails de la vie quotidienne, grâce aux talents d’Etien. L’illustration, ses couleurs, ses coupes, permettent de donner à cette BD toute sa dynamique, et c’est vraiment ce qui m’a charmé.

Une très belle lecture, à conseiller tant aux enfants qu’aux adultes !

Extraits :

Nous suivre et partager :
error0

la mécanique du coeur

mecanique du coeurLa mécanique du coeur

de Mathias Malzieu

Flammarion, 2007

Présentation de l’éditeur
« Édimbourg, 1874 : le jour le plus froid du monde.  Lorsque Jack naît, son coeur gelé se brise immédiatement.  La sage-femme le remplace par une horloge et le sauve.  Depuis lors, il doit prendre soin d’en remonter chaque matin le mécanisme.  Mais gare aux passions!  Le regard de braise d’une petite chanteuse andalouse va mettre le coeur de Jack à rude épreuve. »

Jack est un jeune homme fragile à tout égard, physiquement d’abord à cause de ce coeur mécanique, mais pas uniquement, car il vit seul, dans un milieu ultra protégé, avec cette sage femme qui bien vite remplace sa mère. Et dans cette maison en haut de la colline, à part quelques visites d’amis réguliers, et âgés, il n’y a pas grand chose… C’est pour cela que cette sortie en ville et cette rencontre avec la petite chanteuse va le bouleverser à jamais… Pour elle il ira à l’école, traversera les montagnes, et il apprendra aussi à se connaitre…
Un conte magnifique, sur le premier amour, celui qui dure toujours, emprunt de poésie à la Burton!

Je n’avais pas lu le précédent livre de Mathias Malzieu, mais une collègue me l’avait chaudement recommandé… Du coup quand je l’ai vu en poche, je me suis empressée de l’acheter!

Finalement plus d’un mois après l’avoir lu, ce livre me laisse perplexe… J’aime beaucoup ce conte, l’histoire qu’il raconte, les personnages aussi… mais j’ai un peu de mal avec l’écriture, trop de métaphores parfois je crois… un sentiment général…
Je vais tout de même chercher son précédent livre, il parait même qu’il est mieux!

Extrait :
« Imperceptiblement, je me laisse tomber amoureux. Perceptiblement, aussi. A l’intérieur de mon horloge, c’est le jour le plus chaud du monde. »
« Je descends un bocal entier de larmes en dévalant ce chemin que je connais si bien. Ca allège mon sac, mais pas mon coeur. Je dévore les crêpes pour éponger, mon ventre se dilate au point de me donner des allures de femme enceinte.
Sur l’autre versant de l’ancien volcan, je vois passer les policiers. Joe et sa mère sont avec eux. je tremble de peur et d’euphorie mêlées.
Un fiacre nous attend en bas d’Arthur’s Seat. Il se détache de la lumière des réverbères comme un morceau de nuit. Anna, Luna et Arthur s’installent en vitesse à l’intérieur. Le cocher, moustachu jusqu’aux sourcils, harangue ses chevaux avec sa voix de gravats. La joue collée contre la vitre, je regarde Edimbourg se disloquer dans la brume. »

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Nous suivre et partager :
error0

Malo de Lange, fils de voleur

9782211096331FS.gif

Roman pour adolescents

Malo de Lange, fils de voleur

Marie-Aude Murail
illustré par Yvan Pommaux

Ecole des Loisirs, 2009
Neuf,
276 pages
978-2-211-09633-1, 11€

 

Thèmes : Adolescence, Famille, Paris, Vol.

 

 

Présentation de l’éditeur (et résumé) :
« Du mystère ! Malo de Lange est le fils de personne.
Rien ne permet d’identifier l’enfant recueilli en 1822 par l’abbé Pigrièche à l’orphelinat de Tours. Rien, sauf une marque tatouée sur son épaule, la fleur de lys des bagnards que découvrent, horrifiées, les demoiselles de Lange qui viennent de l’adopter. De l’aventure ! Malo n’a que douze ans, il est à peine éduqué, et déjà le voilà arraché à ses tantes adoptives par un certain Riflard, une brute qui se prétend son père, mais qui le bat et le séquestre. Malo parvient à s’échapper et part sur les routes à la recherche de son vrai père. De l’amour ! Elle s’appelle Léonie de Bonnechose, elle est belle, elle est riche. Malo a décidé que c’était sa fiancée, mais elle n’est pas au courant. Gagnera-t-il son coeur ? Aimera t-elle le fils du voleur ? Un héros partagé entre le bien et le mal ! »

Avis :
Un nouveau Marie Aude Murail pour moi, c’est toujours un plaisir. J’ai déjà lu tous ses livres (sauf Miss Charity, réservé à la bibli, mais qui peine visiblement à trouver le chemin dans la neige…) et c’est donc impatiente que je découvre ses nouvelles publications (heureusement très régulières!).

Après Papa et Maman sont dans un bateau (je n’ai toujours pas écrit d’article sur ce livre mais ça viendra…) c’est donc Malo de Lange, fils de voleur le dernier sorti à l’Ecole des Loisirs. Il est sorti chez Neuf (donc pour les 10-13 ans environ) alors que ces derniers étaient parus en Médium (12-16 ans). D’ailleurs je me permets encore une parenthèse car en encodant ses livres sur Bibliomania (Forum Livraddict) j’ai découvert que certains de ces livres, comme Baby-Sitter Blues d’abord paru en Medium était réédité (avec des couvertures affreuses d’ailleurs!) en Neuf. Les lecteurs ont ils changé?

 Bref le livre, donc, est un petit trésor. J’ai trouvé l’histoire vraiment prenante, et j’aime beaucoup l’ambiance du 19ème, avec ces enfants seuls sur la route, à faire des spectacles et travaux pour gagner de quoi manger… Ils parlent argot en plus, ce qui permet une ambiance très drôle. J’aime toujours l’écriture de MA Murail, tout en finesse, simple mais efficace. Envoutant, car sans que le livre soit un véritable coup de coeur, il est très prenant, et c’est avec un grand plaisir qu’on suit les aventures de Malo, ce pauvre jeune homme, pas très respectable, mais attachant… Nous sommes au coeur de l’action, dans un tourbillon…  quelques rebondissements nous tiennent en haleine, une belle fin… Que demander de plus à un petit roman comme celui ci ! En un mot : divertissant! et en deux : à lire :)

 

Extraits :
Pas d’extraits désolé, c’était un office j’ai du rendre le livre vite vite!

Lu aussi par : CuneipageCathuluClarabel, Lucien, Trillian
Lu ici : un autre titre aurait été proposé… je vous laisse lire!

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Nous suivre et partager :
error0