Octobre, un crime – Roman jeunesse Argentin

Octobre, un crime, une enquête originale qui nous emmène dans le passé…

octobre

A partir de 11/12 ans

Octobre, un crime

Norma Huidobro

Maximax
École des Loisirs (2017 / EO 2004)
*****

1998, Buenos Aires. Inès doit se rendre à un bal costumé organisé par sa cousine. Elle ne s’entend pas vraiment avec elle, mais elle n’a pas le choix, elle doit y aller. Le seul point positif de cette histoire, c’est qu’elle peut s’acheter un costume, en l’occurrence une robe. Et il y a justement une boutique d’occasion, là, au coin de la rue, qui la fait rêver à chaque fois qu’elle passe devant. Après de multiples essayages, elle trouve une robe d’organdi jaune, datant des années 50, qui lui plaît beaucoup. En défaisant l’ourlet pour raccourcir la robe, elle trouve une étrange lettre, un appel au secours qui émane d’une jeune fille, Elena… Suite à cette découverte, elle va mener l’enquête.

*****

Encore un roman récupéré tout spécialement pour le Challenge Amérique Latine, trouvé dans une boite à livres, et j’ai de la chance parce que c’est encore une découverte sympathique !

Cette enquête dans le passé est joliment menée par Inès et on ne s’ennuie pas à la suivre dans ses pérégrinations. Elle va bénéficier du soutien d’Amparito, une vieille femme qui était bonne dans la maison d’Elena. Celle-ci va l’aider dans son enquête. Au passage, elle lui apprend le triste sort des personnes âgées du quartier. Sinon, le livre pourrait se dérouler n’importe où en fait, je n’ai pas trouvé ça très “couleur locale”… Les frères d’Inès font leur part de cuisine et de tâches ménagères (dans un pays qu’on a tendance à voir comme une nation de machos…)

Bref, pas un livre dépaysant, contrairement au dernier lu dans le cadre de ce challenge (roman adulte : la femme feuille, que j’ai beaucoup aimé et que je vous présente bientôt) mais une enquête bien ficelée et très agréable à suivre.

*****

Extrait P.17 (lettre trouvée dans la robe en 1998)

Le 22 octobre 1958

Chère Malu,

J’ai peur. Mes soupçons étaient fondés. Tout ce que je t’ai raconté dans ma lettre précédente était vrai. Hier soir, je suis montée sur la petite terrasse de la coupole et je les ai entendus.

Ils ont évoqué le poison, les doses, et ils ont précisé qu’il restait peu de temps.. Je n’entendais pas tout, tu sais comme il est dangereux de s’approcher de la fenêtre. D’ailleurs, je crois que je me suis un peu trop avancée, j’ai failli tomber. J’ai fait un faux pas, mais j’ai pu m’agripper au rebord de la fenêtre. Tu n’imagines pas ma peur. Je te promets de ne plus y aller. De toute façon, ça ne sert plus à rien : maintenant, je sais tout.

S’il te plait, je te demande encore une fois de m’aider. Aujourd’hui même. Je veux qu’il hospitalise papa. J’ai l’espoir qu’il le sauve. Mais il faut qu’il vienne, et vite. S’il te plaît Malu, je compte sur toi pour m’aider. Ne m’abandonne pas.

Ton amie pour la vie,

Elena.

PS : je sais très bien que si mon père meurt, je serai la prochaine victime.

*****

C’est ma 3ème participation au Challenge Amérique Latine chez Bidib Ma petite Médiathèque

Challenge Amérique Latine

Vendredi, le prix, un mini-Challenge à moi toute seule… Ou presque !

Vendredi

Prix Vendredi 2017
Lire tous les romans sélectionnés

(en cours)

*****

Bon ok, j’avoue, j’ai piqué l’idée chez Charmant Petit Monstre… Quand j’ai lu son article, j’avais déjà lu 3 des 10 romans et j’avais l’intention d’en lire au moins 3 autres. Donc au final, un challenge relativement facile à tenir !

Tout d’abord, le prix Vendredi, Kezaco ? Si vous n’êtes pas libraire, documentalistes ou bibliothécaires, bref, si vous ne travaillez pas dans les métiers du livre, vous êtes peut-être passé à côté de cette info.

Ce prix, nommé “Vendredi” en référence à “Vendredi ou la vie sauvage” de Michel Tournier, paru en 1971, récompensera chaque année un roman francophone destiné aux plus de 13 ans.

*****

Voici les 10 romans sélectionnés en 2017, par ordre alphabétique d’auteur : Sur les 5 lus à ce jour, il y a 5 coups de cœur !!

  • L’Aube sera grandiose, Anne-Laure Bondoux, Gallimard Jeunesse – Prix Vendredi 2017
  • La loi du Phajaan, Jean-François Chabas, Didier Jeunesse
  • Rage, Orianne Charpentier, Gallimard Jeunesse
  • Magnetic Island, Fabrice Colin, Albin Michel
  • Naissance des cœurs de pierre, Antoine Dole, Actes Sud Junior ♥ – Mention spéciale du jury
  • Power club – l’apprentissage, Alain Gagnol, Syros
  • Dans la forêt de Hokkaido, Éric Pessan, l’école des loisirs
  • Star trip, Éric Senabre, Didier Jeunesse
  • Sirius, Stéphane Servant, Le Rouergue
  • Colorado Train, Thibault Vermot, Sarbacane ♥ – Mention spéciale du jury

Sophie a déjà presque tout lu :

  • La loi du phajaan : un roman très beau, mais pas forcément attirant pour les jeunes, avec un rythme parfois lent (comme souvent dans les romans de Jean-François Chabas).
  • L’aube sera grandiose : un magnifique roman, au rythme lent, qui permet l’introspection
  • Sirius – coup de cœur
  • Power club T1 : L’apprentissage
  • Naissance des cœurs de pierre : coup de cœur
  • Rage : un beau récit, très court mais avec une force incroyable. A lire d’une traite, et que l’on oublie pas facilement…

vendredi  vendredi  vendredi  Vendredi  Vendredi  vendredi  Vendredi rage Colorado Naissance des cœurs de pierre

Le jury était composé de professionnels : Philippe-Jean Catinchi (Le Monde), Françoise Dargent (Le Figaro), Catherine Fruchon-Toussaint (RFI), Michel Abescat (Télérama), Raphaële Botte (Mon Quotidien ; Lire), Marie Desplechin, Sophie Van der Linden.

Noël dans un sac de pommes de terre

sac  Noël dans un sac de pommes de terre

Michel Gay
L’école des loisirs (2004)

0

C’est la nuit de Noël. Sous le sapin, Pozzo le chien et Pouêt l’ours en peluche discutent. Pozzo, qui n’a jamais eu de cadeau, aimerait avoir un gros os. Pouêt, lui, voudrait monter dans le traîneau du Père Noël…

0

C’est bien connu, la nuit de Noël, bien des rêves se réalisent ! Pozzo et Pouêt vont-ils voir leurs souhaits exaucés ? Vous le saurez en lisant à vos enfants cette mignonne histoire de Noël !

J’avoue préférer les illustrations des autres albums que j’ai pu lire de cet auteur. Ici, mis à part le manteau du Père Noël et la truffe de Pouêt l’ours en peluche qui sont bien rouges, les saccouleurs sont plutôt froides (tons gris et bleus) ce qui illustre bien l’hiver en fait, mais rend l’album un peu triste.

Sur ce site, vous pourrez lire l’histoire complète.

0

sac sac

0

De cet auteur, Michel Gay, j’ai déjà lu (et apprécié, même si je ne les ai pas présentés !) plusieurs albums : Cromignon, Cropetite ou encore Zou

challenge albums 2017

La pyramide des besoins humains

pyramideLa pyramide des besoins humains

Caroline Solé
Médium Poche
L’École des Loisirs (2017)
* * * * *

Christopher est un jeune garçon qui a fugué et vit dans la rue à Londres, dormant sur un carton. On saura rapidement pourquoi et comment il est arrivé là. Attiré par une affiche avec une pyramide multicolore, il s’inscrit à un jeu sous un pseudo, une émission de téléréalité intitulée “La pyramide des besoins humains”. Il s’agit de raconter sa vie en suivant les “niveaux” de la pyramide de Maslow. Tout le monde peut voter pour les différents candidats et à sa grande surprise, Christopher passe le premier niveau…

* * * * *

Abraham Maslow, un psychologue américain (1908-1970) est connu pour avoir hiérarchisé les motivations des besoins humains selon 5 niveaux (les deux premiers étant indispensables) : Voir ci-dessous la pyramide de Maslow.pyramide

Dans ce roman, on suit la vie quotidienne de ce jeune SDF. Comment il est arrivé là et comment il a survécu. Il raconte la faim, le froid, le cafard à l’arrivée des fêtes de Noël… Il résume ses besoins physiologiques (1er niveau de la pyramide) de la façon suivante : “Un carton sec, épais, propre. Un hot-dog avec pas trop de moutarde. Une bière bon marché, un chewing-gum et une clope. Me caresser sous le duvet. Besoins physiologiques : OK. Du moins pour un ado dont tout le monde se fout. Bienvenue à Chinatown 2.0.

Une courte lecture qui peut pousser à réfléchir, à voir autrement. Réfléchir à ce que sont réellement nos besoins, à ce qu’est la télé-réalité, à ce que sont les réseaux sociaux et comment nous réagissons face à eux…

Voir autrement aussi les gens qui vivent dans la rue. On tourne souvent la tête, on fait comme si on ne les voyait pas, histoire de ne pas être obligé de leur donner de l’argent ou de leur dire non. Du coup, on les ignore, c’est comme s’ils n’existaient pas…

Un roman que j’ai trouvé très bien fait et très touchant. A travers les 5 niveaux de la pyramide, ce jeune garçon nous raconte sa vie, celle passée et celle présente.  Et il y a même de l’humour ! J’aime beaucoup un des petits textes qu’écrit Christopher : “Monsieur Maslow, vous êtes un sombre abruti. Ou bien un escroc. Vous savez bien qu’on n’est pas forcément à l’abri même avec un toit au-dessus de sa tête et qu’on peut aussi se croire en sécurité sans être protégé : des millions d’individus exposent bien leur intimité sur des murs virtuels, malgré les risques de virus et de piratage, non ? Puisque l’important c’est de “croire”, j’atteste sur l’honneur, moi Christopher Scott, que mon besoin de sécurité est parfaitement satisfait. Rendez-vous au niveau supérieur, l’escroc !”

Bref, un roman qui ne laissera, je le crois, personne indifférent ! On croit vraiment à l’existence de Christopher, et on se pose avec lui toutes sortes de questions…

* * * * *

« La pyramide des besoins humains » est le premier roman jeunesse de Caroline Solé. Il a remporté quatre prix :

Les escales littéraires d’Auvergne 2016, Enlivrez-vous à Thionville 2016, le prix Sainte-Beuve 2017, le prix des collégiens de Rillieux-la-Pape 2017 et a fait l’objet d’une trentaine de sélections depuis sa publication. Sur le site de l’auteure, vous pourrez feuilleter quelques pages.

D’autres avis : celui de Liradode Ricochet (il fait partie de leur sélection)

* * * * *

Sur le thème de la télé-réalité, Sophie vous avait présenté “Et à la fin, il n’en restera qu’un” de Jean-Luc Luciani

Sur celui des SDF, je vous avais présenté “Un courant d’air” de Laurie Cohen, un roman glaçant. Sur ce même thème, il y a également “No et moi” de Delphine de Vigan.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer