Une caravane en hiver : amitié franco-syrienne

une caravane en hiverUne caravane en hiver est un beau roman d’aventure qui fait la part belle à ses personnages et notamment à Arthur, toulousain et Adnan, réfugié syrien.

Roman pour adolescent

Une caravane en hiver

de Benoît Séverac

Syros, 8 mars 2018
256 pages
9782748524925, 16,95€

***

Thèmes : réfugié, Syrie, adolescence, générosité, rencontre, amitié franco-syrienne

***

Arthur a rencontré Adnan un peu par hasard, à un feu rouge, à Toulouse. Ils se lient rapidement d’amitié et Arthur n’hésite pas à mentir à ses parents pour aider le jeune syrien réfugié, qui vit dans une caravane au fond d’un terrain vague, avec sa mère. Quand les parents d’Arthur s’inquiètent, la situation évolue… Pourtant il semble y avoir encore de nombreux secrets, et tous les réfugiés syriens ne semblent pas bien intentionnés…

Dans ce roman d’aventure, un brin policier, c’est avant tout l’humain qui est mis en avant. Les réactions des parents d’Arthur et des autres adultes qui l’entourent montre le décalage entre l’élan naturel d’un adolescent envers un autre dans le besoin, et les considérations politiques, économiques et le carcan social qui crée une rupture. Si les romans sur l’embrigadement des jeunes fleurissement ces derniers temps – comme d’ailleurs dans Little Sister, du même auteur -, l’accueil des syriens en France est beaucoup moins traité. Si on voit beaucoup de choses aux informations et dans des reportages, ce roman pour adolescent permet de s’attarder vraiment sur des êtres humains, sur des individualités. Peut importe que ce ne soit qu’une fiction, on s’attache aux personnages, on découvre leur quotidien, leur secret.

Arthur et Adnan forme un duo intéressant, uni pour se lancer à l’aventure. Il leur faudra courage et persévérance pour combattre autant les préjugés que les personnes qui se dresseront contre eux et leur famille. En effet dans Une caravane en hiver on ne fait pas que découvrir cette famille syrienne réfugiée en France, on assiste aussi à une vraie aventure, dangereuse, qui apporte au livre un petit quelque chose en plus, qui nous empêche de le refermer avant la dernière ligne. Quelques éléments sont peut-être superflus, mais ils permettent de réellement conclure cette histoire…

Une caravane en hiver est un beau roman d’aventure qui fait la part belle à ses personnages et notamment à Arthur, toulousain et Adnan, réfugié syrien. Peu de pages et pourtant tellement de choses dans ce roman touchant ! Un récit dans l’air du temps mais qui sait s’affranchir des informations pour se concentrer sur l’humain… ça fait du bien ! Un livre à partager !

 

Power Club 1 L’apprentissage

Power Club est une série de science-fiction pour adolescents vraiment prenante, avec une héroïne attachante et une société finalement pas si éloignée de la nôtre…

Roman pour adolescents, à partir de 13 ans. Science-fiction

Power ClubPower Club

1. L’apprentissage

d’Alain Gagnol

Syros, 2017
9782748521504, 17,95€

***
Thèmes : Amitié, Richesse, Super-héros, Pouvoir, Aventure
***

2038. Le monde a crée des super héros, réunis dans le Power Club. Des injections  de boosters, des marchines biotechnologiques permettent à des jeunes d’être de véritables super-héros : ils peuvent voler, et aide les forces de l’ordre pour faire respecter la loi.

Le Power Club, qui gère les super-héros, est réservé aux très riches. Quelle surprise pour Anna quand ses parents lui offrent justement de rejoindre ces super-héros. Une nouvelle vie d’aventure s’ouvre à elle, avec son lot de contrats à signer, de publicités à faire, et de gens à sauver. Sauf que le Power Club semble cacher des choses…

Alain Gagnol mélange avec beaucoup de réussite le coté très adolescents et la science-fiction. Le récit est l’occasion d’un vrai message sur le rôle de l’image immédiate et de la notoriété dans la société.
Anna, soutenue par sa meilleur amie Lisa va tenter de garder les pieds sur terre pour découvrir les secrets du Power Club… Bien que très riche et plein de rebondissement, on ne découvre que les prémices d’une réponse, dans ce premier tome.

Très vite, Anna comprend qu’il y a des choses qui clochent avec ce Power Club. La disparition d’un autre jeune, censé être invincible, va lui permettre de rencontrer des personnes extérieures, et notamment un journaliste, qui connaît bien des secrets du Power Club. Malgré un univers très science-fiction, la narration à la première personne par Anna elle-même permet d’être très près des adolescents et de leur préoccupations. Les rêve de gloire et de super-héros semblent difficile à réaliser…

Power Club est une trilogie qui file à toute allure et dont le premier tome s’annonce vraiment prometteur. Entre science-fiction, adolescence et dénonciation des travers d’une société de l’image, L’apprentissage est un roman à dévorer.


La Bande Annonce :

Le tome 2 Ondes de Choc est sorti en juillet 2017. Disponible en version papier ou numérique Epub gratuit à télécharger

D’autres roman de science-fiction pour adolescents à découvrir sur Délivrer des Livres : 

gruppSigridmaison des reflets

 

Tu vois, on pense à toi ! de Cathy Ytak

Tu vois, on pense à toi est un court roman épistolaire qui permet de partir sur les traces de deux copains en classe découverte sur une île.

tu vois, on pense à toiTu vois, on pense à toi

de Cathy Ytak

Syros, 2017
Tempo, 67 pages
9782748523126, 6,35 euros

***

Amitié, île, correspondance, épistolaire, mail, mer, voyage scolaire

***

Clément et Nolan partent en classe découverte sur l’île Scobier, laissant derrière eux leur amie Alwena, coincée à l’hopital. Ils décident alors de lui envoyer des mails pour lui faire vivre aussi leurs aventures… Alwena quant à elle est friande de ces nouvelles, et de savoir s’ils ont accomplis la mission demandée.

On oscille avec Tu vois, on pense à toi ! entre trois histoires, trois genres presque, et tout ça seulement en une soixantaine de pages.

Nous avons l’échange épistolaire d’une part, et uniquement cela, même si quand les garçons racontent leur journée, des dialogues sont présents. Ainsi pas de narrateur externe pour nous donner des informations sur les personnages ou la véracité de l’histoire, on est obligé de suivre le mouvement, de tourner les pages pour en savoir plus.

C’est Nolan qui y a pensé le premier, à t’écrire. Tu le connais : les bonnes idées, c’est toujours lui qui les a. Après, il faut qu’il trouve quelqu’un pour les mettre en pratique… Et là, c’est moi.

L’aventure, voire l’enquête menée par Clément et Nolan, est aussi un élément important de l’histoire, celui qui tient en haleine Alwena, qui lui permet d’être un peu avec eux sur l’île. Une histoire à la limite du merveilleux, qui étonne, questionne.

Enfin, il y a l’amitié, le secret d’Alwena, la boite bien lourde que Clément et Nolan transportent. Ce mystère ajoute encore une autre dimension au roman, le rendant doux et touchant. Une vraie ôde à l’amitié avec des mots très justes, des émotions simples, et des enfants touchants.

Un roman court mais très riche, avec les doux mots de Cathy Ytak et une imagination débordante d’enfants. Un texte court, facile à lire, mais très positif et intéressant dès 9 ans.


+ le site de Cathy Ytak

+ D’autres livres de Cathy Ytak à découvrir sur Délivrer des Livres :

LaSeuleFaçonDeTeParlerMains

La maison des reflets : faire son deuil en 2022

Mmaison des refletson article sur La maison des reflets est un article un petit peu différent, qui va plus en profondeur dans l’analyse du roman (avec un nombre de mots limités), moins dans l’avis. Ce travail a été réalisé dans le cadre du MOOC Il était une fois la littérature jeunesse. J’ai simplement coupé la partie Résumé et quelques détails, afin de vous laisser du suspense.

Roman pour adolescents
Science-fiction

La Maison des reflets

de Camille BRISSOT

Syros, 2017,
346 p.

Résumé de l’intrigue

En 2022, les maisons de départ permettent de continuer à faire vivre les morts. La technologie, à travers des reflets en quatre dimension, reproduit le physique, mais aussi le caractère des morts. Les familles qui le souhaitent peuvent alors continuer de parler à leur proche, à l’intérieur de ces maisons de départ. Tout y est conçu pour permettre une interaction agréable et la plus réelle possible. Au manoir Edelweiss, la plus célèbre maison de départ, vit Daniel. Petit fils du créateur, fils du gérant actuel, il ne connait du monde que ce qu’il y rencontre. Ecole à domicile, meilleurs amis qui ne sont que des reflets, il vit dans une sorte de parenthèse. Pourtant un jour, il sort, et découvre, dans une fête foraine, Violette. Lumineuse, cette jeune fille le marque, et il va commencer à correspondre avec elle, par courrier. […]

Analyse du roman La maison des reflets

Ce roman français présente des caractéristiques spécifiques du roman adressé à la jeunesse, notamment dans ses choix d’écriture. Camille Brissot propose une narration avec un adolescent, qui parle à la première personne. Ce JE s’adresse discrètement aux lecteurs, dans des questions rhétoriques, qui amènent le jeune lecteur à s’attacher à lui, et à s’identifier.  Sans proposer de réelle polyphonie, ce roman propose tout de même une alternance de narrateurs grâce aux lettres reçues.

Le prologue, qui nous permet de connaître et comprendre Esther et Violette, personnages secondaires, amène un suspense, dans une perspective de séduction du lecteur.

Sans aborder de thème réellement tabou, Camille Brissot place tout de même la mort au centre de son récit. Les morts entourent notre héros, mais c’est surtout la place du deuil qui va peu à peu permettre aux jeunes lecteurs d’appréhender la mort : celle des parents, des grands-parents, et même d’enfants et d’adolescents. L’histoire d’amour de Daniel, notre jeune héros, ainsi que l’usage de la science-fiction permettent de contrebalancer la noirceur des thèmes, protégeant ainsi le lecteur.

Sans suivre totalement la structure d’un roman de formation, on assiste ici à une métamorphose progressive du héros, qui passe de la naïveté de l’enfant à l’ouverture d’esprit de l’adolescence. Grâce à une première sortie, brève, de son monde, il subit ensuite une réclusion partielle de sa famille, qui lui permet de s’ouvrir aux autres. Il est finalement réintégré dans sa maison, avec des droits nouveaux.

Avis personnel

La maison des reflets nous permet de découvrir un univers fictionnel où les morts sont comme des fantômes qui restent avec nous. Ce roman permet une bonne identification au narrateur, grâce aux épreuves qu’il traverse. Le suspense est maintenu au fil du récit, et sans être très surprenant ce roman répond bien aux attentes du lecteur : notre héros évolue et le lecteur découvre ainsi les réponses à ses questions. La place du deuil m’a particulièrement intéressée, d’autant plus qu’elle est mise en valeur par les regards très différents des personnages secondaires. De plus, l’histoire d’amour n’est pas niaise et apporte un vrai plus à ce récit. Enfin un thème secondaire a retenu mon attention : les relations père-fils. Le père est en effet très absent dans ce récit, sauf quand il s’agit d’interagir avec une journaliste avec laquelle il tisse des liens intimes. Le regard du héros sur cette relation permet de mettre en perspective ses rapports avec son père.

Un roman qui manque un peu de science-fiction, mais qui traite avec originalité de la mort et du deuil.


+ Le MOOC il était une fois la littérature jeunesse (inscription close)VentPrendra

+ de Camille Brissot, nous vous avons déjà présenté :
Le vent te prendra – Collection In Love

+ Le blog de Camille Brissot

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :