1, rue des petits pas – Roman historique

Rue1, rue des petits-pas

Nathalie Hug

Calmann-Lévy (2014)

* * * * *

1918-1919 : Dans un village de Lorraine, à quelques kilomètres du front, des rescapés, des femmes surtout occupent un village et s’organisent pour survivre. Louise n’a que 16 ans, mais elle a déjà vu et vécu beaucoup d’horreurs, comme tant d’autres à cette époque. Elle va être recueillie par deux sage-femmes, Anne et Vida, qui vont lui transmettre leurs connaissances.

* * * * *

Des livres sur la guerre, la 1ère ou la 2nde, sur les camps, j’en ai déjà lu plusieurs. Mais celui-ci parle de la période qui suit immédiatement la fin de la guerre. Tout est détruit, les maisons comme les gens. Les Américains, nos libérateurs sont omniprésents et ne se conduisent pas tous bien. En lisant ce roman, on imagine aisément le terrible quotidien des populations juste après guerre…

Les hommes, qui rentrent à moitié fous, à cause de ce qu’ils ont vécu, ce qu’ils ont vu, de ce qu’ils ont dû faire… Et comme si la guerre n’avait pas suffit, il faudra faire face à la terrible épidémie de grippe espagnole.

Sans être un livre « féministe », c’est un livre qui parle des femmes. De leurs vies, de leurs combats, de leur quotidien, de leurs petits bonheurs. De leur vie intime aussi, vous saurez tout. Les maladies de l’appareil uro-génital féminin , les différentes façons d’accoucher…

Un livre passionnant qui m’a beaucoup touché et beaucoup appris ! On sent que le tout a été sérieusement documenté…

* * * * *

Un extrait ? « Les gémissements de la fille qui s’agrippe à mon bras, le serrant jusqu’à l’os, son buste redressé, son visage grimaçant d’effort… J’ignorais tout de cette inconnue déposée devant notre maison. Des Poilus l’avaient ramassée dans un fossé, à côté d’une charrette renversée dont le contenu avait été pillé. Moribonde, elle était menottée au cadavre d’un gendarme fauché par la grippe. Probablement une voleuse ou une meurtrière en transfert, ou encore une folle. Depuis la guerre, les routes grouillaient de pauvres hères chassés des hôpitaux où les lits étaient réservés aux soldats.

Son identité nous importait peu. Chaque femme, chaque fille, chaque vieille, qu’elle soit coupable du pire ou innocente, prostituée ou sainte, trouvait notre porte ouverte.« 

* * * * *

L’interview de Nathalie Hug qui m’avait donné envie de lire son livre.

D’autres avis : Celui d’Aline sur Anamor, celui d’Indira sur Livre et compagnie, celui du journal Page des libraires

Ce livre est ma 2ème participation au Challenge « Première Guerre Mondiale » chez Blandine.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

14-14

1414-14

Centenaire de la Première Guerre mondiale,

l’histoire d’une correspondance entre deux personnages de 1914 et 2014

Paul Beorn & Silène Edgar

Ed. Castelmore (2014)

***

Ce roman est également disponible dans une édition dédiée aux lecteurs dyslexiques (police adaptée…)

***

Une couverture qui ressemble à un vieux cahier, un vieux livre. Un titre qui dit tout, mais n’explique rien. Ce livre m’a tout de suite attirée !

L’histoire est très simple : Deux jeunes garçons s’échangent des lettres. A notre époque de smartphones et de textos, cela peut sembler étrange… Oui mais voilà, si Adrien vit en 2014, Hadrien, lui, vit en 1914 !

***

Un roman fantastique, mais un roman qui permet surtout, au fil des lettres et des chapitres (on alterne les époques) de voir les différences dans la vie quotidienne des deux garçons. Une vie quotidienne qui a bien changé en 100 ans !

En 1914, aller à l’école n’était non seulement pas une obligation, mais c’était un honneur réservé aux plus méritants. En 2014, c’est obligatoire, mais cela ne semble ne plus avoir de valeurs pour une bonne partie des élèves… En 1914, on obéit à ses parents, sans discuter ! En 2014, c’est moins évident, même si ça dépend bien sûr des familles et de l’éducation donnée à ses enfants. En 1914, on meurt de toutes sortes de maladies, les antibiotiques n’existent pas encore (petit rappel : le premier antibiotique, la pénicilline, ne fut découvert par Alexander Fleming qu’en 1928 ! Merci Wikipédia)

Bref, la vie en un siècle a bien changé, mais les êtres humains sont toujours les mêmes et nos deux jeunes garçons s’en aperçoivent au fil des lettres. La première guerre mondiale est évoquée à la fin, mais nul besoin d’être un as en histoire pour comprendre de quoi il est question.

Un roman très agréable, qui se lit très vite, très facilement et qui montrera aux enfants comment les choses ont changé. Je l’ai trouvé très intéressant, même si le côté « fantastique » ne m’a pas toujours convaincue. C’est aussi un joli roman sur l’amitié !

***

PRIX GULLI DU ROMAN 2014
Prix du roman de la ville de Poitiers 2015
Prix des Embouquineurs 2015
Prix des p’tits bouquineurs en Seine 2015
Prix des collégiens de la ville du Touquet 2015

Prix des Incorruptibles 2016 (5ème/4ème)

Prix Tatoulu 2016

***

De Silène Edgar, on vous a déjà présenté Adèle et les noces de la Reine Margot

Le blog de Silène Edgar

Biographie de Paul Beorn

Le blog de Tonton Beorn

Une interview des deux auteurs sur Actusf

L’avis de Blandine, avec plein d’extraits du livre et dans le bas de son article, d’autres avis.

14

Voici donc ma première participation au challenge « Première guerre mondiale » 2016 proposé par Blandine !

Enregistrer

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Maudite soit la guerre !

mauditesoitlaguerreAlbum jeunesse

Maudite soit la guerre

de Daeninckx

et Pef

Rue du Monde, 2014

Dans Maudite soit la guerre on suit l’histoire de Fulbert, 11 ans. Une histoire inspirée par le monument aux morts de Gentioux, dans le Limousin, représentant un enfant qui lève le poing devant l’inscription «  Maudite soit la guerre ».

Sous la plume de Didier Daeninckx, cet enfant devient Fulbert, ce jeune garçon dont le père est parti à la guerre et qui doit un jour, à l’école, écrire une lettre aux soldats sur le front. Une lettre qu’il décide finalement d’apporter lui-même à son père, sur le Chemin des Dames !

Et la campagne comme la guerre prennent vie sous les traits de Pef, avec ses personnages expressifs et ses points de vue surprenants, qui permettent de s’immiscer au plus près du héros, et de la guerre.

Cet album montre l’état d’esprit d’un enfant pendant cette terrible première guerre mondiale, et grâce au voyage de l’enfant jusqu’au Chemin des Dames, permet de découvrir quelques images du front. Loin du documentaire pourtant, ce récit ne cherche pas à tout expliquer – quelques pages en fin d’ouvrage le font très bien – mais plus à faire passer le message de ce jeune garçon « Maudite soit la guerre ».

Le petit coeur rouge – Véronique Duchâteau #1GM

Roman jeunesse historique
Première guerre mondiale

Le petit coeur rouge

Véronique Duchâteau

 Artège, 2012
9782360401116, 10,90€

Sophie a 15 ans et l’idée de passer une semaine seule chez sa grand-mère ne l’enchante pas beaucoup… Mais le grenier de sa grand-mère Marie recèle de nombreux trésors qui finalement feront passer le temps bien vite. Grâce aux lettres que sa grand-mère a échangé avec son premier mari, lors de la Première Guerre Mondiale, elle va faire un bon dans le passé et découvrir une histoire méconnue.
 Durant cette semaine Sophie et Marie vont apprendre à se connaître et à échanger sur ce passé dont elles n’ont jamais parlé. Si la première partie de mise en place lance bien l’histoire, c’est surtout les deux autres parties du livre qui sont vraiment intéressantes, avec les lettres de ce poilu et l’histoire de Marie, pendant la guerre. Les notions historiques sont mises en avant au fil du récit, mais sans rendre le roman trop pesant, ce qui permettra au lecteur, pris dans l’histoire, d’apprendre l’Histoire.
La force du roman est vraiment de nous transporter dans cette époque, de nous faire vivre au coeur des tranchées avec les poilus mais aussi à l’arrière, avec les femmes restées à la maison et qui attendent… L’histoire de Rémi et de Marie est touchante, prenante, et bien ancrée dans le présent grâce au lien fait par Sophie, la petite fille. L’occasion aussi pour le lecteur, même adulte, d’en apprendre plus sur le Petit coeur Rouge, cet insigne du Sacré coeur portée par les soldats.
Un roman historique avec une belle histoire, à faire découvrir !
+ Les avis de Noisette, Jules,

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :