Sirius – roman post-apocalyptique

Sirius

SIRIUS ♥

Stéphane Servant

Coll. Épik
Éditions du Rouergue (2017)

*****

Ce livre faisait partie des 10 romans sélectionnés pour le Prix Vendredi. Vendredi*****

Le monde de Sirius est mort, ou presque. Il n’y a plus d’animaux – sauvages ou domestiques – et quasiment plus d’hommes. Dans cet environnement inquiétant, Alice tente -tant bien que mal- d’élever son petit frère, Kid. Leur quotidien plutôt tranquille, entre recherche de nourriture et leçons,  va être brutalement bousculé et ils vont être obligés de prendre la route très vite, de fuir sans espoir de retour. Au cours de ce long voyage, ils vont s’apercevoir qu’ils ne sont peut-être pas si seuls que ça…

*****

Les jours fériés, pour la lecture, c’est super ! J’ai commencé ce roman hier soir (le 9/05) et je l’ai terminé ce soir. Autant dire que c’est une aventure qui m’a beaucoup plu !! Les personnages sont atypiques, il y a du mystère (les infos arrivent au compte gouttes !), du danger, des surprises… Bref, tout ce qu’il faut pour rester “scotché ” à son bouquin !

Sirius est une aventure qui nous invite à aimer et protéger la nature, et un voyage au bout duquel on n’a pas vraiment envie d’arriver, pour ne pas avoir à quitter Alice et Kid.

Un dernier détail : j’adore la couverture !

C’est par ici pour lire les premières pages

*****

Je sais que cette lecture est aussi un coup de cœur pour Sophie !

L’avis de Sophie Hérisson : Oui, oui, un gros coup de cœur ! J’en profite d’ailleurs pour vous expliquer un peu plus pourquoi… Alice, personnage principal, est vraiment bien campée : ni trop héroïque ni trop fi-fille, une adolescente juste dans un monde en ruine. Juste, c’est d’ailleurs le mon pour qualifier Sirius. Ce récit est beau car il est dans la justesse. Dans ce monde post-apocalyptique on va rencontrer autant de “bons” que de “méchants” sans trop savoir à l’avance qui est dans quelle catégorie. Les relations sonnent justes, empruntent de doute, sans trop de chichi ni d’histoires d’amour inutiles.

Avec Alice et Kid c’est un véritable voyage initiatique que va faire le lecteur, à la découverte de paysages dévastés, mais surtout de personnages intéressants, symbole de toute une histoire d’un monde qui s’écroule.

Un roman prenant, entre douceur de la nature et danger d’un monde sans loi, touchant.

*****

De cet auteur, nous vous avons déjà présenté plusieurs albums très chouettes : “Cinq minutes et des sablés“, “Boucle d’ours” et “Le crafougna” trois albums drôles ou tendres que je vous invite vivement à découvrir !

Son blog (avec une très jolie bio)

Aux éditions du Rouergue, la collection Épik

Katie et le grand bus rouge – Album

KatieKatie et le GRAND BUS ROUGE

Jane Godwin & Anna Walker

Ed. Circonflexe (2010)

* * *

Chaque jour, pour aller à l’école et en revenir, Katie prenait le bus scolaire, le rouge, avec sa grande sœur. Mais un jour, la grande sœur tomba malade et la petite Katie dû prendre le bus toute seule. Fatiguée par sa journée, Katie s’endormit… Pour se réveiller un peu plus tard, toute seule, enfermée dans le bus. Quelle frayeur !

* * *

Une fois encore, c’est l’illustration de couverture qui m’a attirée vers cet album. Elle est toute simple, mais je la trouve très jolie avec son fond couleur beige/sable, ce gros bus rouge et cette toute petite fille qui attend.

C’est une jolie histoire, toute simple (qui finit bien !) illustrée par des dessins tendres et des couleurs pastelles. Le tout donne une grande impression de douceur et de tendresse. J’adore les pages où on voit la petite fille dormir, elles sont très belles.

Katie

 

Il a été sélectionné pour le prix du hérisson de St Michel de Volangis en 2011/2012 dans la catégorie 5/6 ans.

* * *

Jane Godwin : son blog (en anglais)/ la présentation (en français) de l’éditeur

Anna Walker son blog (en anglais, mais vous pouvez aller voir ses illustrations, il suffit de cliquer sur les couvertures pour en voir d’autres)

Sur Ricochet une courte présentation de cette illustratrice en français.

Sur le site de l’éditeur, vous pourrez feuilleter quelques pages

* * *

challenge albums 2017

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Quand vient l’orage – Roman fantastique

l'orageQuand vient l’orage

Marie-Hélène Delval

Bayard (2015)

* * * * *

Antoine, 16 ans, est en vacances avec ses parents dans un petit village de montagne. Ils sont venus là pour faire de belles randonnées. Malheureusement, dès le premier jour, son pied a glissé sur une pierre et il s’est fait une belle entorse ! Condamné à l’immobilité pour les deux semaines à venir, et ne voulant pas priver ses parents de leurs balades, il passe ses journées seul et s’ennuie un peu. C’est en allant chercher un peu de compagnie à l’auberge d’en face, la Marmotte, qu’il va entendre parler des “cavaliers de l’orage”… S’ensuivra une enquête pour comprendre qui sont ces fameux cavaliers et ce qui s’est passé, cette fameuse nuit d’orage, dans ce château de Morteroche…

* * * * *

Antoine immobilisé par une entorse, s’ennuie. Alors quand on évoque devant lui une vieille légende, son intérêt s’éveille aussitôt… Quand, de plus, la légende parle d’une jeune fille en détresse, son âme de jeune écrivain s’enflamme et il se voit déjà partant au secours de la belle… Le fantastique, le surnaturel font leur entrée petit à petit dans cette histoire à deux voix : celle de l’auteur qui nous raconte cette histoire, et celle d’Antoine qui écrit son livre au fur et à mesure de ses découvertes.

Entre rêve et réalité, arrivera-t-il à comprendre ce qui lui arrive ?

Un gentil petit roman (à partir de 12 ans) que j’ai lu d’une traite et avec lequel j’ai passé un bon moment.

* * * * *

Sur le site “les histoires sans fin” une interview de Marie-Hélène Delval

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Roman, albums ou bd

Roman : Le domaine – Jo Witek – Actes Sud Junior (2016)

BD (adulte + 18 ans) : Mahârâja – Artoupan & Labrémure – Ed. Drugstore (2012)

Albums : Crotte ! – Davide Cali & Christine Roussey – Album Nathan (2016) / Nids – Pepe Marquez & Natalia Colombo – La joie de lire (2016)

****

Roman : Le domaine – Jo Witek ♥

Roman Le Domaine

Gabriel, un jeune homme de 16 ans, accompagne sa mère dans un domaine où elle va être employée comme aide-cuisinière pendant 2 mois. Elle fait ça pour pouvoir payer les futures études de son fils. Mais ce n’est pas par pure reconnaissance que le jeune homme accompagne sa mère, même si tous deux sont très proches. Le domaine en question est situé en pleine nature au milieu de landes et de marais et pour un féru d’ornithologie comme Gabriel, c’est une aubaine… Mais, bien sûr, tout ne va pas se passer comme prévu !

Dès le départ, on sent bien que ce domaine recèle un certain danger, des choses pas nettes, des choses cachées et on a, comme Gabriel, un fort sentiment d’antipathie envers cet endroit, cette famille et leurs traditions… On sent le malaise, le mal-être du jeune homme dans cette maison et son rejet de ce milieu de la haute bourgeoisie bien-pensante.

Bon, je l’avoue tout de suite, je me suis fait complètement “balader” par l’auteur !! Et je n’ai pas du tout vu venir la fin… J’ai vraiment bien aimé ce roman !

De Jo Witek, nous vous avons déjà présenté MentineUn jour j’irai chercher mon prince en skate, Peur express, Un hiver en enfer.

****

BD : Le Mahârâja

Que dire de cette bd, sinon que cette histoire d’espionnage n’est vraiment qu’un vague prétexte pour montrer des scènes érotiques ? J’ai bien aimé le dessin (à part certains visages) et les couleurs. Vite lue, amusante, sans plus. A réserver aux adultes.

Roman

****

Album : Crotte !

L’histoire est pleine d’humour : Mr le Président se prend une crotte de pigeon sur le nez en sortant du palais présidentiel. Il décrète qu’il y a trop de pigeons et qu’il faut faire quelque chose. Ses experts lui déclarent qu’il faut des chiens pour chasser les pigeons. Super, ça marche. Mais il y a maintenant trop de crottes de chien… De fil en aiguille, les différentes solutions pour résoudre les problèmes s’avèrent finalement pires que le problème du départ…

J’avoue par contre ne pas avoir du tout apprécié les illustrations, humoristiques également certes, mais dont le trait, vaguement enfantin, ne m’a pas du tout plu. Je n’aime pas tellement non plus cette “mode” qui consiste à mettre des onomatopées partout dans les albums…

Il est indiqué dès 4 ans. Je l’ai lu à un enfant de 4 ans, ça ne l’a pas faire rire et je ne suis pas sûre qu’il ait compris le fin mot de l’histoire… A mon avis, pas avant 5/6 ans.

nids****

Album : nids

Une jolie petite histoire, très simple, qui se termine un peu comme une fable : “Il en faut peu pour être heureux !” Les illustrations sont rigolotes et très colorées. Mais je n’ai pas vraiment accroché…

Un autre avis ici, beaucoup beaucoup plus détaillé que le mien !

****

logoalbums2016.jpg