Atlantia d’Ally Condie

atlantiaRoman pour adolescents
Dystopie

Atlantia

d’Ally Condie

traduit par Vanessa Rubio-Barreau

Gallimard Jeunesse, 2015
9782070663385, 16,50€
epub 11,99€

L’auteur de Promise revient avec un nouveau livre pour adolescent, une dystopie qui se passe au fond des mers!

Rio vit dans une cité sous-marine, le monde d’en Bas, avec sa soeur jumelle. Depuis toute petite elle rêve de découvrir le monde d’en haut. Après la mort de leur mère, sa soeur lui fait jurer de ne pas partir en haut et de rester avec elle. Alors qu’elle n’est pas sa surprise quand celle ci part pour le monde d’en haut ! Rio va chercher à comprendre le départ de sa soeur, mais fera tout aussi pour la rejoindre.

Atlantia est un monde sous marin crée par Ally Condie, peu original et détaillé sur le côté technique, il est développé dans ses personnages qui permettent de le dévoiler petit à petit, avec tous ses secrets. Un monde gouverné par la religion, conduit par un chef spirituel peu appréciable, avec des miracles : les sirènes. Les humains vivants dans le monde d’en bas se sont en effet développés, pour certains, avec des pouvoirs, notamment celui de pouvoir dicter leur volonté aux autres. Des pouvoirs dangeureux, que ce monde cherche à controler.

Rio est une jeune fille farouche, volontaire, qui a passé sa vie à se cacher. Elle se révèle peu à peu après le départ de sa soeur, prend des risques, mais découvre aussi l’amitié et l’amour ! De secrets en secrets, à travers les dangers, Rio se rapproche peu à peu de sa soeur…

Un roman en un tome unique, mené avec beaucoup de finesse, du suspense et de l’action. Peu d’originalité, mais cela n’enlève rien aux personnages. On s’attache rapidement à Rio et à ceux qui l’entourent, comme True, ce jeune garçon qui semble timide mais qui cache lui aussi ses sentiments.

Une belle histoire prenante, qui permet de s’avader sous la mer pendant les vacances, faute d’y être !

Petit bémol pour la couverture cependant, si les coquillages ont un rôle dans l’histoire je trouve cette couverture vraiment sombre, loin de l’univers du roman !

Nous suivre et partager :
error0

Rendez-vous albums – Mai : la Famille

Après trois rendez-vous sympathiques, autour de l’amour, du printemps puis de Pâques, le thème choisi pour le mois de mai est à la fois beau et large. Aujourd’hui, avec les participants au Challenge Je lis aussi des albums, nous allons partager autour de la FAMILLE. L’occasion de vous parler tant des relations parents-enfants que des relations frères-soeurs, ou encore des familles monoparentales, recomposées, … et je ne sais quoi d’autres, j’en aurai la surprise en même temps que vous ! J’ai choisi de vous parler des jumeaux aujourd’hui, grâce à un album américain d’une auteur d’origine corréenne.

Bonne nuit les jumelles***

Bonne nuit, les jumelles !

de Hyewon Yum

adapté par Françoise de Guibert

Albin Michel jeunesse, 2012 978-2-226-23877-1

Deux petites filles nous racontent, chacune sur leur page, qu’elles sont jumelles. Elles sont pareilles, partage tout depuis le ventre de leur maman. Et depuis leur naissance elles partagent une couverture colorée. Sauf qu’à maintenant cinq ans, elle devient difficile à partager cette petite couverture. Et la dissonnance intervient alors. Plus de « nous » dans le texte, mais bien un « je », suivi rapidement d’un autre. Et même une dispute !

Ces petites jumelles incarnent parfaitement la difficulté qu’ont les enfants à se séparer de leur enfance, mais aussi l’obligation, même quand on est deux, d’être soi-même. Le traitement de cette histoire, tout en douceur et finesse, avec une histoire simple et complète à la fois, permet au lecteur, même jeune, de bien comprendre ce qui uni nos deux jumelles. Une belle façon de parler des relations frère-soeur, de ces liens qui se brisent jamais, même si l’on ne peut pas toujours être d’accord sur tout, aimer les même chose, ou tout partager !

bonne-nuit-extrait

Les illustrations de Hyewon Yum renforcent cette impression avec une mise en page qui joue sur la dichotomie. Une soeur à gauche, l’autre droite, voici presque notre seule solution pour les différencier, apprendre à les connaître. La grande soeur, de trois minutes, qui commence toujours, la petite, qui se plie finalement souvent à cet ordre… mais leur amour, toujours, derrière les mots, avec une main tendue !

Un très bel album, pertinent et sensible, qui permettra aux jumeaux mais aussi à de nombreux frères et soeurs de se reconnaître dans ce quotidien enfantin.

***

Petit clin d’oeil à ma petite soeur, avec 9 ans d’écart on partage encore souvent une couverture…

+ L’avis de Marianne
+
 Une participation au rdv de Virginie


Indiquez ici les liens de vos articles pour ce rendez-vous, avec comme nom le titre du livre et votre pseudo.

Tout est en anglais j’en suis désolée, mais c’est joli avec les couvertures. Voici la marche à suivre : 1- Clic sur Add your link 2- Mettre l’adresse url de votre article, le titre du livre et votre pseudo, ainsi que votre mail 3- Clic sur Next Step 4- Choississez la couverture du livre et clic sur Select 5- Skip this step C’est terminé, votre titre apparait ici, avec la couverture du livre normalement. Si vous parlez de plusieurs livres dans un seul article, il vous faudra par contre choisir, mais ce n’est que pour aujourd’hui, tous les liens seront ensuite repris dans le challenge bien sûr!



cadeaumaestro

Nous suivre et partager :
error0

Angoisses à Athènes – Karine Giordana

Roman jeunesse dès 9 ans

Angoisses à Athènes

Karine Giordana

Rouge Safran, 2013
Collection Poivre, 95 pages
9782913647985, 7,50€

Dans Angoisses à Athènes on retrouve avec plaisir Emilie et Justin, les héros de Mystère au Caire. Ces deux adolescents suivent de nouveau leur père qui travaille pour le service culturel des ambassades françaises. Ils parcourent donc le monde, habitués aux déménagements, à se faire de nouveaux amis mais aussi habitués au mystère après leur aventure égyptienne.

A Athènes Emilie et Justin vont rencontrer d’autres enfants du personnel de l’ambassade, commencer à découvrir la ville… mais très vite un nouveau mystère fait son apparition : d’étranges messages apparaissent sur l’ordinateur d’Emilie, lui enjoignant de répondre à des énigmes. Véritable jeu de piste dans Athènes, avec un brin de suspense et d’angoisse, cette aventure va permettre à Emilie et Justin de percer les secrets des hauts lieux de la Grèce antique.

Si l’histoire est moins angoissante que dans Mystère au Caire l’intrigue est mieux construite, plus intéressante aussi sans doute parce que les mystères de la Grèce antique sont plus proche de notre culture. La couverture par contre, bien qu’elle colle à l’histoire n’a pas des couleurs très attirantes je pense…

Une deuxième histoire des jumeaux Emilie et Justin qui peut se lire indépendamment et annonce de nouvelles aventures. Malgré un début assez semblable on avance finalement dans la construction d’une unité pour les titres de ces jeunes héros.

Un roman d’aventure et une belle découverte d’Athènes, voilà un roman sympathique pour les jeunes lecteurs qui plaira aussi aux adolescents qui n’aiment pas lire de gros livres!

 

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Nous suivre et partager :
error0

Alice au pays des Mongols – Ulrike Kuchero

Roman jeunesse, dès 10 ans

Alice au pays des Mongols

d’Ulrike Kuckero

Sylvie Roussel (Trad.)

Bayard Jeunesse, 2012
Estampille, 345 pages
9782747036214, 12,50€

Zoé et Alice sont jumelles, mais Zoé passe beaucoup de temps à défendre Alice, trisomique, des moqueries. Un jour, sous le coup de la colère, Zoé répond à un camarade que oui, Alice vient de Mongolie, qu’elle a été adoptée. Une phrase comme ça mais dans la tête d’Alice l’idée fait son chemin et elle décide d’aller en Mongolie!

La première partie de ce roman est à la fois touchante et drôle car elle nous présente ces deux sœurs sous l’oeil tour à tour agacé et fraternel de Zoé. Il faut dire qu’Alice a décidé qu’elle était une princesse, il faut donc lui obéir si on ne veut pas qu’elle fasse une crise…

La deuxième partie du livre est centrée sur la découverte de la Mongolie, la rencontre de deux cultures. Le récit laisse la parole à un jeune mongol Bayaraa. Avec lui et sa famille on découvre la vie traditionnelle des grandes étendues sauvages. Sa rencontre avec Alice, encore le fruit d’un hasard bienheureux permettra à nos protagonistes de se rejoindre et d’échanger.

Zoé reprend alors la narration pour conclure le récit. Cette alternance longue est assez étrange mais elle nous permet de suivre Alice, véritable personnage principal tout du long, sans jamais se glisser dans sa tête. Alice est un personnage touchant, sans faux-semblant, pleine de vie. Si on ne connait finalement jamais ses pensées c’est aussi pour mieux imaginer le lien fantastique qui semble sous jasent dans l’histoire…

Le thème de la trisomie est traité de façon vraiment intéressante car il permet de mieux comprendre et accepter ces personnes malades. Une leçon de respect non négligeable, qui fera peut être prendre conscience certains élèves de l’idiotie des propos de cours de récréation.

La découverte de la Mongolie est très belle et c’est finalement le vrai thème de ce roman, qui nous entraîne bien au delà d’Alice et sa trisomie. Des étendues sauvages, des courses de chevaux, des rapprochements entre les personnages, même avec des langues et cultures différentes. Des fêtes, des croyances, des plats et des chevaux, encore ! C’est dépaysant et cela sublime l’histoire !

 + Un livre sélectionné pour le Prix des Incorruptibles 2013-2014 niveau 5ème – 4ème

 

+ L’avis d’Arcaalea

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Nous suivre et partager :
error0