Passionnée de lecture depuis plus de... 45 ans !! Est très heureuse actuellement d'effectuer un loooooooong remplacement en médiathèque ! ;)

La souris et le voleur #album

La souris et le voleur POCHE_SOURIS VOLEUR_COUV.indd

Jihad Darwiche & Christian Voltz

Ed. Didier Jeunesse (2002)

Collection « A petits petons »

Thèmes : Animaux, argent, ruse, justice, humour

L’auteur : Jihad Darwiche est né en 1951 au Liban. Il est d’abord journaliste, puis professeur d’arabe avant de devenir conteur.

L’illustrateur : Christian Voltz est né à Strasbourg en 1967. Affichiste et illustrateur, il collabore également à la presse jeunesse.

L’histoire :  Quelle veinarde cette souris ! En faisant le ménage, elle a trouvé un sou. Mais pendant la nuit, un voleur lui dérobe la moitié de la viande qu’elle a achetée. Un conte drôlissime, d’origine libanaise.

 Ce que j’en pense : Je peux difficilement être très objective, d’une part parce que j’adore cette collection (non, non, je ne suis pas payée par Didier Jeunesse !), d’autre part, j’adore les contes et pour finir, les illustrations de Christian Voltz, si je ne les trouve pas « belles », me font beaucoup rire… (il y a plein de détails qu’on ne voit pas forcement au premier coup d’oeil : par exemple, dès qu’il y a une fenêtre, il y a quelqu’un qui regarde derrière…) et puis, vous avez vu la tête des différents personnages ??

En plus, les polices de caractères, de différentes tailles et différentes couleurs, facilitent la lecture à voix haute et permettent de donner du rythme au texte, même si l’on n’est pas un « pro » de la lecture à haute voix…

N’hésitez pas à aller voir les autres titres de cette collection !

SourisVoleur

Conte, à partir de 5 ans.

SignatureNat

Bonolon : Ulyssia la fée bleue

Bonolon

Ulyssia la fée bleue

Seibou Kitahara &  Tetsuo Hara & Go Nagayama (ill.)

Editions Nobi Nobi (2014)

Bonolon

Les auteurs : Kitahara Seibou collabore avec Tetsuo Hara sur les œuvres de ce dernier : il est notamment l’auteur des histoires de Bonolon, le gardien de la forêt.
Dans Bonolon, Tetsuo Hara s’occupe de la création des personnages, du développement des histoires et supervise la mise en scène.
Pour imaginer le design de Bonolon, il a pris comme modèle un sumo, car il voulait que ce bon géant soit perçu à travers le monde comme le symbole du Japon (les cornes sur sa tête sont une adaptation de la coiffure des sumos et ses habits sont inspirés de leur tenue traditionnelle).
Depuis 2004, Go Nagayama est l’illustrateur de Bonolon, le gardien de la forêt, pour lequel il dessine une nouvelle histoire tous les deux mois au Japon.
 
L’histoire : Gentil géant aux allures de gros ours orange, Bonolon est un esprit de la nature qui vient au secours de tous les êtres vivants. Dès lors que les larmes d’une âme en détresse touchent les racines d’un arbre sacré, Bonolon, accompagné de son meilleur ami Gon, le petit chien, apparaît pour lui proposer d’exaucer son vœu le plus cher.
Bien sûr, ses pouvoirs ne sont pas sans limite mais, chaque fois, Bonolon fait de son mieux pour répandre le bonheur autour de lui. Au fil de cinq histoires tendres et émouvantes, suivez Bonolon qui parvient tour à tour à retrouver une amie d’enfance qui va lui rappeler des souvenirs du passé, à sauver une oasis menacée, à contrer un robot devenu fou, à aider un petit fennec à être plus sûr de lui et à faire réaliser à une petite fille combien sa maman l’aime.Des choses simples, certes. mais qui changent la vie !
Création de l’auteur de manga culte Tetsuo Hara, Bonolon est le messager de valeurs fortes telles que le respect de la nature ou encore la force de l’amitié.
 
Mon avis : Si je ne dis pas de bêtises, Bonolon est un manga « Kodomo » c’est à dire réservé aux enfants de 6 à 11 ans. Ceci dit, j’ai eu pour ma part beaucoup de mal à « mettre un âge » parce que si le dessin est plutôt « bébé », très naïf (mais franchement je n’y connais rien en manga, c’est peut-être toujours comme ça !) le texte lui, contient des mots que je ne verrais pas dans la bouche d’un enfant de 6 ans (vous me direz, ils apprendront des mots nouveaux comme ça ! c’est vrai.)
Quels mots ? Rien de choquant, mais des mots comme : luxuriante, empathie, compassion, néfaste… vous pensez que c’est un vocabulaire adapté pour un enfant de 6 ans qui commence à lire ? Bref, ça m’a juste fait un drôle d’effet, l’impression d’un décalage entre le texte et l’image…
Sinon, c’est un recueil d’histoires très mignon, les illustrations sont marrantes, colorées, le géant est tout à fait adorable et en plus, il véhicule des idées très positives !
Pas un coup de coeur pour moi, mais une jolie découverte tout de même !
 SignatureNat

Le secret de l’inventeur, tome 1 : Rébellion

le-secret-de-linventeur-tome-1Le secret de l’inventeur

Tome 1 : Rébellion

Andrea Cremer

Ed. Lumen (2015)

L’auteur : Andrea Cremer est une professeur d’histoire américaine qui a commencé à écrire suite à une chute de cheval qui l’a immobilisé pendant plusieurs semaines. Sa première trilogie, Nightshade a eu beaucoup de succès.

 L’histoire : Imaginez un monde où l’Empire britannique aurait écrasé la rébellion qui a donné naissance aux États-Unis d’Amérique…

Dans ce XIXe siècle alternatif, Charlotte, seize ans, vit loin de ses parents, descendants des révolutionnaires américains, qui continuent la lutte contre les sous-marins et les machines volantes de Britannia. Entourée d’autres enfants de la rébellion, elle habite dans un réseau de grottes souterraines non loin de la Cité Flottante de New York, où les artisans de la Ruche et les ouvriers de la Grande Fonderie côtoient l’aristocratie des vainqueurs. Un matin, elle croise dans la forêt un garçon amnésique, poursuivi par les machines de l’Empire, et lui sauve la vie.

Mais quand elle le ramène dans les Catacombes, auprès de ses compagnons de lutte, l’équilibre de son existence est bouleversé : parmi ses camarades, tous ne sont pas ce qu’ils prétendent être, et l’existence de ce mystérieux garçon fait peser sur la rébellion une terrible menace… Des décharges de métal de l’Empire, infestées de rats cuirassés, aux salons opulents de la noblesse, en passant par les méandres de la Guilde des inventeurs, Charlotte est contrainte de quitter son refuge pour partir explorer le vaste monde !

Rébellion est le premier tome du Secret de l’inventeur, la nouvelle trilogie steampunk d’Andrea Cremer, l’auteur du best-seller international Nightshade, plusieurs fois classée dans les listes des meilleures ventes du New York Times. Monstres d’acier, magie vaudou et automates maléfiques, elle a su tisser un univers d’une grande richesse où brille une héroïne née pour mener la lutte !

Petits rappels pour les non-initiés

Uchronie : Reconstruction fictive de l’Histoire, relatant les faits tels qu’ils auraient pu se produire. (Larousse)

Steampunk : L’expression steampunk, parfois traduite par futur à vapeur, est un terme inventé pour qualifier un genre de littérature dont l’action se déroule dans l’atmosphère de la société industrielle du XIXe siècle. (Wikipédia)

Mon avis : C’est bien simple, je l’ai dévoré ! Commencé un soir, fini le lendemain… La première chose que j’ai aimé, c’est la couverture : elle est très belle, légèrement en relief et reflète bien le livre, avec son illustration à la fois brumeuse et fantastique… La première page de chaque chapitre est écrite sur un fond gris (dessin de roues dentées) ce qui contribue également à en faire un bel « objet ».

L’histoire se lit facilement, on suit les héros (des ados) dans leur vie quotidienne tout d’abord puis dans une aventure un peu plus dangereuse… L’ambiance est bien retransmise, les descriptions assez visuelles (ça m’étonnerait que quelqu’un n’en fasse pas un film !!) et les personnages convaincants (j’aime beaucoup Charlotte et Linnet, elles sont très sympathiques et pleines d’humour) ! En plus de l’aventure, il y a au moins deux histoires d’amour qui devraient se développer dans le tome 2… Bref, je pense que les ados vont adorer !!

Sortie prévue le 12 février 2015

SignatureNat

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

La petite fille en pain d’épice

La petite fille en pain d’épice

Céline Lamour-Crochet & Florian Le Priol

Éditions La Palissade (Sortie prévue 11/02/2015)

Petite-fille

Les auteurs

Née en Bretagne, pilote dans l’Armée de l’Air pendant 17 ans, Céline Lamour-Crochet a arrêté pour s’occuper de sa famille et pour écrire (plus de 80 livres depuis 2009 !) Florian Le Priol est également breton, il sort de l’école Pivaut de Nantes. Après avoir fait de la pub tv et des dessins animés, il se tourne maintenant vers l’illustration de livres jeunesse.

L’histoire

« Vous pouvez courir tant que vous voudrez, jamais vous ne pourrez m’attraper. C’est moi la plus rapide de tous, la petit fille en pain d’épice ! »

Dans cette version originale du célèbre conte, des invités bien particuliers se sont glissés à travers les pages. Blanche-neige, Hansel et Gretel, le petit poucet et bien d’autres n’ont qu’une envie : attraper cette petite fille en pain d’épice et la dévorer ! Arrivera-t-elle à leur échapper ?

 Mon avis

Je suis bien embêtée… J’avais vu cet album sur le net et j’avais été très attirée par les couleurs vives et joyeuses de la couverture… Oui, mais voilà, une fois l’album entre les mains, les illustrations ne me plaisent pas du tout (à une exception près, la petite en pain d’épices qui est très marrante et très mignonne !)

Après l’avoir relu plusieurs fois, je modère mon propos : en fait, ce ne sont pas les illustrations qui me déplaisent (elles sont très colorées et j’aime les couleurs vives) mais la tête des différents personnages… Bref, ce n’est pas très objectif, c’est juste une question de goût !

Et pour couronner le tout, l’histoire ne m’a pas convaincue non plus… Le côté répétitif est amusant certes, mais… je ne sais pas trop pourquoi, malgré tout, je n’ai pas accroché ! Peut-être qu’en lecture à haute voix ça passerait mieux ? Les enfants apprécieront sûrement le côté « conte en randonnée » avec cette petite phrase qui revient « Elle court à toute allure, quand elle tombe nez à nez avec… » (on tourne la page et un nouveau personnage apparaît).

Après l’avoir lu et relu, je reste sur un avis mitigé… L’avez-vous lu ? Qu’en avez-vous pensé ?

SignatureNat