Juin – La musique : 9ème partie, Le voyage d’Azhar

AzharLe voyage d’Azhar

Salima Drider & Joëlle Kabongo (ill.)
Musique de Sébastien Perron
Éditions Nuits d’encre (2016)

>>> O <<<

Livre + cd – 13 euros – à partir de 5/6 ans

>>> O <<<

Azhar, jeune orphelin de 10 ans, habitait un village du Maroc avec sa grand-mère. Grand-mère Olive, -ainsi appelée parce qu’elle vivait dans une maison sur une colline entourée d’oliviers parfumés- Grand-mère Olive donc, était une femme joyeuse et optimiste. Malgré cela, elle s’inquiétait pour son petit-fils, jeune garçon peureux et renfermé.

Aujourd’hui, pour l’anniversaire d’Azhar, elle lui a préparé une surprise. Comme chaque enfant du village au même âge, Azhar va devoir partir seul en voyage à la recherche de la Pierre de Feu…

>>> O <<<

Azhar

“Le voyage d’Azhar”, vous l’aurez compris, est une quête, un voyage initiatique. Le jeune garçon va devoir surmonter ses peurs, nombreuses, pour pouvoir avancer dans son voyage (et dans la vie).

Comme pour les autres contes, “la pluie d’or” et “les épices du délice”, le conte est écrit et le cd ne contient que les chansons. L’histoire est très mignonne, les chansons toujours aussi dynamiques. Mais ce qui m’a le plus plu ici, ce sont les illustrations et les couleurs, très orientales ! La couleur de fond du papier ressemble à du parchemin, c’est très joli. Mes photos ne rendent malheureusement pas hommage aux illustrations…

>>> O <<<

Du même éditeur : La pluie d’or et Les épices du délice

UGOP : Une Goutte d’Organisation Productions. Sur cette page vous trouverez des liens vers la Compagnie Barbès qui fait les spectacles et Nuits d’Encre, l’éditeur.

challenge albums 2017

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

L’oracle della Luna – BD ado/adulte

Oracle OracleL’oracle della luna

* * * * *

T1 : Le maître des Abruzzes
Frédéric Lenoir & Griffo (ill.)
Glénat (2012)

* * * * *
Adapté du roman de F. Lenoir (Chez Albin Michel)

* * * * *

Italie, XVIème siècle, massif des Abruzzes. Des paysans, prêts à brûler la maison d’une soi-disante sorcière, trouvent dans sa cave un homme dans le coma et couvert de tatouages. Persuadés que c’est là l’œuvre du Diable, ils l’emmènent au monastère le plus proche. Là, d’étranges faits se produisent : Deux moines sont assassinés en voulant protéger l’homme, qui a fini par se réveiller, mais ne parle toujours pas. Il se révèle aussi être un peintre de talent. Quand enfin il retrouve la parole, c’est pour raconter une bien étrange histoire…

* * * * *

Pour commencer, j’adore cette couverture et sa couleur magnifique. J’aime beaucoup le dessin -assez “classique”-, et surtout les couleurs employées, le plus souvent assez vives et très lumineuses, mais parfois plus sombres pour les scènes intérieures ou encore la nuit. Grâce à elles, on ressent très bien l’ambiance moyenâgeuse !

Quand à l’histoire, je regrette amèrement de ne pas avoir les autres tomes sous la main car elle est pleine de rebondissements et d’aventure ! Et l’on referme ce premier tome avec tout un tas de questions qui restent, bien sûr, sans réponses pour le moment… Un très bon moment de lecture !

Si vous aimez les bandes dessinées avec un fond historique, vous devriez apprécier celle-ci.

* * * * *

Le tome 4 est paru en 2016

Pour feuilleter les 10 premières pages sur le site de l’éditeur

Le site de Frédéric Lenoir

Griffo, sa bio et sa bibliographie sur BdGest

La bd de la semaineCette semaine, c’est chez Moka

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Le passeur – une bande dessinée plutôt “Adulte”

  PasseurLe passeur ♥

Hermann & Yves H.

Coll. Aire Libre

Dupuis (2016)

° ° ° ° °

Dans un monde désolé, qu’on imagine post-apocalyptique, un homme et une femme, Sam et Sam cherchent un passeur qui doit les mener vers un monde meilleur… Ils ont trouvé un prospectus parlant de ce “paradize” et de son passeur avec un plan et de l’argent sur un cadavre. Depuis, ils marchent à travers le désert… Ils arrivent enfin dans la ville où doit se trouver ce fameux passeur. Une ville morte, où rien ni personne ne bouge…

Passeur

° ° ° ° °

Franchement, le scénario est digne d’un bon film d’horreur… L’ambiance est glauque, sordide. On sait, on sent que ça risque de mal, très mal finir. J’en ai encore des frissons, rien qu’à regarder la couverture. Les couleurs, les visages inexpressifs de certains personnages, tout est fait pour flanquer la trouille ou du moins, mettre très mal à l’aise… Un univers sombre, très très sombre ! Si vous ne me croyez pas, allez jeter un œil sur la vidéo de présentation ci-dessous…

Si vous êtes adepte des “Feel good books” et autres “Happy end”, passez votre chemin, ceci n’est pas pour vous…

Déprimés s’abstenir !

Bon, ceci dit, j’aime bien les happy end aussi et j’ai adoré cette bd !! Alors si vous aimez Hermann, ou si vous aimez les histoires bien sombres, laissez-vous tenter !

Passeur

D’Hermann, j’ai lu “Les tours de Bois-Maury”, “Comanche”, “Bernard Prince” (j’ai toujours toute la collection !!) ou encore “Jérémiah” qui avait déjà cette ambiance post-apocalyptique, mais avec l’humour en plus. Ici, l’humour n’est pas de mise…

Hermann a eu de nombreux prix tout au long de sa carrière (voir en bas de page de son site), le dernier en date étant le Grand Prix au festival d’Angoulême 2016 pour l’ensemble de son œuvre.

° ° ° ° °

Pour aller feuilleter quelques pages

Le site d’Hermann (une page est consacrée à son fils, Yves H.)

La bd de la semaineCette semaine, nous sommes accueillis par Noukette

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Lectures en vrac – Novembre 2015

LECTURES EN VRAC

Novembre 2015

Comme je suis bibliophage (pas au sens propre, rassurez-vous), en plus de ma PAL, (énorme, surtout en “adulte”), je vais régulièrement à la bibliothèque (surtout pour les livres jeunesse et les bd !!) Bref, faire un article par lecture devient difficile, donc je vais tester le “fourre-tout” mensuel, histoire quand même de dire quelques mots sur les bouquins lus et appréciés.

Loupiotte de Frédéric Stehr

Lutin Poche – École des Loisirs (2000)Lectures

Comme tous les petits loups, Loupiotte ne craint personne. Elle n’a pas peur de traverser la forêt pour apporter une tartiflette à son grand-père. En chemin, elle croise un vilain ogrion qui lui propose une partie de cache-cache.

Encore un conte détourné et encore Le Petit Chaperon Rouge ! Mais une version où le loup n’a peut-être pas un si vilain rôle que ça… J’ai bien aimé les dialogues et les dessins, le tout plutôt amusant…

Lectures***

Dans “Un petit chaperon rouge” de Marjolaine Leray

par contre, c’est peut-être bien le loup qui devrait faire attention… Et là où j’ai vraiment rigolé, c’est quand le Petit Chaperon Rouge dit au loup qu’il pue de la gu… pardon, qu’il a mauvaise haleine… C’est un truc auquel j’avais déjà pensé, mais je n’avais jamais vu ça dans un album jeunesse… Trop drôle !!  Les illustrations, un genre de gribouillage, sont assez étonnantes… Éditions Actes Sud Junior (2009)

***

UneSoupe100sorcièreOn poursuit avec une histoire de soupe (pas au potiron cette fois-ci) :

Une soupe 100% sorcière” de Quitterie Simon et Magali Le Huche

(éd. Glénat 2007)

Une histoire toute mignonne dans laquelle on retrouve le petit chaperon rouge (encore lui !!), l’ogre, le petit poucet et quelques légumes aussi, j’ai nommé : les carottes (un goût sucré, une couleur gaie, un vrai légume de fillette !), les pommes de terre (rondes, douces, sans le moindre ver dedans !) and the winner is : Les poireaux, un vrai légume de sorcière, ébouriffé et dont l’odeur pique le nez ! Les illustrations sont gaies, amusantes et pleines de détails !

LeRetourDeChapeauRondRouge***

Il y a quelques semaines, je vous avais parlé de Chapeau Rond Rouge. Dans cette suite, toute aussi amusante, c’est encore et toujours le loup qui en prend pour son grade ! Ne pas oublier la “double lecture” cette 2ème petite histoire grâce aux petites souris…  Le retour de Chapeau rond rouge de Geoffroy de Pennart – Kaléidoscope (2011)

***

LeJeuneLoupUn dernier :

Le jeune loup qui n’avait pas de nom” de Jean-Claude Mourlevat et Jean-Luc Bénazet

aux éditions Milan (1998)

Quelque part dans la forêt, un jeune loup pleure. Septième de sa fratrie, il ne comprend pas pourquoi on ne lui a pas donné de nom. Et c’est bien triste quand personne ne peut vous appeler. Sur son chemin, le jeune loup croise un ours, une grenouille, un hérisson, un écureuil et même une souris, tous des « sans nom », comme lui. Mais tout pourrait changer avec la rencontre d’un vieil homme qui porte un mystérieux sac sur le dos. Car, au fond, se trouve le plus précieux des trésors : un nom pour chacun d’entre eux.

Une très jolie histoire sur la quête d’identité. Les illustrations (de la peinture ?) douces et colorées tout à la fois m’ont beaucoup plu.

SignatureNat