Le petit chaperon rouge raconté par Beatrix Potter

Une belle adaptation d’un grand classique qui ravira petits et grands !

Album pour la jeunesse dès 5 ans

Le petit chaperon rouge

raconté par Beatrix Potter

Editions Kaléidoscope, octobre 2019,
illustrations d’Helen Oxenbury,
48 pages, 13,50 euros

Thèmes: conte, classique, petit chaperon rouge, loup

 

 

Présentation de l’éditeur: “Dans un texte inédit, Beatrix Potter livre sa version, pleine de suspens, du conte original de Charles Perrault. Les magnifiques illustrations d’Helen Oxenbury en révèlent toute la poésie champêtre et donne une dimension nouvelle, non dénuée d’humour, à ce classique des classiques.”

 

Tout le monde connaît ce grand classique mais il est toujours intéressant d’en lire de nouvelles adaptations. En effet, chaque artiste ou écrivain possède sa propre vision du conte.

Aussi, même si l’on en connait le dénouement tragique, grâce aux pinceaux d’Helen Oxenbury, cette version nous offre une fin ouverte. J’ai trouvé cela original et distrayant car la dernière illustration prête à sourire malgré tout. Les représentations champêtres sont délicates et il me plairait tout autant qu’au petit chaperon rouge de flâner dans ces champs et ces bois ensoleillés.

Quant au texte, avec le style qu’on lui connaît, Beatrix Potter parvient à rendre le loup étrangement humain. Ce qui le rend encore plus effrayant. Cependant, contrairement au conte originel, le lecteur pourrait éprouver de la sympathie pour ce loup malingre et affamé. A demi-mots, l’auteur sous-entend qu’il n’est le bienvenu nulle part. Le petit chaperon rouge est une petite fille aussi naïve que dans le conte de Perrault.

Une belle lecture donc, avec malgré tout une différence par rapport au texte original (je pense au groupe de bûcherons). Je vous invite à le lire; ne fût-ce que pour les superbes illustrations d’Helen Oxenbury ou encore la fraîcheur de la plume de Beatrix Potter.

 

~Melissande~

 

+ D’autres adaptations du conte présentés par Nathalie: Et pourquoi de Michel Van Zeveren, Le petit chaperon rouge de Gilles Bizouerne et un autre album dont j’apprécie les dessins Le petit chaperon rouge de Charles Perrault et des frères Grimm (illustré par Joanna Concejo)

La chasse à l’ours d’Helen Oxenbury, présenté par Hérisson et moi à l’occasion de la sortie DVD du court-métrage

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Le renard blanc de Timothée Le Véel

“Le renard blanc” est un album illustré tout en douceur qui pose la question du changement et de la différence.

Album illustré pour enfants dès 3 ans

Le renard blanc
de Timothée Le Véel

Editions Kaléidoscope, 2018
32 pages, 13 euros.

Thèmes : animaux, changement, amitié, différence, renard

 

Présentation de l’éditeur: «Un jeune renard du nord décide de quitter sa toundra natale pour explorer le monde. Il découvre alors une toute autre nature que celle qu’il connaît, et il est enchanté quand tombe la première neige. Mais lorsqu’un ours lui fait remarquer que son beau manteau fauve est devenu tout blanc, il s’affole. Que se passe-t-il donc?»

Timothée Le Véel - Le renard blanc.

Le renard blanc est un très bel album: le héros principal, un magnifique renard roux, voit sa fourrure changer et s’en inquiète. Il trouve en l’amitié d’un ours, compatissant face à sa détresse, le soutien nécessaire à sa transformation.

Il s’agit donc d’une histoire d’amitié avant tout mais avec une touche de sensibilité supplémentaire. L’auteur évoque avec subtilité les métamorphoses liées à l’arrivée de l’hiver et tout ce que cette saison implique pour la faune.

Les illustrations de Timothée Le Véel sont magnifiques, elles aussi dégagent une infinie douceur. On a envie de se blottir dans la fourrure du renard…

Une histoire simple mais touchante qui plaira aussi bien aux jeunes enfants qu’aux parents. Je ne connaissais pas du tout le coup de crayon de l’auteur et je suis ravie de cette découverte!

Merci aux éditions Kaléidoscope, j’ai passé un très beau moment de lecture.

 

~Melissande~

 

+ le site de l’éditeur

+ l’avis du blog Les lectures de Pampoune

 

A-A-A-A Atchoum! de Philip et Erin Stead

Un album poétique et sensible, un bel hommage au monde animal!

Album pour la jeunesse à partir de 3 ans

A-A-A-A Atchoum!
de Philip et Erin Stead 

Editions Kaleidoscope, première parution en 2011, illustrations d’Erin Stead, texte de Philip Stead,
40 pages, 13 euros

Thèmes : amitié – complicité – 05

 

Présentation de l’éditeur:

“Amos travaille au zoo.

Malgré des journées bien remplies, il trouve toujours le temps de passer voir ses vieux amis.

Mais, ce matin, atchoum! Amos se réveille enrhumé, et il doit rester au lit.

Que vont faire ses amis sans lui?”

 

 

Magnifiquement illustré par Erin Stead, cet album tout en douceur raconte une belle histoire d’amitié entre un vieil homme gardien de zoo et les animaux dont il s’occupe. Grâce à son dévouement, le jour où il doit s’absenter à cause d’un mauvais rhume, Amos recevra tout le réconfort qu’il mérite pour avoir si bien pris soin de ses amis pendant toutes ces années.

Cette histoire toute simple m’a beaucoup touchée, c’est un très bel hommage à l’intelligence relationnelle des animaux. Chacun d’entre eux a le petit geste qui change tout. Il faut dire que leur ami fait la même chose pour eux chaque jour, sans se lasser et toujours avec bienveillance.

~Melissande~

 

+ Le site de l’illustratrice

+ Le site de l’éditeur

+ D’autre livres de Philip et Erin Stead : L’enlèvement du prince Oléomargarine

L’enlèvement du prince Olèomargarine de Marc Twain et Philip Stead

Une fabuleuse aventure aux confins de l’imagination!

Album pour enfants dès 6 ans

L’enlèvement du prince Oléomargarine

de Mark Twain

et Philip Stead

Editions Kaléidoscope, 2018,
illustrations d’Erin Stead,
156 pages, 19,90 euros

Thèmes: quête – fable sociale

Présentation de l’éditeur : En 1879, dans un hôtel parisien, les filles de Mark Twain montrent un dessin extrait d’un magazine à leur célèbre papa et le supplient d’inventer une histoire. C’est ainsi qu’est né Johnny, jeune garçon démuni entraîné malgré lui dans une quête pour retrouver un prince disparu. Les notes de cette histoire inachevée sont confiées à Philip Stead. Il la termine et, ce faisant, redonne vie à Mark Twain en imaginant des échanges (parfois hilarants!) avec l’illustre auteur. Quant aux magnifiques illustrations d’Erin Stead, elles accompagnent cette fable sociale avec subtilité et élégance.

 

En commençant cette lecture, je ne m’attendais pas à ce qu’il y ait autant d’anecdotes humoristiques (bien que la quatrième de couverture le laissait présager). En effet pour Johnny, le jeune héros de cette histoire, ça commence plutôt mal. Une fois le décor dramatique bien planté, Mark Twain nous narre un destin jalonné de rencontres, entrecoupé de chapitres où Philip Stead et lui-même échangent leurs idées à propos des protagonistes, des péripéties qui les attendent en bref de la suite de l’histoire.

Le lecteur se retrouve donc dans un univers décalé (qui suit malgré tout les règles du conte traditionnel). Johnny, sur ordre du roi, doit retrouver le prince Oléomargarine qui aurait été enlevé par des Géants. Petit détail qui a son importance, le roi en question est d’une taille ridicule pour un monarque (imaginez le lord dans «Shrek»). Quant aux «Géants», l’auteur nous réserve également une surprise à la fin de l’histoire, lorsque l’on sait enfin qui ils sont réellement.

J’ai beaucoup apprécié le côté original de cet album et Philip Stead a eu une idée géniale en imaginant les dialogues cocasses qui auraient résulté de sa rencontre avec Mark Twain.

De plus, les illustrations d’Erin Stead apporte une touche de douceur et de magie supplémentaires.

Une belle œuvre donc à mettre entre toutes les mains.

 

~Melissande~

+Le site de l’éditeur

+Le site d’Erin Stead

+ L’avis de Mes échappées livresques (blog littéraire)