Résultats de recherche pour : soldat peaceful

Notre Jack de Michael Morpurgo

Notre Jack est un roman illustré tout en douceur sur les espoirs et les rêves d’un jeune homme en 1915…

Roman illustré pour la jeunesse
à partir de 9 ans

Notre Jack
de Michael Morpurgo

Gallimard Jeunesse, septembre 2018,
ill., 72 pages, cartonné,
illustrations de David Gentleman,
12 euros.
Disponible en numérique (8,49 euros).

Thèmes: paix, espoir, première guerre mondiale, mémoire

 

Présentation de l’éditeur:

Michael et son grand frère Otto ont toujours vu chez eux un casque militaire semblant venir d’une autre époque. Jouet, mangeoire pour les poules, corbeille à fleurs… au fil du temps, l’objet est entré dans le quotidien de la famille.

Jusqu’au jour où Michael découvre qu’il a appartenu à leur arrière-arrière-grand-père, «notre Jack», mort sur le champ de bataille en 1915. Les deux frères décident alors de rendre un hommage vibrant à leur aïeul, acteur mordu de théâtre et de poésie, et fou amoureux de sa chère épouse, Ellie.

 

Tout comme pour «Le plus grand peintre du monde», étant donné qu’il s’agit de la même collection, cet album à couverture rigide est magnifiquement illustré.

C’est une histoire touchante que nous raconte l’auteur qui semble être dans son élément lorsqu’il s’agit de narrer et de romancer des faits historiques. Si le récit commence sur un ton léger, au fur et à mesure que le personnage principal (un jeune garçon pacifiste qui tient la guerre en horreur) découvre le passé de son aïeul, ce dernier est véritablement chamboulé.

La vision de la guerre de Michael et d’Otto va donc évoluer pour arriver à un consensus entre les deux frères. En effet, il n’y a pas plus opposés que ces derniers; Otto est passionné par les guerres et joue au soldat à longueur de journée tandis que Michael passe son temps à répandre des signes de paix à travers la maison.

Par hasard, Michael va faire une découverte importante, de celles qui changent une vie.

J’ai beaucoup aimé ce roman illustré tout en finesse et en pudeur. Grâce au ton employé par Michael Morpurgo, nous plongeons dans ce que l’on a nommé autrefois «la guerre fraîche et joyeuse» à travers le journal intime d’un jeune homme féru de théâtre, grand admirateur de Shakespeare.

~Melissande~

 

+ Le site de l’illustrateur David Gentleman (ce monsieur a tout de même 88 ans!)

+ Le site de l’éditeur

+ les articles de Sophie sur d’autres romans de Michael Morpurgo traitant également de la guerre: Cheval de guerre , Soldat Peaceful et La trêve de Noël

 

Le plus grand peintre du monde de Michael Morpurgo

le plus grand peintre du monde

Une rencontre magique, magnifiquement illustrée!

Album pour la jeunesse dès 8 ans

Le plus grand peintre du monde

de Michael Morpurgo

Illustrations de François Place

Gallimard jeunesse, 2018,
64 pages ill., cartonné,
13 euros, disponible au format numérique (pdf 8,49 euros).

Thèmes : art, amitié, enfance.

 

Présentation de l’éditeur: Yannick se souviendra longtemps de ces vacances dans le sud de la France: la gentillesse de sa tante, l’auberge animée de son oncle, les beaux yeux de sa cousine Amandine, les douces collines si chères au héros de sa mère, le peintre Cézanne…

Et tandis que la Provence capture le cœur du jeune garçon, Yannick ressort grandit de son séjour rempli de rencontres et de nouvelles expériences.

 

Mon avis

Avec «Le plus grand peintre du monde», Michael Morpugo nous conte la rencontre d’un jeune garçon avec un monstre sacré de la peinture d’une manière très poétique. Dès le départ le décor est mis en place et se fait complice des événements. En effet, comment ne pas être dans l’ambiance lorsque l’auteur décrit toutes les beautés des paysages de Provence… L’histoire est simple mais touchante et Yannick est un jeune garçon très attachant. Ce livre est idéal pour les jeunes lecteurs car Michael Morpurgo utilise des mots et des structures de phrases adaptées à un plus jeune public.

 

L’objet livre est très beau, j’apprécie énormément le travail de François Place. Ses illustrations collent parfaitement au récit et nous offre un voyage au cœur du sud de la France. C’est la première fois que je lis un livre de Michael Morpurgo bien qu’il soit déjà très connu pour «Cheval de guerre» (d’ailleurs adapté au cinéma par Steven Spielberg en 2011) et «Soldat Peaceful».

~Melissande~

 

+ le site de l’éditeur

+ le site de l’illustrateur

+ la présentation du livre cheval de guerre ainsi que l’avis de Telerama sur le film

+ la présentation du livre Soldat Peaceful

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Bibliographie Première Guerre mondiale

Je vous ai déjà présenté quelques livres sur la première guerre mondiale sur ce blog, en ce 11 novembre je vais donc juste faire une petite bibliographie jeunesse autour de ce thème avec des résumés et vos liens.


Des Albums (dès 5-6 ans)

  • Un brave soldat de Nicolas Debon (Editions Carré Blanc)

Guerre de 14 Murmuree aux Enfants (la) par MaudLe parcours d’un soldat canadien, Franck, qui se porte volontaire en 1914 pour aller faire la guerre en Europe.

  •  La guerre de 14 murmurée aux enfants de Maud Dagmey (Ysec)
    Un livre pour enfants de 5 à 9 ans racontant la Première Guerre mondiale à travers l’expérience du poilu d’un monument aux morts d’un village de la Somme. 
  • L’ennemi de Davide Cali et Serge Bloch (Editions Sarbacane)
    C’est la guerre. On voit quelque chose qui pourrait être un désert, dans lequel il y a deux trous. Dans les trous, deux soldats. Ils sont ennemis. S’informer, utiliser son esprit critique, agir individuellement et collectivement sont les fondements du travail d’Amnesty International pour dénoncer et faire cesser les atteintes aux droits humains. C’est à cette prise de conscience qu’appelle l’histoire de ces deux soldats.
  • L’horizon bleu de Dorothée Piatek (existe aussi en roman) (Petit à Petit) L'Horizon bleu par Piatek
    Elisabeth et Pierre sont mariés depuis quelques mois seulement. L’horizon bleu du Nord berce la perspective d’un avenir paisible en ce début de juin 1914. Mais l’ombre menaçante de la Grande Guerre se profile : Pierre doit partir au front.
    L’avis de Pépita
  • L’étoile, le journal d’une petite fille pendant la guerre par Eliane Stern (Oskar Jeunesse)
    L’ouvrage nous présente un document historique exceptionnel : les 31 numéros de l’Étoile, un petit journal entièrement imaginé, écrit, illustré et ronéotypé par une fillette de 9 ans, Éliane Stern, qui vivait à Pontarlier pendant la Grande Guerre. Elle vendait ce mensuel afin de récolter de l’argent pour les soldats aveugles. 
  • Lulu et la Grande Guerre de Fabian Grégoire  (Archimède)
    Saint-Julien, un village français, le 1er août 1914. Comme tout le monde, la petite Lucienne prépare la fête du village. Mais tout à coup, il règne une atmosphère étrange. 
  • Rendez vous sous les cerisiers – Cendrine Genin – Nathalie Novi (Le Baron Perché)
    Septembre 1914, Henri est mobilisé. Restée au village, Marguerite l’attend. Ils s’écrivent. Leurs lettres font se croiser les mots tendres et les anecdotes de la vie quotidienne, cette vie qui continue, au village comme au front. L’insouciance et la ferveur espiègle de leur amour fait peu à peu place au désarroi. La guerre résonne de plus en plus fort dans les lettres d’Henri et avec elle, la violence, le fracas, l’éloignement. Bientôt le silence s’installe.. 
  • Zappe la guerre de Pef (Rue du monde)Zappe la guerre - 1914-1918 la première des guerres par Pef
    Une nuit, quatre vingt ans après la fin de la Première Guerre mondiale, des fantômes de soldats sortent du monument aux morts d’une petite ville de province pour faire le point. Ils veulent être sûrs que toutes les morts engendrées par cette terrible guerre ont bien servi à quelque chose, que les peuples ont maintenant renoncé à se faire la guerre. Les patrouilles se dispersent alors dans le noir pour explorer le monde moderne. 

 Roman jeunesse (dès 8 ans)

  • Au temps de la grande guerre – Ponthus (Casterman)
    Février 1918 : dans un petit village à l’écart des combats, Antoine, dix ans, finit son quatrième hiver loin de ses parents. Son père, mobilisé depuis le début du conflit, risque sa vie à chaque instant dans les tranchées. Ouvrière dans une usine d’armement, sa mère participe elle aussi à l’effort de guerre. Une guerre que l’enfant apprend à connaître et à redouter et dont, enfin, on aperçoit le terme.  
  • De la guerre à la mer de Gilles Fresse (Batserg)
    En 1918, alors que les bombardements menacent la ville de Nancy, Clèment et son frère son envoyés en Bretagne tout comme des centaines de jeunes écoliers.
  •  Grandes vacances 14 – 18 de Jeanne Lebrun (Flammarion)
    En 1914, Jeanne a 14 ans. Lorsque sa maison à Rethel est bombardée, Jeanne, son frère Louis et leur mère fuient à Corny, le village des grands-parents.
  • La trève de Noel de Morpurgo (Gallimard jeunesse) (conseillé par Heureuse)
    Noël 1914. Ce jour-là, dans les tranchées du front ouest, Jim Macpherson, un jeune soldat anglais, écrit à sa fiancée pour lui raconter l’incroyable événement qu’il vient de vivre.. 
  • Les soldats qui ne voulaient plus se faire la guerre d’Eric Simard (Oskar)
    Cette fiction est inspirée d’une histoire vraie. A Noël 1914, sur le front opposant troupes britanniques et allemandes, les soldats des deux camps, désobéissant à leur supérieurs, cessent de combattre : ils fraternisent, enterrent en commun leurs morts, jouent aux cartes et disputent même un match de football entre les tranchées… 

Roman pour adolescents

A la vieà la mort par du Bouchet

  • A la vie, à la mort de Paule du Bouchet (nouvelles) 
    A travers sept nouvelles de guerre, des guerres de notre histoire proche, un fil, ténu comme une anecdote : celui de la vie qui continue, de la conscience qui parle trop clair, de l’amour plus fort que la pierre, de la mémoire qui ne s’éteint jamais. A la vie, à la mort. (Première et seconde guerre mondiale)
  • Cheval de guerre de Michael Morpurgo (Gallimard jeunesse)
    Un roman original car le narrateur, Joey, est un cheval! Sous ses yeux c’est toute la guerre que l’on va suivre, de l’Angleterre à la France, d’un côté comme de l’autre.
    Mon avis 
  • Frères de guerre de Catherine Cuenca
    Août 1914. L’Allemagne déclare la guerre à la France. La mobilisation générale est décrétée. Eugène rêve de faire partie de l’aventure, mais il n’a que seize ans. Avec Matthias, son meilleur ami, ils fabriquent de faux papiers et réussissent à se faire engager. Ils partent ensemble pour le front, mais, très vite, sont séparés. Chacun de leur côté, ils découvrent l’horreur de la guerre, dans l’enfer des tranchées..Haumont 14-16 : L'Or et la boue par Lambert
  • Haumont 14-16 l’Or et la boue de Christophe Lambert (Nathan)
    L’auteur nous plonge dans l’enfer des tranchées de Verdun en décembre 1914, à travers l’histoire de deux jeunes hommes dont l’amitié va naître et se fortifier dans les épreuves que seule la guerre peut faire traverser. 
  • Il s’appelait le soldat inconnu d’Arthur Ténor (Folio Junior)
    Quand il était petit, François rêvait d’être soldat. Puis la guerre de 1914 a éclaté et il est parti se battre, la  » fleur au fusil « , fier de défendre son pays. Mais il a rapidement découvert la dure réalité des champs de bataille, l’horreur des tranchées, la sauvagerie des hommes. Il a surtout connu une fin tragique, comme de nombreux soldats, et son nom s’est perdu dans la boue de Verdun. C’est ainsi qu’il est devenu… le Soldat inconnu. 
  • La marraine de guerre de Catherine Cuenca (Hachette Jeunesse)
    Pendant la guerre de 14-18 un jeune poilu enfoncé jusqu’au cou dans sa tranchée boueuse et sanglante, ne garde le moral que grâce au courrier de sa marraine de guerre. Malgré la misère de ses camarades de feu, le jeune homme rêve de rencontrer celle-ci tout en redoutant cette visite qui lui enlèvera tout le mystère qui l’auréole.
  • La prophétie de l’oiseau noir de Marcus Sedgwick  (Milan) La prophétie de l'oiseau noir par Sedgwick
    Tom va mourir. Alexandra le sait. Elle a encore vu l’oiseau noir, le messager de la mort. Elle a vu le revolver, la balle qui file vers son frère sur le champ de bataille. Car elle a un don : voir la mort prochaine des être qui l’entourent. Mais cette fois, elle ne laissera pas l’oiseau noir lui prendre son frère. Elle ira retrouver Tom, au cœur de la Grande Guerre. S’il n’est pas déjà trop tard… 
  • Le bonheur d’Eliane de Philippe Barbeau (Encre bleue)
    Eliane a perdu son père, qu’elle adorait, lors de la guerre de 14-18. Au lendemain du conflit, la mère d’Eliane part avec ses trois enfants à Blois, où elle a trouvé un emploi dans un bateau-lavoir. Ce déracinement offre à la famille Prudhomme l’espoir d’un avenir meilleur. Mais entre cette mère qui a trop souffert, un beau-père qu’elle n’aime guère et l’argent qui continue de manquer, il faudra beaucoup de courage à Eliane pour poursuivre sa quête du bonheur. 
  • Le bruit du vent d’Hubert Mingarelli (Gallimard Jeunesse)
    C’est l’histoire de Vincent, du moins le récit d’un moment de sa vie, à la fin de 1918, dans une petite île. 1918, c’est aussi la fin de la Grande Guerre, marquée par le retour du père, un retour des tranchées, tandis que l’adolescent rafistole passionnément, secrètement, un vieux canot. Avec la guerre, mêlée aux tragédies de la pêche sur l’île, les rapports familiaux ont changé, brisés sur la difficulté de dire, de parler, de révéler, la difficulté aussi de comprendre les silences du père, sa tristesse. 
  • Le journal d’Adèle de Paule du Bouchet (Gallimard jeunesse)
    Tout au long de la guerre, Adèle, jeune adolescente va tenir son journal intime. Nous allons donc la suivre, non pas pas à pas, au jour le jour, mais au gré de ses envies, et de évènements de sa vie. En effet nous sautons parfois de longue période. Adèle va suivre des cours, aider à s’occuper de la ferme, et même devenir Marraine de Guerre.
    Mon avis 
  • L’étang aux libellules d’Eva Ibbotson 
    L’étang aux libellules était hors du temps, à l’abri de la guerre : protégé, intime, magnifique… Le roi de Berganie vient d’être assassiné pour s’être opposé à Hitler. Un groupe d’enfants va venir en aide au jeune prince héritier désormais menacé. A leur tête, une fougueuse jeune fille, Tally, éprise de liberté et « résistante » sans le savoir.
    Mon avis 
  • Arthur Ténor - Mémoire à vif d'un Poilu de quinze ans.Mémoire à vif d’un poilu de 15 ans d’Arthur Ténor (Gulf Stream)
    Maximilien, dit Max, a quinze ans quand la première guerre mondiale éclate. Après s’être juré de devenir un grand journaliste, le voilà parti de Paris, à bicyclette, en direction du front. Grâce à la protection de Gaston, un soldat français à qui il a sauvé la vie, Max parvient jusqu’aux tranchées. Il découvre alors le terrible quotidien des poilus, les privations, la saleté, et surtout la mort en direct. Comme tous ses frères d’armes, il subira cette guerre et se rebellera contre l’inacceptable. 
  • Promenade par temps de guerre d’Anne Marie Pol (Hachette)
    Octobre 1918. L’un des derniers bombardements de la guerre permet à Victor de s’échapper de l’hospice où il est enfermé depuis quatre ans. Il part, soutenu par la certitude que son père,  » porté disparu « , n’est pas mort. Durant son périple, il rencontre le jeune Marcel et la belle Aliénor. Mais parviendra-t-il au bout de sa quête?
  • Soldat Peaceful de Mickael Morpugo (Gallimard Jeunesse)Soldat Peaceful par Morpurgo
    Il s’appelle Tommo. Il n’a que dix-sept ans mais il a déjà vécu bien des choses, des joyeuses et des plus tristes. Il a passé une jeunesse heureuse avec sa mère et ses frères à la campagne, même si la vie n’était pas toujours facile. . Mais tout a changé lorsqu’il est parti pour la guerre avec son grand frère Charlie. Cette nuit, Tommo ne veut surtout pas dormir, il veut penser à lui, à eux, à leur vie passée. Parce que demain, au petit matin, son existence va basculer pour toujours.
    L’avis de Sophie 
  • Spirit Lake de Sylvie Brien (Gallimard, Scripto)
    Québec, 13 mai 1915, Dans l’infirmerie ou camp de détention de Spirit Lake. Peter Gaganoyitch agonise sur un lit de camp. Il n’a que quatorze ans. Comment en est-il arrivé là ? Trois mois plus tôt, il débarquait au Canada, avec Iwan, son frère, et sa grand-mère adorée fuyant la guerre et l’Autriche-Hongrie. Ils pensaient atteindre un nouveau paradis… Comment un jeune garçon, interné au milieu d’un no man’s land de glace, utilise miraculeusement ses qualités humaines, son imagination. Et comprend que le bonheur se choisit chaque matin, au saut du lit, comme un vêtement. Un magnifique roman, une magistrale leçon de vie.
  • Suzie la rebelle de Sophie Marvaud (Autre Monde)
    Août 1914. Suzie a 16 ans lorsque éclate la Première Guerre mondiale. Alors même que les hommes partent pour le front, l’univers de Suzie bascule : elle découvre de sombres réalités, la souffrance des hommes, l’horreur des tranchées mais aussi la difficulté d’être libre quand on est une femme. Très vite, elle mène alors sa propre guerre : indifférente à l’idée de déplaire aux jeunes gens élégants qui demanderont sa main, elle décide de participer aux travaux agricoles auprès de sa famille en Charente. Soucieuse de se tenir au courant du conflit, elle s’octroie le droit de lire les journaux. 
  • Un petit regain d’enfer de Robert Deleuse (Seuil)
    Les tranchées de 14-18 n’ont pas levé tous leurs secrets. Pourquoi le caporal Magre a-t-il été porté déserteur ? C’est le mystère que tente de percer un Poilu, rescapé, mutilé. Dans ses recherches, il croisera la route d’un tueur en série qui abat quatre officiers à l’arme blanche. L’après-guerre, c’est toujours la guerre. Et Dieu que la guerre n’est pas jolie ! Un tirailleur en enfer - Verdun 1916. de Yves Pinguilly
  • Verdun 1916, Un tirailleur en enfer d’Yves Pinguilly  (Nathan)
    Tierno, jeune Peulh de dix-sept ans, poursuit ses études à Dakar à l' »école des Blancs ». Mais c’est un tout autre apprentissage qui l’attend : enrôlé malgré lui par un recruteur peu scrupuleux, il se trouve à bord d’un paquebot qui part pour la France. 

Des bandes dessinées

  • Cicatrices de guerre – Collectif (Ed. La Gouttière)
    22 auteurs de bande dessinée se penchent sur la Première Guerre mondiale. Réalistes ou décalés, muets ou dialogués, ces courts récits nous parlent d’un début de siècle qui tourne mal.
  • Et si… de Marie Jaffredo (Vents d’Ouest)
    Dans un récit qui alterne entre passé et présent, deux enfants vont découvrir un secret qui va bouleverser leur vie, lors d’une fin d’été ensoleillée qui fleure bon les vendanges…
    Mon avis 
  •  On les aura ! carnet de guerre d’un poilu de Barroux
    Le récit des premières semaines de mobilisation d’un homme durant l’été 1914. L’auteur de ce journal raconte les débuts de la guerre, le mois de juillet, quand tous sont encore persuadés qu’ils vont vaincre, jusqu’à son raptriement, en septembre, alors qu’il est blessé au bras.
    L’avis de Pépita
  • Putain de guerre (2tomes) de Tardi (Casterman) (conseillées par Alex)
    Tardi renoue avec la mémoire de 14-18 à travers son nouveau projet : une évocation en bande dessinée du premier conflit mondial, et de la place qu’y ont occupée, au quotidien, les hommes qui s’y sont affrontés et entretués.
    L’avis de Vive les bétises

Des documentaires et témoignages :

  • Paroles de Poilus (Librio)
    Ils avaient dix-sept ou vingt-cinq ans. Se prénommaient Gaston, Louis, René. Ils étaient palefreniers, boulangers, colporteurs, bourgeois ou ouvriers. Ils devinrent soudainement artilleurs, fantassins, brancardiers…
    Mon avis 
  • Horreur dans les tranchées. 1914-1918 – Milan (Quelle Histoire)
  • La première guerre mondiale – Gallimard (les Yeux de la Découverte)
  • Lettres de 14-18 de Lucile Sevin (Gallimard) Lettres de 14-18 par Sévin
    Août 1914 : l’Allemagne déclare la guerre à la France. Plus de quatre millions de Français sont mobilisés. Sur les photos aujourd’hui jaunies, on voit des hommes d’abord souriants. Puis très vite les visages se figent, et on y lit la peur, la tristesse, la lassitude, rarement l’espoir. Parmi les soldats, des écrivains ont écrit, comme leurs camarades anonymes, à leur famille, leurs aimées, leurs amis ; et parfois, quand ils ont survécu, ils ont transfiguré leur expérience en romans qui racontent la  » Grande Guerre « . Avec ces lettres, la vie dans les tranchées, le feu ennemi, les rêves et les cauchemars, tout est là : une parcelle d’Histoire à chaque page.
  • 14-18 des hommes dans la grande guerre – Casterman
  • La guerre 1914-1918 – Fleurus (Grande Imagerie)
  • J’ai vécu la première guerre mondiale – Bayard jeunesse (j’ai vécu)
    Ils sont mobilisés en 1914, 1915 et 1917. Trois expériences d’une même réalité : la Première Guerre mondiale. 
  • La première guerre mondiale – Fleurus (Voir l’histoire) avec DVD Rom
  • La grande guerre expliquée à mon petit fils – Antoine Prost (Seuil)
    1 450 000 morts, 3 à 4 millions de blessés, 600 000 veuves, 760 000 orphelins : c’est le bilan, rien que pour la France, de la guerre de 1914-1918, celle que l’on appelle la Grande Guerre.
    Pour expliquer à un enfant de huit ans ce terrible massacre, un historien reconnu répond aux questions de son petit-fils : qu’est-ce que la mobilisation ? Qu’est-ce qu’une tranchée ? Comment vivaient – et mouraient – les poilus ? Comment fonctionnaient les usines pendant la guerre ? Qu’est-ce qu’ont fait les femmes ? Pourquoi les Etats-Unis sont-ils entrés dans la guerre en 1917 ?… Et enfin : comment est-on parvenu à la paix ? 

De nombreuses ressources sur le net

 

D’autres livres présentés par Blandine :

La chambre des officiers de marc dugain
Expliquer la guerre aux enfants
14-18 la vie au quotidien
la premiere guerre mondiale

Signalez moi vos articles, je me ferai un plaisir de les ajouter!

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

RDL#4 Ces livres dont je n’ai pas parlé…

Ronde des Livres  #4 Ces livres dont je n’ai parlé, une ronde des livres bimensuelle pour laisser une chance à ces livres dont je n’ai pas eu le temps ou l’envie de parler après leur lecture…

Ces années blanches de Julie Jacob Coeur

Marie, adolescente stephanoise, vit une situation difficile dans sa famille. Entre espoir et consternation elle nous raconte son quotidien.
L’auteur emploie des phrases courtes, faisant ressortir un ensemble pudique. Ne nombreuses ellipses. On ne sait même pas tout. On sent que ce quotidien est difficile, mais on ne saisit pas tout de suite ce qui pose vraiment problème. Quel a été le point de bascule de cette famille. Marie nous livre sa vie, des lettres, ses amours naissants. Tout ce fait vite, un peu trop vite peut être. Pour avancer vers une résolution, l’auteur passe en quelques pages sur plusieurs années, mais permet ainsi de ne pas trop souffrir avec cette adolescente. On ressent cette douleur, mais on continue notre chemin. C’est bien… et en même temps j’aime les livres qui m’entrainent encore un peu plus profondément…

Un bilan mitigé sur le moment, et pourtant avec du recul j’en garde un excellent souvenir!

 

Jacob-Coeur, Julie – Ces années blanches.- Thierry Magnier, avril 2011

 

Theodore Boone : enfant et justicier de John Grisham

J’adore John Grisham, depuis l’affaire Pélican, alors une sortie en jeunesse forcément ça m’a intéressé. Et effectivement le héros est un enfant. Une fois de plus un thriller judiciaire, mais cette fois ci dans un langage un peu plus simple et expliqué! Theodore Boone est un fils d’avocat et il compte bien suivre la même voix. En attendant il s’occupe des petites affaires de ses camarades et professeurs. Sauf qu’il apprend une chose vraiment importante. Une chose qui peu changer le cours du procès en cours.

Une très bonne intrigue qui nous apprend plein de chose sur la justice. Une lecture plaisante, que j’ai apprécié, mais que j’ai tout de même trouvé en deçà des Grisham habituel. Moins percutant je pense, peut être à cause de la mise en place du personnage…

Un livre tout à fait adapté aux garçons, et ça c’est quand même assez rare finalement dans la littérature adolescente actuelle… et surtout dans ce que je lis!

Le deuxième tome est sorti la semaine dernière : L’enlèvement !
Grisham, John – Théodore Boone : enfant et justicier.- Oh Editions, 2010

 

 Prochain rendez-vous le 17 novembre! Vous pouvez bien entendu vous joindre à nous, il suffit de me le signaler en commentaire.

Chez Somaja : Prisonnière de la sorcière et le premier tome de La communauté du Sud (TrueBlood)

Chez Missbouquinaix:  La mort à Venise de Thomas Mann, Soldat Peaceful de Morpurgo et Pêcheur d’Islande de Loti