Le chuchoteur – Donato Carrisi

Le chuchoteur- Donato Carrisi-Liliba

Roman policier

Le Chuchoteur

de Donato Carrisi

traduit de l’italien par Anaïs Bokobza

Calmann Levy, 2010
Livre de Poche, 2011
576 pages
9782253157205, 7,90€

Voilà un livre qui traine depuis longtemps dans ma PAL. Depuis sa sortie en poche exactement, quand Monsieur l’a lu et à décréter que c’était son thriller préféré, lui qui n’aime pas les romans policiers. J’étais intriguée, et en même temps, il y avait un peu d’appréhension… je me demandais ce que j’allais bien pouvoir trouver dans ce livre… Il aura fallu l’annonce par Liliba d’une Lecture Commune pour me décider à le lire. Et encore, alors que cette LC est prévue pour aujourd’hui, j’ai commencé le livre dimanche, au dernier moment… Sauf que voilà, une fois lancée, j’ai aimé, moi aussi, et j’ai dévoré les dernières pages cette nuit !

Le chuchoteur, c’est avant tout l’histoire de Mila, une jeune policière spécialisée dans la recherche des enfants disparus. Elle travaille seule, avec ses intuitions, sa perception des monstres qu’elle traque… Alors quand elle se voit intégrée à une équipe de recherche de tueur en série, l’adaptation est d’abord difficile. Surtout que l’histoire est horrible, ils traquent « Albert », ainsi qu’ils l’ont nommé, un tueur en série qui a enlevé et tué 5 fillettes, et qui en détient une 6ème.

La force de ce roman tient dans la qualité de ses personnages, dans leurs fêlures personnelles, que l’on découvre peu à peu. Si Mila est incontestablement le point central, d’autres points de vue, d’autres personnages sont mis en avant, nous permettant de rentrer au coeur de l’intrigue. C’est d’ailleurs cette alternance de point de vue qui m’a d’abord déconcertée. Cette dispersion est finalement habillement jouée, et principalement au début du roman, et cela permet d’ajouter à l’impression de noirceur. On a ici affaire à un roman sombre, à l’intrigue terrifiante. Étonnamment, c’est dans les scènes d’action que j’ai le moins aimé ce roman, tant le côté psychologique est important ici.

L’auteur ne prend pas le lecteur pour un idiot, il n’hésite pas à donner des détails techniques, et en même temps, sous couvert d’explication à Mila, il prend toujours le temps d’expliquer en détail. Ces informations, ajoutées aux descriptions très intéressantes des personnages, permettent de faire partie de l’enquête, et si quelques éléments sont faciles à deviner, on ne peut s’empêcher de finir le roman extrêmement surpris par les derniers événements.

Pour trouver un tueur en série, les enquêteurs en sont persuadés, il faut le considérer comme un homme normal, et non comme un monstre. Une assertion difficile à accepter…

Comme tous les criminologues qui travaillaient pour la police, il avait ses méthodes. Avant tout, attribuer des traits au criminel, afin d’humaniser une figure encore abstraite et indéfinie. En effet, devant un mal aussi féroce et gratuit, on tend à oublier que l’auteur, tout comme la victime, est une personne, avec une existence souvent normale, un travail et parfois aussi une famille.

Enfin, il me faut parler de quelques autres personnages. Goran Gavila, criminologue dépressif, véritable cerveau de l’équipe, qui pousse les autres à trouver par eux même, est un personnage surprenant, tant il est difficile à cerner. Boris, Stern, Sarah Rosa, le reste de l’équipe a aussi ses petits secrets, ses petits travers, que l’on découvre au fil de l’histoire. C’est sans doute cela d’ailleurs qui rend ce roman si prenant, la certitude que tout peut arriver, tant Donato Carrisi nous attache à ses personnages pour mieux les malmener. Enfin il y a cette petite fille, attachée sur un lit, droguée, qui tente de se comprendre ce qu’elle fait là, pourquoi on la retient prisonnière, ce qu’elle a fait de mal…

Albert, le monstre, celui qu’on devrait haïr, reste très secret tout au long des pages, mettant en avant d’autres monstres… Une accumulation qui rend ce roman sombre et glauque !

De nombreuses affaires citées dans ces pages sont réelles.

Comment dormir après cette annexe, en fin d’ouvrage. Après tout ce qu’on vient de lire et qui prend progressivement forme dans notre esprit. Les monstres existent, difficile d’en douter, et les percevoir ainsi fait froid dans le dos…

+ Lecture Commune avec LilibaMarjorie, et Alexielle

+ Prix du polar SNCF et prix des lecteurs du livre de poche

+ Challenge Thriller et polars

0 challenge thriller & po 4b

Sublimes Créatures ~ 16 Lunes – Garcia et Stohl

Roman adolescents – YA

Sublimes Créatures ~ 16 Lunes

de Kami Garcia

et Margaret Stohl

traduit par Luc Rigoureau

Livre de Poche, Hachette, 2010-2013
8,90€

Ethan a 16 ans. Il vit à Gatlin, une petite ville des Etats Unis où rien ne semble jamais se passer. Le genre de ville où tout le monde sait tout sur tout le monde. Une ville où le principal représentant des forces de l’ordre guette les élèves qui sèchent l’école. Un théâtre de la guerre de Sécession qui reste marqué. Qui souhaite se souvenir.

Dans cette ville apparemment si tranquille tout va être bouleverser avec l’arrivée de Lena Duchannes, la nièce de l’original du village. Du simple fait de ce lien de parenté elle va se retrouver exclue, rejetée. Il faut dire qu’elle semble étrange aussi. Avec son collier de breloque, sa manie de provoquer des orages et ses silences.

Ethan pourtant est atttiré par elle. Il rêve depuis des mois avec une drôle de puissance d’une fille qu’il aime follement mais qu’il ne parvient pas à sauver. Coincidence prévisible il comprend qu’il s’agit de Lena et l’on voit se créer entre eux un lien très particulier, un peu magique…

Certains, notamment en ce moment avec l’adaptation cinématographique, comparent 16 lunes avec Harry Potter. Rien à voir pourtant si ce n’est un peu de magie, mais elle est plus ténue ici, à la manière des Dolce. Des enchanteurs avec des pouvoirs très définis qui tendent vers la Lumière où les Ténèbres. Le tout est finalement très adolescent, plus à la manière des romans YA du moment, avec des histoires d’amour au coeur de l’histoire, l’air de rien…

L’intrigue de ce premier tome repose sur l’appel que va subir Lena a 16 ans et qui décidera de quel coté elle sera. En attendant cet anniversaire elle veut vivre une vie normale d’adolescente. Pas facile quand on est rejeter par tous et qu’on déclenche des orages quand on est en colère.

Ce roman est avant tout celui assez classique d’un amour impossible entre Mortel et Enchanteur. Celui d’une malédiction aussi. Il n’en demeurera pas moins attrayant et se révèle finalement plus original que prévu.

La galerie de personnages rend ce roman particulièrement vivant, chacun jouant un rôle qui évolue au fil du récit.
Lena est le personnage principal, un personnage attachant qu’on connait pour que par Ethan, notre narrateur. Ce narrateur décalé permet de découvrir Lena peu à peu et donc une grande partie des secrets de sa famille. Une découverte graduelle qui permet de garder un intérêt constant pour le lecteur.
Ethan est un personnage lui aussi attachant qui découvre au fil du roman un nouveau visage à sa petite ville et même à ses proches.
Amma sa gouvernante est un de ces personnages secondaires haut en couleur dont on se souvient, tout comme Ridley la cousine de Lena.

Un roman entraînant dans l’ensemble qui alterne romance, découverte et action, les mêlant à la fin pour 100 pages  haletantes. A faire découvrir aux adolescents mais aussi aux jeunes adultes, comme une alternative réussie à Twilight. Un premier tome malheureusement!

+ à venir : d’autres avis!
+ Challenge YA#2
+ Merci Jeneen!

 

La vengeance du wombat de Kenneth Cook

La vengeance du wombat

et autres histoires du Bush

de Kenneth Cook

Recueil de nouvelles

Le livre de Poche, janvier 2012
978-2-253-16179-0, 6€10
207 pages

 Thèmes : Australie, animaux, vie sauvage, Bush

 

Wombats sur ma gauche, wombats sur ma droite : tous piétinaient et grognaient.
Planté parmi eux au clair de lune, immense, le corps flasque et hardi, le filet dans une main, la seringue dans l’autre, j’attendais le wombat qui m’intéressait. […] Avec l’aisance du geste entraîné, je lui lançai le filet sur le corps. Il le déchiqueta en moins de deux secondes. […] Comment étais-je censé m’y prendre à partir de là ?

Une rencontre dans un bar, quelques bières fraîches, et voilà Kenneth Cook, écrivain d’âge mûr « en léger surpoids », embarqué dans d’incroyables aventures où la faune humaine et animale du bush joue le premier rôle.

On plonge en plein coeur de l’Australie, retrouvant le héros du Koala tueur, notre écrivain (et l’auteur du livre à priori!) qui parcoure le Bush et nous livre les uns après les autres ses mésaventures ou celle de ceux qu’il croise. Avec une prédilection pour des rencontres homme / animal hors norme.

Présentée sous forme de courtes nouvelles ces textes ne se suivent pas vraiment mais forme pourtant un ensemble très cohérant. Union de ton, de héros et d‘humour. Car si ces aventures sont régulièrement assez dramatiques elles sont surtout terriblement drôles. Si on éclate pas non plus de rire à chaque page les situations font sourire tant notre héros attire les ennuis. Imaginez-le accroché à un kangourou au milieu du bush. Ou en train de lancer une fusée ayant pour passage un singe.

Certaines histoires m’ont paru plus ternes que d’autres… le Wombat notamment n’a pas ma préférence mais l’ensemble est cohérent et offre un bon recueil de nouvelles, et une belle découverte de l’Australie sauvage.

♥ La patience des buffles sous la pluie de David Thomas

La patience des buffles sous la pluie

de David Thomas

Recueil de nouvelles

Le Livre de Poche, juin 2011
9782253129486, 6€

Présentation de l’éditeur :

Je sais qu’elle m’a aimé mais qu’elle ne m’aimera jamais plus. Je n’en souffre pas. J’accepte son absence comme quelque chose d’irrémédiable. Je n’attends rien, je ne souhaite que de me retrouver seul sans son image floue. Je trouve cela long, si long qu’il m’arrive d’en désespérer. Alors, parfois, pour me rassurer et parce que je refuse de me battre inutilement contre ce qui me dépasse, je songe à ces buffles dans ces plaines africaines qui, lorsque l’orage s’abat sur la savane, se maintiennent solidement sur leurs quatre pattes, baissent la tête et attendent, immobiles, que cesse la pluie. D. T. Préface de Jean-Paul Dubois.

Mon avis :

Après une très belle préface de Jean-Paul Dubois, on entre dans ce livre avec toute l’attente que nous offre ce titre, à la fois beau et intriguant. Ce n’est pas un roman – pas vraiment – même si on croit parfois reconnaître des personnages récurrents, chaque histoire / nouvelle est indépendante des autres. Comme le Christian Aulhier du journal « Le Figaro » ces nouvelles sont des instantanés de vies ordinaires.

J’ai commencé par lire ce livre à la suite, page après page, j’appréciais les mots, je trouvais ces instantanés grinçants, touchants, parfois drôle. Pourtant c’est ce matin en reprenant le livre que j’ai trouvé MA façon de lire ce livre… au hasard! Les nouvelles ne font guère plus d’une ou deux pages, et ne se suivent pas vraiment, alors piocher dans ce livre est un vrai bonheur. On y lit pourtant beaucoup d’histoires de couples, de séparations, mais chacune à sa manière nous emporte dans son histoire, puis nous laisse avec nos propres souvenirs. Parce que ces instantanés sont tellement des morceaux de vie qu’on en a tous vécu quelques-uns, nous ou quelqu’un qu’on connait…

J’ai particulièrement apprécié certains textes. Sudoku m’a fait rire, Surprise aussi, avec ses trois points de vus, et les différences dans l’histoire… D’autres m’ont pris à la gorge… Le seul inconvénient à lire au hasard c’est que j’avais peur de rater un texte, mais quel plaisir de retomber sur un texte déjà savouré, et d’en reprendre une bouchée!

Lire ces dialogues, ces échanges ou ces pensées c’est plonger au coeur du monde, dans ce qu’il a de plus intime, vicéral ou superficiel. C’est un peu vivre.

Extraits :
Arnaque

Vous, les écrivains, vous êtes une belle bande d’arnaqueurs. Ah ca, tu m’as bien embobinée avec tes bouquins. Ah ça, pour écrire des jolies choses t’est le premier, mais pour les vivre, y a plus personne. Ça oui, pour faire des jolies phrases t’est en tête de peloton, je reconnais que t’es bien placé, mais pour ce qui est du quotidien,permets-moi de te dire que t’es franchement à la traîne. T’es même carrément nul. Faut pas croire tout ce qu’il écrit, madame, croyez-moi, je vis avec lui, faut pas croire UN mot de ce qu’il écrit. Ce type-là n’a jamais foutu les pieds sur les îles Sakhaline, ni au Japon, ni à Caracas, c’est un pantouflard, un vrai, pour partir en vacances trois jours, faut négocier deux mois. Les armes à feu, il connaît pas, si ses personnages savent les démonter dans le noir, lui il n’en a jamais vu, ce serait même du genre à se tirer une balle dans le pied avec. Quand à ses héros capables de fabriquer des centrales nucléaires avec une capsule de Sprite et deux bouts de fils de fer, là aussi c’est de la flûte, il sait rien faire de ses dix doigts, lui mettez pas un casse noix entre les mains, il serait foutu de se pincer. Et les sentiments, Ah ! T’en a fait, soupirer des femmes avec tes pages écrites bien comme il faut, ah oui, les lectrices, tu sais aller les chercher, tu sais les cueillir, mais moi je peux me brosser ! Bon et puis les scènes d’amour, je préfère pas m’étendre, je voudrais pas blesser. Non, non, un vrai tocard, je vous dis. De la pure arnaque.

Mezzanine
Je sais qu’elle me regarde. Elle est là, dans la mezzanine et je sais qu’elle m’observe travailler en bas. Elle fait souvent ça et je crois qu’elle s’est rendu compte que je le savais. Ce qui est sûr, c’est que depuis huit ans que nous habitons cette maison, ni elle ni moi ne l’avons jamais évoqué. Moi, je fais toujours comme si je ne la voyais pas. Je ne sais pas très bien pourquoi elle fait ça, mais ça m’amuse. J’aime bien ce petit jeu.
Gamberge
Tu gamberges. Tu regardes ta vie. Ça ne colle pas. Alors tu déprimes. Combien de vies ratées pour une vie réussie ? C’est quoi, les proportions ? Qu’est-ce que j’ai mal fait pour en arriver là ? C’est quand, que j’ai merdé ? J’ai encore le temps de me rattraper ? Combien de chances il me reste pour m’en sortir pas trop mal ? Elle peut encore changer, ma vie ? Je ne suis pas fait pour cette vie-là ? Ça se change, une vie ? Je veux dire, ça se change vraiment ? C’est quoi, le problème ? C’est ma névrose ? Comment on fait pour tordre une névrose ? J’ai mangé mon pain blanc, alors ? Je l’ai mangé sans m’en rendre compte, c’est ça ? Je vais encore ramer longtemps comme ça ? C’est encore loin, l’Amérique ? Est-ce qu’un jour moi aussi je mâchouillerai un brin d’herbe sous un saule en me disant que la vie est belle ? Qu’elle est sacrement belle ? Faut que j’arrête de gamberger, c’est pas bon.

Et Bonne rentrée à tous les profs ;)