LD #26 – Le Léopard Masqué

Le léopard Masqué

Les éditions du Léopard Masqué se présente sous plusieurs noms selon leurs collection, vous pouvez donc aussi les trouver sous le noms Le Léopard Démasqué. Sur leur site internet, www.leopardmasque.com cet éditeur de romans humoristiques se présente avec cette phrase « Quand ce qui prête à rire donne à penser »

« Tous les genres sont revisités : thriller délirant, roman historico-déconnant, littérature générale… ment drôle, parodie, pastiche, satire… Faire la vie en littérature, optimiste et colorée, mesurer le quotidien à l’aune du sourire, privilégier les bonnes nouvelles… c’est le sacerdoce du Léopard ! »

Gordon Zola, auteur phare de la maison (qui se cache derrière, une ou plusieurs personnes ?), parodie les livres les plus célèbres à tour de bras (Vous reconnaîtrez sans doute les livres d’origines) : Indigné de con(s), Qui veut la peau de Marc Lévy, Terril en la demeure, La dérive des incontinents, Le dada de Vinci, La lotus bleue, C’est pas sorcier Harry…

Quelle place pour le livre humoristique dans l’édition ? Je ne sais pas exactement, mais je sais au moins que niveau droit, cela pose quelques petits soucis, quand les ayants droits ne souhaitent pas lâcher l’affaire… voir cet article de Livres Hebdo, même si cela s’est bien terminé.

J’ai donc lu La lotus bleue, une des aventures de Saint Tin. Nul besoin me semble-t-il de vous préciser quel est le livre d’origine !Au final un moment agréable de lecture, avec des hauts et des bas. Beaucoup d’humour bien sûr, et pas uniquement en lien avec Tintin, on retrouve aussi une certaine critique sociale et politique. Je ne suis pas fan de la politique, de tout ce genre de chose, et j’ai manqué des choses dans ce livre j’en suis sûr, il y a des choses qui m’ont paru obscure où ne m’ont pas fait rire… et c’est finalement plus la partie liée à Tintin que j’ai apprécié.

On retrouve tous les personnages qu’on aime, mais tous détourner… c’est fait sans finesse, mais avec beaucoup d’idées. Au départ j’ai même bien rigolé. Avec le temps on oublie un peu pour se plonger plus dans l’histoire. Car c’est ce qui m’a le plus étonné ici, il y a une véritable histoire. Pas extrêmement développée, mais qui se tient tout de même.

Les jeux de mots ne se comptent plus, l’ensemble n’étant pas très léger, mais fort distrayant! Je vous invite à découvrir cette série, car qu’on aime ou non Tintin on y trouvera une source d’humour qui change vraiment de la littérature conventionnelle. Une maison d’édition à soutenir, car le parcours ne doit pas être évident tous les jours!

Bonne continuation!


 

Nous suivre et partager :
error0

Les nouveaux contes de la cité perdue de Richard Bohringer

Les nouveaux contes de la cité perdue

de Richard Bohringer

Roman (adulte)

Flammarion, mai 2011
174 pages, 15€
ISBN 9782081260917

Thèmes : Nouveau monde, critique, littérature, schizophrénie, communauté

Mon avis :
Richard Bohringer, je le connais de nom, surtout pour sa carrière d’acteur. Je ne savais pas qu’il était aussi dramaturge, éditeur, scénariste, producteur, musicien, chanteur… Et écrivain donc ! Avec plusieurs titres déjà, une petite dizaine de romans. Il était temps de le découvrir donc.

Commençons par le commencement : la couverture. Elle est belle, mais je l’ai surtout trouvé vendeuse…  » vous me reconnaissez ? Achetez donc mon livre ! » et bien finalement elle est tout à fait adaptée au roman, à son ambiance, et à ce que Richard Bohringer nous livre ici. Un texte intime et engagé.

Les nouveaux contes de la cité perdue est un roman qui laisse à voir le monde d’aujourd’hui dans tout ses défauts… et ses espoirs. Un roman perturbant. Par son thème, ses personnages et son écriture. J’ai un sentiment mitigé après la lecture de ce roman. Mitigé parce qu’il y a des passages vraiment magnifiques, des réflexions tellement pertinentes… Et puis à côté de ça on a ces personnages schizophrènes… et un auteur que je soupçonne de se prendre un peu trop au sérieux. Il cite le dernier Houellebecq et bien ce roman m’y a un peu fait penser. Mais pas vraiment dans le bon sens. On avait Houellebecq se mettant en scène, fou mais se jetant des fleurs… Ici c’est moins clair, mais le « héros » John (ou Thierry) qui n’est cité dans tout le livre qu’à la troisième personne [je crois que c’est ce que j’aime tant dans la littérature jeunesse, la première personne…], John donc écrit un livre « Les nouveaux contes de la cité perdue », et même si lui n’est pas trop sûr, persuadé qu’il ne sera jamais un écrivain tel London, les autres personnages l’encense. Sans parler que John est acteur…
Les personnages sont souvent juste de passage dans ce roman, à peine esquissé alors qu’ils semblaient si intéressants. Beaucoup de mystères dans l’ensemble, on reste loin, les sentiments des personnages ne nous sont que peu accessible. Seules se dégagent les relation en Paulo, Solange/Betty et John/Thierry. Un histoire d’amitié, une histoire d’amour aussi, dont on connait, contre toute attente, la fin.
Et puis il y a, comme fond, comme paysage et comme moteur, le nouveau monde et la littérature. Ce monde ravagé qui cohabite avec le « notre », contre les vanités et malveillances, mais avec un café « le bout du monde » où tous s’alcoolisent chaque soir…

Sentiment mitigé donc, parce que l’écriture saccadée, qui va bien avec le thème, n’a pas su me séduire. Ce livre oscille entre magnifiques phrases, envolées lyriques, et passages torturés. Un livre que j’ai tout de même lu d’une traite, mais je ne suis pas sure que je continuerai ma découverte de Richard Bohringer auteur.

Extraits :
« John cherchait nuit et jour l’inspiration.
Paulo aimait écrire sans but. Il aurait aimé apprendre son livre par coeur sans en laisser une trace écrite. Il disait qu’il suffisait d’un seul lecteur. D’un seul ami. John. Paulo savait que John ne se remettrait que grâce à son amour fou des mots et des maîtres, qui ne l’avait jamais découragé. John n’avait pas de génie. Il le savait. Vivre était sa syntaxe, sa syncope. Les plus beaux livres qu’il avait lus le rendaient plus fort. Il n’écrirait jamais comme Jack London. Voilà tout. Le plus dur était devant. De vivre sans génie. Pour la beauté des mots. Pour leur dire merci. Se parler à haute voix, entendre ce que l’on pressent. »
« Après quelques heures de sommeil il s’agrippait à sa vieille machine et tapait si fort que les crapauds taisaient leur concert connard. Il parlait en même temps, faisant sonner le phrase, l’écoutant avec le dégoût que peut provoquer la gourmandise. »
« Dans les anciens territoires, les habitants Rolex seraient de nouveau dans leurs piscines tranquilles, baignant dans leur vanité et leur temporel, leur inquiétude devant le Cac 40.
D’autres, des nouveaux rêveurs, prendraient la route, convaincus par le peuple des nouveaux territoires de tenter l’aventure. Encore une nuit de travail qui se finirait Au bout du monde.
« Papy tout fou tentait de s’envoler en vélo. Le vélo de Marceau. Papy tout fou était persuadé que le vélo de Marceau était magique. Comment un homme qui buvait autant pouvait-il tenir sur un vélo ? Il fallait que celui-ci soit magique. C’était sûr. »
« La nuit vient. Tout s’éveille. Tout devient lisible. Le début et la fin de l’histoire. »

 

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Nous suivre et partager :
error0

N’ayez pas peur nous sommes là de Janine Boissard

N’ayez pas peur nous sommes là

de Janine Boissard

Roman pour adulte (femmes)

Flammarion, mars 2011
331 pages, 19,90 €, ISBN 978-2-0812-4706-2

Thèmes : Amour, Famille, Pompier, Secours

Présentation de l’éditeur :

Elle s’appelle Ninon Montoire, a trente ans, est sapeur-pompier.
Accidents de la route, bus scolaire en perdition, secours d’urgence aux blessés, aide aux personnes esseulées, risques de pollution, feux difficiles à maîtriser… dans son métier tout peut arriver. Jour et nuit, durant ses gardes à la caserne, elle se bat, parfois au péril de sa vie, pour tous ceux que frappent le malheur, la maladie, l’adversité, s’efforçant de maintenir la petite flamme de l’espoir, quelle que soit la gravité de la situation.
« L’espoir, dit-elle, un pompier n’a que ce mot au cœur. » A la maison, les jours de repos, elle trouve avec Sophie, cinq ans, sa petite fille, gaieté et tendresse. Et avec Agnès, sa mère, douceur et compréhension. L’amour ? Ninon a décidé de ne plus y croire. Mais le « soldat du feu » ne se doute pas que, bientôt, il l’embrasera à nouveau. Cet incendie-là sera-t-il le plus dur à maîtriser ?

Mon avis :

Voici un nouveau bon roman de Janine Boissard ! Janine Boissard, c’est une auteure prolifique de roman d’amour mais sans tomber dans le roman facile et reprenant toujours les mêmes recettes… J’ai lu plusieurs de ces romans, toujours avec plaisir en fait, parce que c’est bien mené, que les personnages sont toujours sympathiques à suivre, et que ce sont des livres qu’on se prête de mère en fille. Après Sois un homme papa et Loup y es tu (et beaucoup d’autres qui ne sont pas sur mon blog) voici le premier que ma grand-mère ne lira pas avec nous… Je suis pourtant sûre qu’elle aurait apprécié cette plongée dans le monde des pompiers !

En effet Janine Boissard crée des livres vivants en renouvelant toujours ses personnages. Ici c’est Ninon Montoire que l’on suit, et avec elle toute l’équipe de pompier dont elle fait partie. Après un accident sur la départementale entre Tours et Loches où Ninon sauve Paul, le fils d’un médecin connu, plus rien ne sera fait pareil. Article de journal « L’ange de la Départementale 943 », et surtout rencontre avec un journaliste, le journaliste, William Launay. Les hommes sont nombreux autour de Ninon, qu’ils soient présents ou absents ils jouent tous un rôle important dans sa vie, dans son histoire. Ce roman est celui d’une histoire d’amour donc, avec un trio amoureux, mais surtout ce sont les « aventures » d’une brigade de soldat du feu. Des faits divers, des personnages que l’on ne fait que croiser, mais beaucoup de gens vraiment touchants et attachants, pour un roman tendre et émouvant.

Ce n’est pas mon Janine Boissard préféré cependant, j’aime un peu plus de suspense comme dans Loup y-es-tu, mais c’est comme toujours un plaisir. J’ai vécu pour un temps hors du temps avec Ninon, sa petite si mignonne, et ceux qui les entoure. Un détour par la plage entre deux incendies, pour des moments vraiment poétiques dans ces pages ! Une lecture agréable pour décompresser, relativiser aussi, et pleurer parfois…

Un roman lu en mars, pour un avis qui aura tarder à venir, mes excuses à toute l’équipe de Gilles Paris, qui doit parfois s’arracher les cheveux avec moi ^^

D’autres avis : Stef, Françoise B., Catherine, Martine et Madame Yv plus sceptique.

Défi La Plume au féminin A/4

par Opaline

Nous suivre et partager :
error0

Lundi découverte – Thalassa Tour du monde en Cargo

Vous pouvez désormais embarquer sur un porte-conteneur de la CMA CGM, tranquillement installé devant votre écran d’ordinateur et suivre les péripéties des équipes de Thalassa qui ont réalisé ce Tour du monde.

« Du Havre à New-York, de Panama à Shanghai, ce carnet de bord retrace en images ce voyage autour du monde; un périple riche en émotions et en rencontres, un témoignage sur les héritiers de l’histoire millénaire de la marine marchande.
La mise en ligne de ce livre numérique s’accompagne des outils les plus modernes du multimédia. Narration des textes, photos, vidéos, son d’ambiance, tout est fait pour favoriser une lecture en immersion en allant piocher à sa guise dans ce document inédit. »
http://www.thalassa.france3.fr/livre-numerique/tour-en-cargo/

 

Un très joli journal de bord, richement illustré avec dessin et photo, que j’ai pris beaucoup de plaisir à feuilleter. Un avant goût de vacances, et en même temps un regard acéré sur le monde. A découvrir!

 

Nous suivre et partager :
error0