PETIT AIGLE – Conte musical végétarien

petit aigle

L’histoire du PETIT AIGLE élevé par des poulets

Texte de Jean-Philippe Vaillant
Illustrations et chansons de Mélodie Vaillant (Yucca)
Raconté par Carole Vaillant

Avec les voix de :

Dani Terreur (grand prix des Inrocks 2016) : Petit Aigle,
Lise : Aiglette,
Yucca : la Mère Poule
Carmen Maria Vega : Renard…

^^^^^

Alors que Petit Aigle n’était qu’un œuf, un paysan l’a volé dans le nid de ses parents pour le rapporter à sa ferme. Il voulait le faire couver par une de ses poules, puis le dresser pour la chasse quand il serait adulte… C’est dans le nid de la petite poule bleue que l’œuf a été mis. Elle sait bien que ce n’est pas son œuf et elle voit bien que ce n’est pas un œuf de poule… Mais qu’importe ! Un cœur de mère bat sous son plumage bleuté et elle s’assied délicatement pour le tenir au chaud. Quand Petit Aigle casse sa coquille, tout le monde dans la basse-cour voit bien qu’il est différent : il est bleu quand les autres poussins sont jaunes, son bec est beaucoup plus crochu, ses pattes bien plus acérées et il est plus gros. Mais personne ne lui tient rigueur de toutes ses différences. Même le fermier le laisse tranquille ! Que faire d’un aigle qui ne vole pas ?

^^^^^

Un très joli conte entrecoupé d’une douzaine de chansons.

Au départ, on ne peut que penser au conte d’Andersen, le vilain petit canard. Un petit qui est élevé par une autre famille que la sienne et qui est bien différent. Ici donc, c’est un aiglon qui est élevé par une poule dans la basse-cour d’une ferme. Il a été élevé comme un poulet et se comporte comme tel, picorant des graines et des vers et ne volant pas. Jusqu’au jour où…

Un conte qui parle de la différence, de la peur de l’étranger et du rejet qui peut en découler.

J’ai beaucoup aimé le texte, plein d’humour et de références à l’attention des parents (“Je croyais qu’elle venait de Bergerac dit le cochon, elle avait un si grand bec, que dis-je, un bec…), les jolies musiques et les chansons douces et rythmées à la fois.

Et puis, un conte avec un aigle végétarien, ça ne vous intrigue pas ?

Un des chansons pour vous donner une petite idée.

Nous suivre et partager :

La petite marchande d’allumettes – Livre CD

petiteLa petite marchande d’allumettes

Texte et musique de Robert Cornman
D’après le conte de Hans Christian Andersen
Illustré par Léa Weber
Raconté par Danielle Darrieux
Le chant du monde (2006– réédition, la version d’origine date de 1951)

oOoOo

Qui ne connait pas ce triste conte de Noël ? J’adorais cette histoire quand j’étais petite, mais je ne sais vraiment pas pourquoi tant elle est triste !!

Une petite fille pauvre essaie de vendre des allumettes. C’est le dernier jour de l’année, la neige est tombée, il fait très froid et les gens se dépêchent de rentrer chez eux sans faire attention à la petite marchande d’allumettes…

oOoOo

Bon, autant le dire tout de suite, cette version ne m’a pas du tout convaincue. La musique est jolie, la voix de Danielle Darrieux (qui vient de nous quitter) aussi, mais…

L’histoire et la musique se mêlent, la musique “illustrant” le propos, mais les morceaux de musique sont très longs et on en perd un peu le fil de l’histoire… En plus, je crois que j’ai été franchement déçue de ne pas retrouver le conte de mon enfance, celui que je connaissais !

Je trouvais aussi la façon de raconter et les chansons un peu vieillottes… En regardant mieux, je me suis aperçue que 2006 était une date de réédition, à l’origine cette version date de 1951… Tout s’explique !

oOoOo

Quand j’étais petite, il y avait cette version là (qui date de 1969) à la maison : https://pictures.abebooks.com/LELIVRE/19380126207.jpg

Sur Wikisource, vous trouverez le conte d’origine.

Nous suivre et partager :

Juin – La musique : 5ème partie, conte du Québec

Québec Le loup de Noël

Un conte du Québec de Claude Aubry

Illustré par Pierre Pratt

Lu par Michel Faubert

Suivi d’un réveillon musical avec le groupe “Bon débarras

Éditions La Montagne secrète (2015)

* * * * *

Maître Griboux était un vieux loup. Un vieux loup empêché de chasser par ses rhumatismes, la faiblesse de ses pattes et un odorat défaillant… A tel point qu’en cette nuit de Noël, il ne peut rien attraper, rien se mettre sous la dent. En désespoir de cause, affamé, il décide de se rendre au village le plus proche, pour essayer de récupérer les restes des hommes. Mais hélas, même là, rien à se mettre sous la dent… Rien de rien. Attiré et fasciné par la barre de lumière chaude qu’il voit sous la porte de l’église, Griboux s’approche, glisse son museau dans la fente, pousse la porte et …

* * * * *

Québec

* * * * *

Une belle histoire raconté avec l’accent québecois, ce qui, pour moi, lui donne un charme supplémentaire. Un conte de Noël que j’ai bien apprécié, même si la dernière phrase ne m’a pas vraiment plu. Le style des illustrations ne m’a pas vraiment conquise non plus… J’ai bien aimé certaines des chansons présentées à la suite du conte, pas toutes, mais là encore, tout est affaire de goût.

Sinon, le livre en lui-même est solide, le papier épais, la mise en page soignée, comme tous ceux de cette maison d’édition que j’ai pu voir d’ailleurs !

* * * * *

Le disque inclut 13 enregistrements sonores d’une durée d’environ 53 mn ainsi qu’un fichier imprimable avec le conte illustré et les paroles des chansons.

Le blog de l’illustrateur

Une petite bio du conteur Michel Faubert

Site du groupe “Bon débarras”

Les éditions de la Montagne secrète

Un spectacle a été réalisé d’après ce livre cd, dont vous pourrez voir des extraits ci-dessous

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Nous suivre et partager :

Le Kami de la lune – Conte japonais

Kami

Contes du Japon

Le Kami de la lune

Nathalie Dargent & Sandrine Thommen

Picquier Jeunesse (2011)

* * *  * *

Yukiko, la fille de l’aubergiste, est une chipie qui adore faire des bêtises. Oui mais voilà, un jour, elle en fait une plus grosse que les autres et fait fuir le Kami de la lune, qui protégeait l’auberge… Se rendant compte qu’elle est allée trop loin, Yukiko veut réparer sa bêtise. Elle part donc sur les routes, à la recherche du Kami de la lune. Au fil des jours, elle rencontre des gens qui l’aideront plus ou moins dans sa quête et apprend à se comporter de façon plus sociable…

* *  * * *

Ce très joli conte m’a beaucoup plu

Le personnage de la petite fille est amusant, elle a un caractère bien trempée et elle apprend vite ! Une quête qui la fera grandir…

Du côté des illustrations, il y a beaucoup de couleurs froides, ce que je n’aime pas spécialement en général, mais ici, ça ne m’a pas gênée, j’ai même trouvé ça très beau. Ceci dit, les pages que j’ai préféré sont celles dans des tons beige/rosé, très douces !

A la fin de l’histoire, deux pages proposent de partir à la découverte de quelques mots japonais, mais parlent également des traditions. Dans la mythologie japonaise, le Kami, nous dit-on est une divinité, un esprit surnaturel, qui personnifie une force naturelle (ici, c’est la lune), un lieu, un objet ou encore un animal.

Kami

En bref, un très joli conte ! Une histoire amusante, un personnage avec du caractère et qui évolue au fil de l’histoire et de très belles illustrations.

 * * * *

Blog de Nathalie Dargent

Blog de Sandrine Thommen

Éditions Picquier Jeunesse

Autres contes japonais présentés : Le chat bonheur,

Un album qui participe challenge album et au mois du Japon avec Lou de My Lou Book et Hilde du Livroblog

challenge albums 2017   Pivoine

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Nous suivre et partager :