Larmes de Lauren Kate

Roman fantastique pour adolescents

Larmes 1

de Lauren Kate

traduit par Bee Formentelli

Bayard, 2014
9782747048927, 17,90€

Lauren Kate avait su nous entrainer dans un monde fantastique très prenant avec sa série Damnés (Fallen), voici sa nouvelle série Larmes !

Encore une fois, amour et fantastique se mèle dans un amour interdit et une histoire prenante, où les mystères sont légions. Ander surveille Eurêka depuis sa naissance, alors quand sa famille, les Seedbeareres, sous pretexte de tradition familiale, essaye de la tuer, il ne peut s’empêcher de la sauver. Eurêka n’en garde aucun souvenir, si ce n’est que sa mère décède dans cet accident tragique, et que sa vie est ensuite hantée par cette douleur qui lui pèse mais qu’elle ne sait exprimer. Entre belle mère et psy, l’environnement n’est pas toujours le plus agréable. Quand un mystérieux garçon, Ander, entre dans sa vie, tout se met à changer autour d’elle… Et les secrets, ceux de sa mère et d’autres, bien plus anciens, essayent de se frayer un chemin jusqu’à elle.

Impossible de trop en dire sur cette histoire, qu’il faut découvrir peu à peu. Beaucoup de mystères, des secrets, des personnages attachants, pourtant comme dans Damnés j’ai eu parfois une impression trop grande de flou. A vouloir cacher les personnages derrière des secrets ancestraux, Lauren Kate perd parfois le lecteur qui ne sait plus toujours différencier les bons des méchants. Volontaire mais parfois lassant, et au détriment je trouve des personnages principaux, notamment Ander, trop effacé dans ce premier tome qui s’attache à la jeune et naïve Eurêka.

Une nouvelle trilogie, sombre et froide, qui ne manque pas de mystère ni de sentiment et qui plaira aux fans de la série Damnés, malgré ces quelques points négatifs qui m’ont freiné dans ma lecture. Enfin la couverture est très semblable à Damnés, et il faut bien le dire, toujours aussi magnifique !

+ tome 2 de Larmes à paraître en juin 2015
+ la série Damnés est adaptée en film, en tournage actuellement
+ la page facebook des deux séries

De l’amour dans les albums #1 [Tituce]

Je laisse aujourd’hui mon blog à Tituce, qui dans le cadre du challenge Je lis aussi des albums 2014 commence à prendre un peu d’avance sur le thème de février et vous offre ainsi pleins de belles idées pour préparer notre rendez-vous, qui je le rappelle sera le samedi 1er février ! 

 

Georges le dragon

de Geoffroy de Pennart 

L’École des Loisirs, 2011
Lutin poche € 5,60
Kaléidoscope € 13,20

Ahhhh l’amour, l’amitié … 2 notions si complexes et si proches!

Ce livre est bien écrit avec des illustrations comme j’aime, c’est-à-dire représentatives, mais avec un style et de jolis détails à chaque page. D’ailleurs la page interne est faite avec des esquisses au crayon, du personnage de Georges!
Le thème est très bien choisi pour attirer les enfants. Il mixte avec une princesse, un chevalier, un dragon.
J’ai d’ailleurs été attiré par cette histoire avec un titre de dragon, pour mon chevalier fan de dragon. Mais rien à voir avec des histoires de batailles ou de “testostérone”! Un simple récit, qui oscille entre cœur brisé, amour et amitié! Et dans lequel nous nous sommes laissés transporter.
Loulou s’est vite identifié. On a le cœur qui bat avec celui du dragon. On bombe le torse avec lui, On est triste avec lui. On espère avec lui … On a qu’une envie, c’est de tourner la page pour savoir ce qui va se passer.

Une partie de l’histoire me fait penser à Barbapapa qui cherche à trouver sa place dans ce monde. Tout comme Georges le Dragon, c’est un personnage hors-norme surtout par la taille. Pas d’inquiétude, ce n’est pas du Barbapapa!

Je reprocherais l’écriture qui est entre calligraphie et imprimerie et ne facilitera pas la lecture seul, par mon CP de loulou.
On peut retrouver Georges, dans un autre opus : “La princesse, le dragon et le chevalier intrépide”

Le grand amour de Bô l’ourson 

de Claire Clément
illustré par Éric Gasté 

Bayard, 2007
les belles histoires des touts petits

J’aime beaucoup la collection “les belles histoires des touts petits” de chez Bayard. Les histoires sont vraiment chouettes. Les livres sont une vraie transition entre le livre cartonné et le livre papier. En effet, les pages sont fines mais plastifiées, donc assez solides pour résister aux petites terreurs lorsque maman à le dos tourner. Le petit prix de cette collection est aussi un atout

Ici, on parle d’amour. De l’amour inconditionnel du petit ourson Bô pour sa maman.
Même quand maman veux que Bô coupe un peu le cordon, car il est grand maintenant. L’amour de l’ourson reste aussi grand.
Bô se trouve face à un obstacle insurmontable à ses yeux. La grande rivière qu’il doit traverser pour retrouver sa maman. Il est désespéré et très triste. Il ne s’en sent absolument pas capable. Mais un loup s’approche de sa maman de l’autre côté de la berge ! Sans s’en apercevoir Bô trouve du courage poussé par son amour filiale et traverse cette rivière. Quelle fierté! Le loup a fui la raclée de maman ours.
L’ourson s’est dépassé par amour et sa maman est si fière de son fils si courageux. Oui ça dégouline de sentiment, mais des sentiments à hauteur des touts petits et de nos cœurs qui dégoulinent d’amour pour nos enfants !

C’est un joli livre qui montre à l’enfant qu’on peut déplacer des montagnes, même lorsqu’on est découragé. On est capable de choses qu’on n’ose imaginer.

J’ai eu l’occasion de rencontrer Claire Clément et j’ai totalement adhéré à son discours : les enfants dans ce monde si difficile ont besoin de retrouver confiance en eux et de réaliser leur rêve. Elle s’efforce dans son écriture de revaloriser les valeurs telles que l’amour, le courage … Ses récits pour les touts petits sont simples afin que l’enfant s’identifie totalement au petit héros.

+ De la même auteure, pour les plus grands : Sami,Goliath  Oscar, Ousmane, et les autres

La cuillère amoureuse

de René Gouichoux
illustré par Catherine Proteaux-Zuber 

Bayard, 2009
les belles histoires des touts petits

J’aime toujours autant cette collection. Il faut dire que petite, j’étais abonnée aux Belles Histoires et que j’y retrouve tout ce que j’aimais enfant. Mon fils de bientôt 7 ans, commence ses premiers émois et il adore cette histoire.

En tant que maman, j’aime que ce soit une fille avec son papa, qui prennent le petit-déjeuner. J’adore les livres qui parlent des papas. La petite fille commence a raconter qu’elle a un amoureux à son papa. Mais celui-ci est dans son journal. Situation mille fois vécue par les enfants, lorsqu’ils parlent à leurs parents, qui ont toujours mille et une autres occupations. Du coup elle entend une petite voix et se retrouve face à la petite cuillère sur la table du petit-déjeuner.

La petite cuillère ne sait pas qui lui a offert une fleur et qui est son amoureux. Marine, la petite fille va l’aider à “enquêter”. Elles interrogent le bol, le sucre, le verre, sans succès. Mais l’amoureux se dévoile timidement. Et Marine retrouve son papa qui a fini le journal. Celui-ci la questionne sur ce prétendant. Car les parents, mine de rien, restent attentifs à leur enfant.
Dans ce livre, on parle d’amour, de timidité amoureuse et des parents occupés, qui savent écouter leur enfant.
On aime beaucoup les illustrations. Les deux “humains” sont des dessins très simples et les objets ressemblent à des photos, et sont donc très réalistes. On aime beaucoup ce contraste.

Un joli petit livre pour les jeunes amoureux. J’avoue, il nous permet d’aborder le sujet plus facilement.

Le Prince et la Charmante Sorcière

de Florence Vandermarlière
 illustré par Marion Piffaretti
 

Editions Lito, 2009

Un format un peu poche, couverture souple, avec un prix bien sympathique.

C’est une histoire de prince charmant atypique, fini les jolies princesses gnangnans ! Des illustrations assez simplistes ou le crayon agrémente une robe en papier journal, une colline en tissus écossais, une prairie en tapisserie à fleurs, un sapin en tweed… j’aime ce côté un peu kitsch !

Ce conte totalement moderne, casse tous les codes des contes classiques. C’est le prince Charmant qui est dans son château et s’ennuie ! C’est sa maman qui veut le marier. Mais aucune des princesses prétendantes n’est aussi bien que sa mère la reine. Il fuit alors en pleine nuit et rencontre “une véritable sorcière, pour la première fois de sa vie”. Une femme si différente de sa mère !
La sorcière s’exprime avec des mots qu’aiment les enfants : “sacrebleu de scrogneugneu” – “sacrebleu de yapalfeu” … La sorcière est finalement si originale et différente de la reine, que Charmant veut en faire sa femme.
Il l’impose, se marie, entouré de la cours, des fantômes et des squelettes et part vivre au fond de la forêt dans un manoir.

On aime la modernité de ce conte et de ses illustrations. On déplore juste la rapidité du coup de foudre et du mariage qui suit. On aurait aimé un peu plus de “débats” pour imposer son amour et son mariage.

Une très jolie découverte résolument moderne.

Un de mes superbes coup de coeur de la bibliothèque des loulous :

La boite au trèsor

de Michel Escoffier
 illustré par 
Éléonore Thuillier 

Éditions Kaleidoscope

Tout d’abord ce livre nous parle d’un trésor, mes garçons, petits pirates en herbe se laissent emporter par l’histoire.
Et l’histoire nous transporte, nous, dans la dure loi de notre monde d’adulte rempli d’égoïsme. En effet personne ne veut aider le pauvre petit Suricate à récupérer ce trésor. Mais heureusement celui est très malin et par des ruses très drôles réussit à convaincre les autres animaux. Et lorsqu’il arrive à récupérer le trésor, personne n’y trouve ce qu’il espérait. Ni le suricate, ni les animaux, ni mes loulous! Mais il découvre un trésor encore plus beau.

J’adore les valeurs de ce livre, hyper complet. On y retrouve de l’humour, des illustrations magnifiques (pleines de petits détails pour les plus grands aussi). On y traite de beaucoup de choses au niveau des enfants : l’entraide, l’égoïsme, l’amitié, et surtout même même s’ils n’ont pas ce qu’ils espéraient, on peut découvrir de très belles choses ! Dans notre société consommatrice, je trouve ce sujet très intéressant. Bref, un livre qui amène à de nombreuses discussions.

Un petit bijou.

RDL – Romans ados 2013

A l’heure du bilan de 2013 je me rends compte, comme chaque année que je ne vous ai parlé que d’un livre sur quatre que j’ai lu. C’est peu. Ou alors c’est que je lis beaucoup… Toujours est-il que je ne peux pas finir 2013 sans vous dire quelques mots sur quelques uns de ces livres, histoire de faire pencher la balance vers 50% de livres commentés !

Article en plusieurs parties, commençons par quelques romans ados!

Time Riders

5 Les flammes de Rome

6 Les brumes de Londres

d’Alex Scarrow

Dans le 5ème tome nous retrouvons, toujours avec autant de plaisir, nos jeunes héros. Alors que des hommes du futur tente de coloniser la Rome Antique, Liam Maddy et Sal tentent d’arrêter cette modification du temps. Ce tome est à la fois très intéressant pour son côté historique, avec Caligula, l’empereur fou, mais aussi intéressant car il permet de faire avancer le fil rouge de cette saga. On commence à appercevoir un peu mieux le futur, à comprendre ce qui s’y déroule et de nouveaux protagonistes font leur apparition. C’est aussi un tome plein de danger et de rebondissement, une belle suite à cette série, que l’on dévore.

Le 6ème tome lui est clairement consacré au fil rouge qui nous occupe depuis le début de cette saga, avec enfin le voile levé sur la boucle temporelle, sur le rôle de Liam, Maddy et Sal. Une découverte qui bouscule leur conviction car ils apprennent enfin qui ils sont réellement. Ils doivent fuir les unités de soutien qui sont programmés pour les détruire et ils se réfugient alors à Londres, au moment même où sévit Jack l’éventreur. Une époque que j’aime particulièrement et que j’ai été ravie de découvrir avec les yeux de nos jeunes héros. Mais avant de fuir à Londres, nos héros vont écumer l’amérique de leur époque pour une fois et faire des rencontres un brin différentes…
Ce tome s’attache plus à nos héros, à leur avenir, et cela devient vraiment difficile de lâcher le livre avant la fin tant l’auteur sait nous tenir du début à la fin. Un tome révélation mais pas un tome final puisque le tome 7 Les seigneurs des mers est prévu pour mars 2014 !

Nathan, 2013

Mes avis sur les premiers tome : Time Riders 1, 2 Le jour du prédateur et le tome 4

Skeleton Creek

4 le corbeau

de Patrick Carman

Dans ce quatrième tome nos héros sont séparés mais continue pourtant à tenter de percer les secrets de leur petite ville et ils tentent notamment de mettre la main sur le troisième trésor du Crâne, la société secrète qui y complote depuis des siècles.Avec le Rébus du Corbeau que Ryan tente de décrypter, les pistes sont nombreuses. Mais c’est Sarah, de retour d’un stage de cinéma qui va parcourir l’amérique à la découverte de 4 lieux hantés.

Ryan est donc chez lui, où l’action ne manque pas non plus, et Sarah envoie des vidéos de ces lieux hantés qu’elle visite. Comme dans les premiers tomes le côté interactif ajoute beaucoup à la peur du lecteur, qui ne pourra s’empêcher de sursauter… Dans ce tome les vidéos sont vraiment indispensables à la compréhension de l’intrigue, ce que je déplore toujours pour les personnes n’ayant pas internet, ou du moins pas à coté d’eux à ce moment là. Le système utilisé dans Trackers, avec une retransciption en fin d’ouvrage me parait plus sympathique.

 La fin est proche et le sentiment d’urgence qui pèse sur ce tome est palpable à chaque page… Les pages se tournent, trop vite, les révélations sont plus que surprenantes et les dernières pages arrivent finalement trop vite! Une saga intéractive qui captive le lecteur… et lui fait peur!

Bayard jeunesse

 Mes avis sur les premiers tomes : 1 Psychose, 2 Engrenages, 3 le crâne

Balefire

2 Le cercle de cendres

de Cate Tiernan

Ce deuxième tome du Calice du vent relance bien l’histoire, mais il faut plusieurs chapitres avant de vraiment se rapeller tous les détails, assez compliqués, du premier tome. Une fois lancé on retrouve avec plaisir nos jeunes héroïnes Clio et Thaïs. S’il y a des rebondissements j’ai trouvé que l’ensemble manquait de punch, car l’histoire tourne un peu en rond par moment. On aimerait que les choses avancent un peu plus, sans s’apesantir trop sur les rêves d’adolescentes et leur rencontres amoureuses. Thaïs découvre peu à peu ses pouvoirs, mais tout tourne toujours mal, et le côté maléfique de la magie la terrifie…

C’est pourtant un roman qui, comme je l’avais dit pour le premier tome, a beaucoup de potentiel avec la wicca qui est mise en avant, mais l’intrigue s’embrouille de tours et détours qui finissent de perdre le lecteur. Intéressant mais il faut lire toute la série à la suite pour vraiment s’attacher aux personnages.

MsK, 2013

Mon avis sur le premier tome, ainsi que sur Wicca et Immortels, deux séries de la même auteur. 

Merlin

2 Les sept pouvoirs de l’enchanteur

de T.A. Barron

Merlin est un personnage très exploité en littérature mais que j’apprécie toujours autant. Le point de vue adopter par l’auteur permet ici un renouveau appréciable et une certaine originalité. On découvre en effet Merlin alors qu’il n’est pas encore Merlin mais un simple enfant qui vit misérablement avec sa mère. De fil en aiguille notre héros va se retrouver seul, aveugle et perdu sur une île étrange et mystérieuse. C’est là que se déroulera la suite de ses aventures, là aussi qu’il va découvrir à la fois qui il est et celui qu’il deviendra.

Emrys, alors qu’il s’appelle alors, va vivre sur cette île de nombreuses aventures et rencontrer beaucoup de personnes. Une jeune fille surtout, mais aussi des arbres, araignées, sorcières, troll… toute une faune magique vraiment bien décrite. Si le roman reste simple dans son écriture et son déroulement, c’est réellement ce personnage d’Emrys et ses belles rencontres qui rendent le récit aussi intéressant. Aventure, suspence, rencontre… de vraies batailles et une fin toute partielle mais presque suffisante.

Le deuxième tome reprend les ingrédients du premier : découverte de l’île et des capacités de Merlin, ainsi que de son histoire. Ce tome offre une deuxième grande aventure avec une quête longue et difficile qui conduit notre héros à se surpasser mais aussi, souvent à douter. Ces passages de doutes, un peu redondants parfois, apportent un côté fragile à notre héros dont on oublierai presque qu’il n’est qu’un enfant. Merlin acquière peu à peu ses pouvoirs…

Une aventure qui se dévore, en attendant une fois encore la suite, Merlin, l’épreuve du feu.

Nathan, 2013
+ L’avis de Kik

Un bond dans le challenge YA, qui n’avait guère bougé en décembre, avec ces nouveaux titres !

 

Je pense reprendre ce format d’article que je pratiquais beaucoup en 2011, 2012, de façon régulière, pour m’obliger à m’y tenir. Je vous donne donc rendez vous le dernier jour de chaque mois en 2014, pour un faux bilan mais un vrai article ! Si l’idée vous tente et que comme moi vous n’arrivez plus à tout commenter sur votre blog, je serais ravie de partager ce rendez vous mensuel avec vous!

Cathy’s book

Roman pour adolescents

Cathy’s book

de Sean Stewart

et Jordan Weisman

illustré par Cathy Brigg

et traduit par Pascale Jusforgues

Bayard jeunesse, 2008
nouvelle édition 2013
192 pages
9782747048958, 9,90€

En lisant le journal de Cathy, contre son ordre, on se retrouve au coeur d’une terrible aventure, pleine de mystère, de danger et d’amour.

Cathy a passé quelques temps heureuse avec un garçon plus âgé mais qui il l’a quitté, du jour au lendemain, elle s’est retrouvée désemparée… et curieuse! Et plus elle fouille dans la vie de son ex-amoureux, plus des choses étranges apparaissent… Ce jeune homme n’est pas comme les autres !

Entre journal de fille, aventure, enquête et fantastique ce livre interactif avec le lecteur est foisonnant et fonctionne bien.

Un roman qui plait aux adolescent(e)s grâce à une histoire d’amour touchante et impossible mais surtout par la véracité du ton de Cathy. Ce journal intime offre en effet, en plus de cette enquête, une véritable partie de vie d’ado avec relations aux adultes, école, meilleure amie. Cet ensemble contribue à en faire un roman sympathique et vivant.

La narratrice de ce carnet Cathy, est aussi une dessinatrice qui griffone au fur et à mesure du carnet. Les illustrations de Cathy Brigg nous permettent de découvrir son univers,

L’aspect fantastique est assez prévisible mais il fait partie de ce que mes élèves ont préféré, même si ce n’est pas mon cas.

Le côté interactif est réduit dans cette nouvelle édition à une couverture qui se déplie en poster. C’est un brin moins joli que les enveloppes regorgeants de secrets mais c’est aussi tellement plus pratique en bibliothèque et CDI.

Un premier tome qui se suffit à lui-même… si l’on est pas trop curieux!

+ des prédictions, des adresses web, des numéros de téléphone, des mails… tout fonctionne, l’occasion pour les lecteurs de mener l’enquête.

+ Les sites officiels : Cathysbook et Cathysring (spoiler) et la page facebook

+ Challenge YA#3

+ Extraits :

Emma m’avait toujours soutenue. Quand les autres filles me faisaient des vacheries à l’époque du collège ; tout au long de ma série calamiteuse de petits copains : le radin qui ne se lavait jamais, le timide qui ne savait pas embrasser, le salaud dont la voiture était partie en fumée, etc.