Pénélope Green 3 L’éventail de Madame Li

Roman d’aventure / historique pour adolescent dès 11 ans

Pénélope Green

3 L’éventail de Madame Li

Béatrice Bottet

Casterman, 2012
9782203048461, 15,90€

Thème : aventure, droit des femmes, Chine, journalisme,

 

A 17 ans à peine, Penelope Green a déjà risqué sa vie dans les bas-fonds de Londres et mis son existence en péril dans les beaux quartiers new-yorkais. Mais que voulez-vous, c’est qu’on ne devient pas journaliste de choc en sirotant du thé dans son salon ! Alors cela n’étonnera personne que Penelope poursuive son grand reportage sur la situation des femmes dans le monde en s’embarquant… pour l’Asie, et plus précisément pour la Chine lointaine, où un nouveau mystère n’attend qu’elle pour être résolu.
Toujours escortée par Cyprien Bonaventure, son irremplaçable assistant-garde du corps français, la voici aux prises avec une affaire de contrebande plus que louche, dans laquelle semble tremper tout ce que l’Empire du Milieu compte de crapules…

 

Ce troisième tome entraîne Pénélope Green, après ses aventures en Amérique, vers la Chine. Un mystérieux éventail et une discussion de bar, il n’en faut pas plus pour que notre jeune journaliste, toujours très proche de Cyprien, le marin, fasse ses valises et parte sur lest traces d’un trésor chinois!

Si je suis toujours autant sous le charme de cette jeune héroïne, dans ce tome le début m’a paru un peu long… Les cent premières pages, sur le bateau qui emmène Pénélope en Chine, ne sont pas à la hauteur des deux premiers tomes, sans doute aussi parce qu’elle est tenue loin de son cher marin… Pourtant la fin du voyage ainsi que l’arrivé en Chine ont réveillé tout mon intérêt et j’ai retrouvé tout ce qui me plait dans cette série : une découverte culturelle et historique très intéressante et dépaysante, de l’action et des personnages forts qui se lient à des personnages secondaires attachants. Et bien sûr des personnages qu’il faut combattre !

Ce sont vraiment tous ces personnages hauts en couleur qui font le rythme des histoires de Pénélope Green et ici, avec la découverte de la Chine, de nombreux personnages sont exotiques… La dichotomie bien/mal est d’ailleurs mise à mal car certains méchants sont eux aussi attachants… Une question de politique, de conviction, très bien mis en avant par les points de vue alternés.

Ce troisième tome est au final trépidant et la découverte de la Chine m’a encore plus plu que celle des Etats-Unis et de Londres ! Accro comme je suis j’attends le quatrième tome… mais où allons-nous accompagner Pénélope ?

+ d’autres avis : Madoka, Mya, Catherine

+ des challenges : 1% Rentrée Littéraire 2012, Jeunesse et Ya#2Challenge Douce France chez Evy

Nous suivre et partager :
error0
fb-share-icon0
Tweet 8k

Les 4 de Baker Street Tome 2

Les Quatre de Baker Street
Tome 2 Le dossier Raboukine

de Jean-Blaise Djian
Olivier Legrand
et David Etien

Vents d’Ouest, avril 2010
9782749305196, 13€50

Présentation de l’éditeur :
Londres, 1890.
Billy, l’apprenti détective, Charlie, la petite fille grimée en garçon, et Black Tom le monte-en-l’air sont trois gamins des rues unis par une solide amitié. Accompagnés du matou Watson, ils arpentent les bas-fonds de I’East End, menant enquêtes, filatures et autres missions de confiance pour le compte d’un certain… Sherlock Holmes. Dans ce nouvel opus, nos trois héros attachants et gouailleurs se retrouvent mêlés à une ténébreuse affaire impliquant des révolutionnaires russes exilés à Londres et la police secrète du Tsar…

Mon avis :

Je vous ai déjà présenté le premier tome, c’est donc tout naturellement que j’ai continué ma lecture avec le deuxième tome. Et c’est rare que je vous parle d’un deuxième tome, parce que je ne sais pas quoi dire. Cette fois non plus en fait, mais c’est pas grave, j’avais envie quand même d’en remettre une couche pour vous inviter vraiment à la découverte. Et puis ça fait plus d’un an que j’ai parlé du tome 1, j’ai peut être de nouveaux lecteurs ? En tout cas j’ai noté que les commentaires diminuent… sûrement aussi parce que j’ai moins de temps pour passer sur vos blogs… Et comme si cela ne suffisait pas Cryssilda, Lou et Titine lance le mois anglais !

Dans le dossier Raboukine, on s’embarque pour une nouvelle aventure de la bande des gamins londoniens, et qui fait écho à ma lecture de Pénélope Green ! J’aime vraiment beaucoup ce Londres là, dangereux mais excitant!

Une sombre histoire ici, autour de Jack l’éventreur, sur fond d’interpellation abusive et de racisme. On va croiser de nombreux russes, certains plus sympathique que d’autres. Une histoire avec des rebondissements, des combats, de la réflexion…

Des personnages toujours aussi charmant même si j’ai regretté que la petite soit un peu reléguée dans l’ombre. La déduction est bien au rendez-vous, l’astuce aussi, mais ce n’est pas Sherlock Holmes le plus intelligent de l’histoire…

Les illustrations sont toujours tout à fait à mon goût, j’aime les petites bouilles de ces héros, et le chat… toujours le chat!

it's reading time — Je suis absente pour quelques temps – direction Liverpool –

Article Programmé 

Je ne pourrai peut être pas valider vos commentaires au jour le jour… —

Nous suivre et partager :
error0
fb-share-icon0
Tweet 8k

Lundi découverte 21 Naïve éditions


04_Editions_Naive.jpg
Naïve est une maison d’édition particulière, car elle ne publie pas que des livres, loin de là !

Musique, DVD, livres CD, Naïve joue sur tous les fronts, et si je ne peut parler que du côté livre, je peux dire que là pas de soucis, Naïve gagne!

 

Leur catalogue de littérature jeunesse se remplit rapidement, avec de nombreuses perles!

http://www.naive.fr/public/img/front/pho/backgrounds/2048x1280/000033.jpg

« naïve

(adjectif et nom commun)
féminin de naïf
Spontanée, sincère, vraie
Innocente, naturelle, simple
Se dit d’une oeuvre au style primitif. »

 

 

Et en effet je crois qu’il faut de la naïveté pour se lancer dans tant de domaine d’édition… pourtant après 12 ans
d’existence, Naïve continue d’étoffer son catalogue, pour mon plus grand plaisir.

« Être naïf, c’était rêver naïve.
Le rêve a dessiné une vision du futur, un projet d’entreprise qui a mobilisé les énergies autour d’une détermination
commune. Nous avons dû affronter ensemble une réalité difficile.

Être indépendant, c’est entrer en résistance, par une guérilla incessante, contre un système qui lamine. Mais c’est
précisément dans l’épreuve que l’entreprise et les hommes qui l’animent se révèlent.

Dix ans déjà mais l’aventure ne fait que commencer. Les fondations sont solides, nous remercions les artistes et les équipes naïve qui les ont construites ainsi.
Comme tous les albums de famille ce livre est incomplet, il est un instantané fugitif d’une réalité en perpétuel mouvement… et la famille ne cesse de s’agrandir.
Patrick Zelnik et Gilles Paire »

 

Pour tout savoir sur cette maison d’édition, et ses artistes, je vous conseille vivement le livre des 10 ans !

Dans la partie littérature jeunesse, il y a de tout, albums, livre CD, et romans ! C’est surtout la partie roman que je connais et que j’aime, bien que j’ai déjà lu quelques albums, mais qui ne sont pas vraiment des coups de coeur.

Niveau roman par contre, que des coups de coeur!

J’ai commencé avec la Déclaration de Gemma Malley, un roman de science fiction très bien construit, que j’ai adoré, de même que la suite, La résistance, et j’attends avec impatience le 3ème tome, prévu pour 2011.

Extrait :

11 janvier 2140
Mon nom est Anna. Mon nom est Anna et je ne devrais pas être là. Je ne devrais pas exister.
Pourtant, j’existe.
Ce n’est pas ma faute si je suis là. Je n’ai jamais demandé à naître. Même si ça n’excuse pas le fait que je sois née. Mais on m’a retrouvée très vite, ce qui est « de bonne augure ». En tout cas d’après Mrs Pincent. Elle, c’est la directrice de Grange Hall. On l’appelle « Madame l’Intendante ». Quant à Grange Hall, c’est l’endroit où je vis. C’est là qu’on apprend aux gens comme moi à se rendre Utiles – ou « comment tirer le meilleur parti du pire », pour reprendre la phrase de Mrs Pincent. Je n’ai pas d’autre nom.  »


 

J’ai aussi apprécié Etranger à Berlin, j’ai d’ailleurs profité du salon pour saluer l’auteur Paul Dowsell dans un anglais à faire peur…

Extrait :

« Le lendemain de son quatorzième anniversaire, Peter s’était vu approcher au club-house par son chef de section de la Deutsches Jungvolk, qui l’avait officiellement convié à un grand défilé le 13 octobre prochain en l’honneur de son accession à la Hilterjugend. Lorsqu’il l’avait annoncé aux Kaltenbach, le professeur l’avait observé avec fierté en disant : « C’est le moment le plus sacré de la vie d’un jeune Allemand.

 

 

Et aujourd’hui encore une belle découverte avec

Black-Out

de Sam Mills

Un roman d’anticipation, post terrorisme en quelque sorte. Suite à de grave attentats à Londres, le gouvernement commence à censurer les livres, les interdire, les réécrire. Sauf que peu à peu de plus en plus de livres se trouvent interdit, car la moindre pensée subversive ou fantastique pourrait influencer sur les jeunes. Une montée de la toute puissance gouvernementale sur les livres, la culture, et finalement la population, on veut ne pas y croire, pourtant rien ne semble tout à fait impossible.
L’Attrape-Coeur, Sa majesté des mouches, 1984 et même Harry Potter interdits ! Mais le pire je crois c’est que certains sont réécrits dans des versions édulcorées… Imaginez donc 1984 finir par ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants…

Au milieu de ce monde Stefan, 16 ans, qui vit avec son père, libraire. Un adolescent attachant, dans un roman haletant! Des aventures, de l’action, du suspense, de l’amour, de la culture et un rapport aux livres très intéressant! Un livre à lire pour imaginer un monde sans liberté de pensée, et sans Harry Potter (oui je sais c’est bête, mais ça m’a plus choqué que Sa majesté des Mouches, question de génération!)

J’ai beaucoup apprécié l’écriture de ce pavé, qui reste simple mais touchante, entre action et réflexion!

 

Un roman pour adolescent, bien mené, avec un zeste de science fiction et un soupçon – et même plus- de livres et de lecture, une recette à dévorer sans attendre!

Black-out / Sam Mills.- Naïve (Naïveland), 2010.- 978-2-350-21225-8, 18€

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Nous suivre et partager :
error0
fb-share-icon0
Tweet 8k

Les quatre de Baker Sreet de Djian, Legrand et Etien

Les quatre de Baker Street

bakerstreet.gif
Auteur : Djian et O. Legrand

Illustrateur : David Etien

Vents d’Ouest,  janvier 2009
Collection : les Quatre de baker Street
55 p.
 9782749304373, 13,50 €

Tome 1 : L’affaire du rideau bleu

Bande Dessinée, en 2 tomes (actuellement) (jeunesse)

Thèmes : Londres, Enfance, Enquête, Sherlock Holmes, Epoque victorienne

Présentation de l’éditeur :

Trois détectives en herbe pour une enquête digne du maître de Baker Street !

Billy, Charlie et Black Tom sont inséparables. Et pour cause : impossible de survivre seul dans l’East End
londonien, peuplé de faux mendiants, de vrais ruffians et de franches canailles ! Heureusement, les trois amis peuvent compter sur la protection d’un certain Sherlock Holmes, pour lequel ils font parfois office d’espions des rues… Mais lorsque la fiancée de Black Tom est kidnappée sous leurs yeux, nos héros vont devoir mettre au plus vite à profit les leçons de leur mentor pour la retrouver saine et sauve… en s’adjoignant les services d’un quatrième larron pour le moins inattendu. Place aux Quatre de Baker Street, la plus jeune équipe de détectives de l’époque victorienne !


Avis :
Baker Street cela fait immédiatement penser à Sherlock Holmes… et cette BD ne fait pas l’impasse sur ce grand personnage de l’époque victorienne. Pourtant ce n’est pas lui le personnage central, mais bien les enfants de la couverture. Billy, Charlie et Black Tom passent leur vie dans la rue, c’est bien pour cela qu’ils sont les observateurs privilégiés de S Holmes. Ici, ce n’est pas pour Sherlock Holmes qu’ils vont travailler, mais avec lui, afin de résoudre le kidnapping de la jeune fleuriste, fiancée de Tom. Si l’intrigue n’est pas aussi alambiquée que les enquêtes
d’Holmes, cette bande dessinée brille par son humour et ses splendides planches.

Après une préface de Loisel, Djian, Legrand et Etien nous enchante dans cette BD. On découvre de nombreux coins de Londres à l’époque victorienne, ainsi que de nombreux détails de la vie quotidienne, grâce aux talents d’Etien. L’illustration, ses couleurs, ses coupes, permettent de donner à cette BD toute sa dynamique, et c’est vraiment ce qui m’a charmé.

Une très belle lecture, à conseiller tant aux enfants qu’aux adultes !

Extraits :

Nous suivre et partager :
error0
fb-share-icon0
Tweet 8k